Mises en scènes de l’autorité dans l’Antiquité – colloque 20-22 novembre à Lyon

affiche-colloque-JPGLe laboratoire junior ERAMA (Expressions et Représentations de l’Autorité dans les Mondes Anciens) de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon organise du 20 au 22 novembre 2013 un colloque international sur les Mises en scène de l’autorité dans l’Antiquité, qui comporte deux axes:

Axe 1 – Représenter l’autorité : objets et gestuelles.

Axe 2 – Diffuser l’autorité : au-delà du hic et nunc.

Vous trouverez le programme du colloque et le résumé des interventions de certains participants sur le site de l’ENS Lyon. J’aurais l’occasion, lors de ce colloque, de présenter une partie de ma recherche en cours sur l’importance du biographique dans la diffusion de l’autorité morale dans l’Antiquité Tardive, intervention dont voici le résumé:

Le culte qui se forme durant l’Antiquité tar­dive autour de nom­breu­ses per­son­na­li­tés phi­lo­so­phi­ques, poli­ti­ques et reli­gieu­ses, montre l’impor­tance de telles figu­res pour les citoyens de l’Empire Romain. La mul­ti­pli­ca­tion des ouvra­ges bio­gra­phi­ques écrits à cette époque n’est donc pas ano­dine. Elle est étroitement liée à l’auto­rité de telles figu­res, et à la dif­fu­sion d’une telle auto­rité par les dif­fé­rents cou­rants de pensée phi­lo­so­phi­ques, reli­gieux et poli­ti­ques. Les bio­gra­phes de l’Antiquité Tardive, à tra­vers le récit des per­son­na­ges illus­tres dont ils racontent la vie, pro­po­sent en effet au lec­teur un cer­tain modèle éthique, qui s’appuie sur l’auto­rité morale de ces per­son­na­ges. Mais quels sont les dif­fé­ren­tes formes lit­té­rai­res uti­li­sées pour faire connaî­tre la vie de ces figu­res impor­tan­tes : au-delà du genre bio­gra­phi­que ou hagio­gra­phi­que, quels sont les dif­fé­rents genres lit­té­rai­res uti­li­sés pour repré­sen­ter et dif­fu­ser l’auto­rité morale ? Quels sont les dif­fé­rents moyens lit­té­rai­res uti­li­sés pour ins­crire cette auto­rité dans l’espace et le temps ?

L’art rhé­to­ri­que de l’éloge, l’échange épistolaire, la docu­men­ta­tion épigraphique et le genre de l’apoph­tegme seront pris en compte, ainsi que tous les textes véhi­cu­lant un cer­tain modèle éthique à tra­vers le récit, plus ou moins long, de la vie d’un per­son­nage illus­tre. Le corpus s’étend de la Vie de Plotin par Porphyre aux Apophtegmes des Pères, en pas­sant par les ins­crip­tions épigraphiques du Forum romain et la Vie de Sainte Macrine par Grégoire de Nysse. Ce que dépei­gnent ces textes et ins­crip­tions, c’est une cer­taine manière de vivre donnée en exem­ple au lec­teur et prônée par l’auteur lui-même. Or, il ne s’agit pas, pour l’auteur, de convain­cre le lec­teur de choi­sir une manière de vivre par un cer­tain nombre d’argu­ments ration­nels ou de pro­cé­dés rhé­to­ri­ques, mais bien de per­sua­der le lec­teur d’adop­ter un tel genre de vie en sui­vant l’exem­ple de ces per­son­na­ges qui, en tant que modèle éthique, font auto­rité.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Mises en scènes de l’autorité dans l’Antiquité – colloque 20-22 novembre à Lyon". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 12 novembre 2013. Consulté le 13 décembre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/1118.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *