Blogging scientifique : un an après…

2491451117_d06b93b088_bUn an après l’ouverture de ce carnet, il me paraît intéressant de prendre un peu de recul sur cette première expérience de blogging scientifique. Quelle était mon intention, il y a douze mois, lorsque je décidai de me lancer dans cette entreprise ? Et aujourd’hui ? Cette intention originelle est-elle toujours présente, ou a-t-elle été remplacée par quelque autre objectif ? Qu’est-devenu ce carnet de recherche ?

L’intention de base était double : présenter mon projet de thèse et rendre compte de mon cheminement en tant que doctorant d’une part, et ouvrir le débat vers une réflexion éthique contemporaine d’autre part, en partant des textes antiques pour réfléchir à notre propre quotidien. A ce double objectif s’ajoutait, dès le départ, un double public : non seulement les chercheurs intéressés par mon projet de thèse et les thèmes abordés sur le carnet, mais aussi un plus large public, non-universitaire, dont ma famille et les amis. Que dire, après une année, de ce double objectif, et de ce double destinataire ?

Il me semble que le double objectif est plus ou moins rempli. Ainsi, j’ai pu, à travers la présentation de certaines problématiques liées à mon objet de thèse donner un aperçu de ce sur quoi je travaille actuellement : les biographies, la relation entre vie contemplative et vie pratique, la philosophie comme manière de vivre, etc. A travers le compte-rendu des conférences auxquelles j’ai participé, et les résumés des interventions que j’ai pu faire lors de ces colloques, il me semble que mon parcours a été rendu particulièrement visible. Les citations commentées me permettent également de faire part de mes préoccupations actuelles, puisque je commente une citation d’un auteur ancien ou d’un contemporain que je suis en train d’étudier. En ce qui concerne les réflexions (in)actuelles, elles sont relativement peu nombreuses, mais assez bien représentatives de ce que je souhaite faire dans cette partie du carnet de recherche. Et c’est probablement les articles touchant le plus le public non-universitaire. Seul petit bémol par rapport à ce double objectif, le trop petit nombre de billets dont l’objet spécifique correspond à mon projet de thèse. Je veillerai, dans les prochains mois, à remédier à cette lacune et parlerai volontiers de mes recherches en cours.

En ce qui concerne le double destinataire visé par ce carnet de recherche, il est difficile de savoir qui sont les lecteurs réels des articles, les seuls retours étant les commentaires (peu nombreux), et les partages sur Facebook et Twitter. De mon côté, la visée est toujours la même: rendre accessible à toute personne intéressée les résultats de ma recherche et les réflexions que l’on peut en tirer pour notre quotidien. Néanmoins, il me semble que la plus grande partie des articles du carnet intéressent davantage les chercheurs, notamment parce que la veille scientifique (annonces et compte-rendus) a pris une place de plus en plus importante, par rapport aux citations commentées ou aux réflexions (in)actuelles.

L’importance croissante de la veille scientifique sur mon carnet de recherche fait précisément partie des objectifs ayant émergé au cours de cette première année de blogging scientifique. Il me semble que tout doctorant devient, par la force des choses, spécialiste d’un champ très spécifique de la recherche dans son domaine. Il doit connaître ce qui se fait et ce qui se dit dans ce domaine précis pour se positionner par rapport aux autres chercheurs et par rapport à l’histoire de la recherche dans ce domaine. Pour cela, il « veille » en permanence, à la recherche des événements scientifiques ayant lieu un peu partout dans le monde et les parutions d’ouvrages et d’articles concernant son objet d’étude. Il me semble important, dans une perspective de partage du savoir et dans l’idée d’une communauté de recherche rendue possible à l’échelle mondiale par internet, de mettre à disposition les résultats de cette veille scientifique que le chercheur effectue de toute façon pour lui-même. C’est dans le même état d’esprit que j’ai décidé de partager ma bibliographie de travail, dans un certain nombre de billets regroupés par thèmes et qui sont mis à jour régulièrement en fonction de l’avancement de mes recherches.

Pour terminer sur le sujet de la veille scientifique, il me semble que Twitter et Facebook sont tout à fait appropriés pour diffuser les résultats de cette veille scientifique, et j’utilise très largement ces deux réseaux sociaux quotidiennement. J’invite tous ceux qui me lisent à me suivre sur Twitter et Facebook, en sachant que je me permets d’élargir la veille à des intérêts parfois très éloignés de mon projet de thèse, comme la philosophie pour enfant, la bioéthique, l’enseignement, les Digital Humanities, et la vie du chercheur en général !

La vie quotidienne du chercheur est un autre objet vers lequel ce carnet de recherche s’est tourné spontanément, sans que cela soit présent dans l’intention originelle. Le carnet de thèse est l’occasion de partager ses connaissances et ses hypothèses scientifiques, bien sûr, mais également de partager son quotidien de chercheur, et de réfléchir sur ses pratiques quotidiennes de doctorant et de chercheur en sciences humaines, ou en philosophie : quel rapport entretenir avec sa propre discipline ? Comment s’approprier les outils numériques de la recherche ? Comment valoriser sa recherche, en tant que doctorant, dans le monde académique et en dehors ? Comment écrire sa thèse ? J’ai pu partager certaines réflexions concernant plusieurs de ces points, et ce sont ces billets qui ont eu, statistiquement, le plus de succès et d’échos sur les réseaux sociaux, ce qui révèle l’intérêt et le besoin de ce type d’échange et de partage d’expérience.

Telle est, à l’heure actuelle, l’état de ce carnet de recherche. L’intention de départ est toujours présente, et je souhaite poursuivre dans cette voie, en m’adressant à un public universitaire et extra-universitaire, et en continuant d’insister sur mon projet de thèse, mais également sur les considérations éthiques plus actuelles que la lecture des Anciens me suggèrent. A cette double intention de départ s’est ajoutée une composante de veille scientifique qui, comme je viens de l’expliquer, me paraît importante, mais peut parfois brouiller la lecture du carnet, notamment pour ceux que cela n’intéresse pas… Enfin, la vie quotidienne du chercheur en sciences humaines s’est tout naturellement insérée dans ce carnet qui a pour objet la vie quotidienne, des Anciens à nos jours !

De mon point de vue, cette première année de blogging est donc extrêmement positive : quoique chronophage, elle m’a apporté la satisfaction de partager avec ceux qui le souhaitent une partie de mes recherches, et de développer par l’exercice d’écriture non-académique une réflexion toujours en cours sur mon sujet de thèse et sur le monde actuel.

Vers où aller, maintenant ? Réponse dans un an, pour un second bilan, et rendez-vous très bientôt pour le lancement de nouvelles catégories me permettant de partager plus librement encore mes réactions aux lectures, aux conférences, aux cours, aux questions posées, etc. Que ce carnet de recherche devienne toujours plus un espace de réflexion et de dialogue, voilà mon souhait pour l’année 2014, que je vous souhaite toujours plus enrichissante et sereine dans un monde toujours plus turbulent !

Crédits photographiques: Lonely trees, par Dimitris Kilymis, Licence CC BY-NC-SA.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Blogging scientifique : un an après…". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 8 janvier 2014. Consulté le 24 août 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/1163.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 5 mai 2015

    […] L’intention de base était double : présenter mon projet de thèse et rendre compte de mon cheminement en tant que doctorant d’une part, et ouvrir le débat vers une réflexion éthique contemporaine d’autre part, en partant des textes antiques pour réfléchir à notre propre quotidien. A ce double objectif s’ajoutait, dès le départ, un double public : non seulement les chercheurs intéressés par mon projet de thèse et les thèmes abordés sur le carnet, mais aussi un plus large public, non-universitaire, dont ma famille et les amis. Que dire, après une année, de ce double objectif, et de ce double destinataire ? » (source « Blogging scientifique : un an après…« ) […]

  2. 31 juillet 2015

    […] Maël (8 janvier 2014) “Blogging scientifique : un an après…”. Comment vivre au quotidien ? [carnet de recherche]. Consulté le ….  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *