Les Moines autour de la Méditerranée – Programme de recherche et appel à communication

gall

Icône de saint Gall

Un court billet pour vous faire part d’un programme de recherche pour les années 2012-2016 intitulé Les moines autour de la Méditerranée. Contacts, échanges, influences entre Orient et Occident, de l’Antiquité tardive au Moyen Âge (IVe-XVe siècle) qui est une continuation du programme La vie quotidienne des moines en Orient et en Occident (IVe-Xe siècle). Ces deux programmes de recherche sont particulièrement intéressants étant donné leur intérêt pour la vie quotidienne des moines dans l’Antiquité Tardive et au Moyen-Age. Le premier programme de recherche a donné lieu à un colloque international à Paris en novembre 2011, dont vous trouverez le programme sur cette page. Après s’être interrogé sur les préoccupations quotidiennes des moines d’Orient et d’Occident, et notamment « la transmission des idées, des influences réciproques et des échanges d’expérience entre milieux ascétiques », le nouveau programme de recherche s’intéresse plus particulièrement aux échanges et aux contacts des moines, leurs déplacements physiques et leur correspondance, par exemple. Voici la présentation du programme de recherche:

« Si le moine bat en retraite (au sens premier de l’anachorèse) pour fuir le monde, ce mouvement originel donne naissance à une autre figure du monachisme, qui assure la fuite du monde en remplaçant la retraite individuelle (en réalité pratiquée souvent dans les communautés semi-anachorétiques) par une clôture en un lieu fixe, le monastère.

Pourtant, selon le témoignage des sources antiques et médiévales, le moine se contente rarement de cette immobilité. De fait, il est amené à voyager pour de nombreuses raisons : écouter la «parole» d’un Ancien, suivre un exemple ou, au contraire, conseiller ou réformer une communauté voisine, et aussi assurer sa vie matérielle et celle de sa communauté (voyages d’affaires, négociation de privilèges fiscaux). Le moine est également pèlerin, lorsqu’il pérégrine pour vénérer des reliques ou se rendre dans des sanctuaires guérisseurs. Il est encore évangélisateur, ambassadeur, diplomate, médiateur et négociateur dans les guerres civiles. Le moine peut également être contraint à certains déplacements: punitions, invasions, changement de monastère ou d’ordre, ou s’expatrier…

Le moine est en outre un lien social: figure de civilité auprès de communautés proches, figure de contrôle et d’inspection (desmétochia-prieurés, des abbayes-filles). Plus largement, il est figure d’autorité pour la société: le saint homme – le plus souvent un saint moine – voit les foules venir à lui ou bien se déplace auprès d’individus qu’il dirige spirituellement. L’errance, par ailleurs, est une ascèse en soi: vie apostolique de sans-abri, mendicité, folie en Christ; mais de l’errance au vagabondage, voire à l’hétérodoxie et à l’apostasie, les chemins se croisent: comment savoir si le moine errant est orthodoxe ? Comment l’évêque peut-il s’y retrouver, le contrôler?

Enfin, se substituant au déplacement physique, l’échange épistolaire, trivial ou spirituel, joue un rôle important à l’échelle locale comme à longue distance: la lettre monastique est un genre à mieux connaître.

Le deuxième volet de ce programme rejoint plus précisément les préoccupations liées à celui sur la vie quotidienne: il s’agit du voyage des idées, des règles, des usages ou des gestes monastiques. Pour cela, les monachismes autour de la Méditerranée doivent être étudiés non tant spécifiquement que dans leurs relations et leurs interconnections. Les différents supports qui permettent aux idées de voyager doivent être abordés: production de manuscrits voués à l’exportation, traduction d’œuvres de référence ou de règles nouvelles.

Ce programme scientifique s’adresse aux historiens, historiens de l’art, philologues et archéologues qui travaillent sur le monachisme dans les différentes régions de la Méditerranée, tant en Orient qu’en Occident, et durant un long Moyen-Âge du IVᵉ au XVᵉ siècle. »

Le programme de recherche est conduit par l’Institut français d’archéologie orientale au Caire (Ifao), le Centre Européen de Recherches sur les Congrégations et les Ordres Religieux – Laboratoire d’Études sur les Monothéismes (CERCOR-LEM UMR 8584, Saint-Étienne), le Laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167, Paris), le Laboratoire d’excellence RESMED (Religions et sociétés dans le monde méditerranéen, Paris), avec l’appui de l’École française de Rome (EfR), de l’Ecole française d’Athènes (EfA).

La prochaine manifestation de ce programme est un colloque, qui aura lieu à Rome du 17 au 19 septembre 2014. L’appel à communication est en cours, et les propositions sont à envoyer avant le 20 février. Vous trouverez plus d’informations sur cette page. Le thème du colloque est le suivant:

« Il s’agira d’étudier les moines en déplacement d’un monastère à un autre, les moines en voyage d’affaires ou en pèlerinage, de s’attacher aux motifs de ces déplacements, à leurs modalités pratiques, à l’organisation de l’accueil des moines voyageurs. On traitera également de la question des moines errants, de même que des échanges épistolaires entre moines et communautés. On examinera la nature des relations ainsi nouées, que celles-ci relèvent de la vie régulière, de la vie quotidienne, de la vie économique ou de la vie spirituelle.

Les communications seront organisées autour des axes suivants :

1. Moines visiteurs, moines voyageurs, moines errants.
2. Changer de monastère, changer de règle, changer d’ordre.
3. La communication épistolaire entre moines : le quotidien, la spiritualité.
4. Structures d’accueil ou de refuge. »

Sources: Calenda et Ifao.

Crédits: P. Grall © ASA 2000 – 2014, Tous droits réservés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *