La bienveillance du sage stoïcien (Marc-Aurèle) – Février 2014

Marc-Aurèle

Marc-Aurèle, empereur et philosophe stoïcien

« Nous sommes nés pour collaborer, comme les pieds, les mains, les paupières, ou les deux rangées de dents, celle du haut et celle du bas. Il est contre-nature de s’opposer les uns aux autres: et c’est s’opposer à eux que de s’irriter ou se détourner d’eux. »

Marc-Aurèle, Pensées, II, 1.

Une critique récurrente de l’éthique stoïcienne interprète de manière négative l’indifférence du sage vis-à-vis du malheur d’autrui. En effet, selon cette lecture trop rapide de l’éthique stoïcienne, le sage serait totalement égoïste, puisqu’il n’est pas troublé par la mort d’autrui, y compris lorsque la mort touche l’un de ses proches. De son absence de trouble émotionnel à l’annonce de la mort d’un proche, de son absence d’empathie à l’égard du malheur d’autrui, la critique conclut à l’inhumanité d’un tel homme, ou tout au moins son manque d’altruisme. De plus, le sage stoïcien serait totalement centré sur lui-même et son propre bonheur, indifférent à tout ce qui ne dépend pas de lui, puisque pour atteindre la tranquillité de l’âme, il cherche par dessus tout à ne pas être troublé. Sans préciser en détail dans ce billet les raisons pour lesquelles cette critique du stoïcisme n’est pas tout à fait  juste à l’égard du sage stoïcien (j’y reviens plus en détail dans un article à paraître prochainement), j’ai voulu, à partir d’une citation de Marc-Aurèle, montrer l’exemple d’un philosophe stoïcien qui a mis au centre de sa pensée la notion de bienveillance (to eumene).

Tout au long des Pensées, Marc-Aurèle laisse entrevoir une attention particulière à l’autre, et insiste notamment sur la bienveillance avec laquelle il faut agir vis-à-vis d’autrui. Ainsi, pour ne prendre que le premier livre des Pensées, un certain nombre d’attitudes altruistes sont mises en évidence par le philosophe: « ne pas traiter avec dédain les plaintes d’un ami, même s’il a tort » (Pensées, 1, 13), « avoir pour ses enfants une véritable affection » (Pensées, 1, 13), être un homme « capable de se guider lui-même et de guider les autres » (Pensées, 1, 16), etc. Les exemples sont nombreux, et la citation du livre 2 que j’ai choisi de vous présenter ce mois-ci est particulièrement intéressante parce qu’elle associe cette attention à l’autre à une vie conforme à la nature. En quoi cela est-il important? Pour le stoïcien, la vie bonne est « une vie conforme à la nature » (Pensées, 1, 17), et si la bienveillance ou l’attention à l’autre est naturelle, alors, il est bon de prendre soin de l’autre autant que de soi-même. Or, cela est clair dans cette citation, et sera répété par Marc-Aurèle au livre 3: « il est naturel à l’homme de protéger tous les hommes » (Pensées, 3, 4). La bienveillance à l’égard d’autrui est inscrite dans la nature de l’homme, considéré par Marc-Aurèle comme un être social par excellence. Ainsi, l’homme doit collaborer, comme les différentes parties du corps humain doivent collaborer: « il est contre-nature de s’opposer les uns aux autres ». Telle est l’une des grandes leçons de Marc-Aurèle, qui remet en question le préjugé selon lequel le sage stoïcien serait indifférent aux autres et incapable de considération à leur égard. La lecture de la suite des Pensées, sur lesquelles je travaille en ce moment, confirmera sûrement ce qui se détache pour le moment comme une caractéristique marquante de la pensée de Marc-Aurèle…

Crédits photographiques: Le Louvre-Lens, par OliBac, Licence CC BY.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "La bienveillance du sage stoïcien (Marc-Aurèle) – Février 2014". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 8 mars 2014. Consulté le 25 juin 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/1326.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Martial dit :

    Merci beaucoup pour ces précisions de bon sens qui éclairent ma lanterne.

    • Olivier Pasche dit :

      La bienveillance à l’égard d’autrui est inscrite dans la nature…
      Trouve-t-on la notion d’une “nature surnaturelle” des choses chez les stoïciens ?

      • Maël Goarzin dit :

        Précisément pas. Pour les stoïciens, Dieu est l’ordre ou la structure rationnelle de l’univers. En ce sens, Dieu est immanent à la nature, et non au-dessus d’elle. La structure rationnelle de l’univers que l’on peut décrire à l’échelle cosmique se retrouve ensuite à tous les niveaux de la nature, et la divinité en chacun de nous est le reflet, à l’échelle individuelle, de cette raison universelle qui s’infuse en toute chose.

  2. Maël Goarzin dit :

    J’avoue ne pas connaître assez bien le contexte historique précis dans lequel les chrétiens ont été martyrisés sous le règne de l’Empereur Marc-Aurèle. Mais sans vouloir justifier ces actes, je rappelerais cependant la distinction nécessaire entre l’idéal du sage stoïcien, vers lequel tout homme doit tendre, et la réalité du philosophe stoïcien, qui peut commettre des injustices tout en tendant vers un certain idéal. Il me semble que Marc-Aurèle est et se pense comme étant dans cette situation. Cet idéal vers lequel le philosophe stoïcien tend ne l’empêche malheureusement pas d’agir de manière injuste, c’est-à-dire non conforme à la nature. Or, nulle part Marc-Aurèle ne se décrit comme étant sage, mais bien philosophe, c’est-à-dire celui qui aime la sagesse et cherche à l’atteindre. En ce sens, la philosophie stoïcienne est assez proche de la réalité, puisque peu de personnes sont irréprochables. Les sages ne sont pas légions, aujourd’hui comme du temps de Marc-Aurèle, et je pense qu’il en est tout à fait conscient, sans que cela ne l’excuse en rien, encre une fois. Ce que j’ai essayé de mettre en évidence dans ce billet, ce n’est pas la bienveillance de Marc-Aurèle, dont je ne peux juger moi-même la conformité des actes avec la nature, mais le mode de vie philosophique idéal qu’il poursuit. Et il me semble que cet idéal englobe, à bien lire ses Pensées, la vertu de bienveillance à l’égard d’autrui.

    • Philalèthe dit :

      Persécuter les chrétiens ne faisait-il pas partie des καθήκοντα, des officia de la fonction d’empereur romain?

      • Maël Goarzin dit :

        Marc-Aurèle a certainement un sens aigü du devoir, et de ce qu’il est conforme à la nature de faire en tant qu’empereur, tout à fait. Or, son devoir, en tant qu’empereur, est de faire régner l’ordre dans l’empire. Il est probable, en ce sens, qu’il ait considéré le martyr des chrétiens comme une nécessité, pour préserver, précisément, l’ordre dans l’empire.
        Par ailleurs, il me semble qu’il a essayé, lorsque cela était possible et que la pression du peuple et des habitudes culturelles n’était pas trop forte, de réformer certaines lois qu’il jugeait trop sévères. C’est le cas de lois concernant les esclaves, ou le pouvoir du père de famille, par exemple. Mais encore une fois, je dois approfondir cette question et je pèche par manque de connaissance du contexte historique.

  3. Martial dit :

    Quelque chose m’échappe tout de même : le fait de crucifier quelques chrétiens qui n’avaient sans doute commis que le crime d’être un peu naïfs (pour croire à des fadaises) et têtus (pour refuser de vénérer l’Empereur) entre-t-il dans le champ de la conformité à la nature et du soin apporté à l’autre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *