Assentiment au destin et amour véritable (Marc-Aurèle) – Avril 2014

Friendship« Adapte-toi au lot qui t’a été assigné; aime les hommes que le sort a désignés pour vivre avec toi; mais aime-les d’un amour véritable. »

Marc-Aurèle, Pensées, VI, 39 (trad. E. Bréhier).

Cette citation de Marc-Aurèle est intéressante au moins à trois égards: le nécessaire assentiment au destin, l’application de ce premier principe à toutes nos relations sociales, et l’insistance de Marc-Aurèle sur l’ « amour véritable ». Ce sont ces trois points que j’aimerais développer aujourd’hui, en continuité avec les deux premières citations de Marc-Aurèle  présentées sur ce carnet, concernant la bienveillance du sage stoïcien d’une part, et l’attention à l’autre du philosophe stoïcien d’autre part. Le stoïcien n’est pas replié sur lui-même, comme une lecture hâtive des textes stoïciens pourrait le faire penser. Au contraire, le philosophe est sociable par nature. Bien plus, il aime les autres hommes d’un amour véritable, comme la citation ci-dessus le suggère.

Premièrement, Marc-Aurèle rappelle ici le nécessaire assentiment au destin de celui qui veut bien vivre. Bien vivre, c’est-à-dire vivre vertueusement, de manière conforme à la nature. L’acceptation du rôle que le destin nous a donné n’est pas propre à Marc-Aurèle, et cette exhortation se retrouve chez la plupart des stoïciens antiques, notamment chez Epictète. La nature universelle suit un ordre rationnel qu’il serait tout à fait déraisonnable de ne pas suivre. Comprendre et accepter le destin, c’est-à-dire précisément l’ordre de la nature, c’est-à-dire aussi de sa propre nature, est l’attitude la plus rationnelle à adopter, et c’est cette attitude que Marc-Aurèle se recommande à lui-même en permanence dans les Pensées. « Tout est conforme à la nature de l’univers » (Pensées, VIII, 5), et c’est pourquoi le philosophe ne doit pas se troubler: « Si un événement survient, je l’accepte en le rapportant aux dieux et à la source universelle d’où dérivent tous les événements » (Pensées, VIII, 23). Il ajoute également, dans une formulation frappante, comme pour se convaincre lui-même: « Aimer seulement ce qui t’arrive et ce qui est dans ta destinée. Où trouver en effet rien qui te convienne mieux? » (Pensées, VII, 57).

Théâtre antique de Xanthos, en Lycie (actuelle Turquie)

Théâtre antique de Xanthos, en Lycie (actuelle Turquie)

On retrouve également dans cette citation l’allusion au théâtre du monde dans lequel chaque être humain joue un rôle bien précis. On ne choisit pas son rôle, comme le rappelle le Manuel d’Epictète, mais il dépend de nous de bien le jouer: « Ce qui t’appartient, c’est ceci : bien jouer le rôle qui t’a été donné. Mais choisir ce rôle appartient à un autre. » (Arrien, Manuel, 17, trad. P. Hadot). Ici, le lot qui nous a été assigné, la situation dans laquelle le destin nous a placé, doit être acceptée comme l’acteur accepte de jouer son rôle. On peut se demander, à partir de là, en quoi cet assentiment au destin, cette acceptation du rôle que le destin semble nous donner, en quoi cette attitude stoïcienne exclut-elle ou non la notion de liberté… En quoi l’assentiment au destin cher aux stoïciens est-il compatible avec la liberté de choix et la liberté d’esprit du sage stoïcien? C’est une question sur laquelle j’aimerais revenir, dans un autre billet.

FriendshipEn ce qui concerne nos relations à l’autre, il s’agit d’un cas particulier d’assentiment au destin: de la même manière que l’on ne choisit pas son rôle dans le monde, la place qui nous a été assignée sur cette terre, on ne choisit pas non plus, pour Marc-Aurèle, toutes les personnes qui nous entourent au quotidien, en premier lieu ses parents, ses frères et soeurs, ses collègues de travail, etc. Ici, Marc-Aurèle applique le premier principe exposé ci-dessus à toutes les relations sociales: sa famille, ses amis, ses concitoyens: il faut non seulement les accepter comme part de notre vie, mais les aimer. Je n’ai pas la place ni le temps de développer ici la conception stoïcienne de l’amour, mais disons pour aller vite ce que l’amour stoïcien n’est pas, à savoir l’amour passionnel, attachement excessif à l’autre. L’amour véritable, qui s’oppose à l’amour passionnel, est un attachement mesuré, raisonnable, qui peut prendre plusieurs formes : l’amour des proches, l’amour conjugal, l’amour des enfants, la philanthropie, etc. C’est ce type d’attachement auquel Marc-Aurèle appelle chacun d’entre nous vis-à-vis de ses relations, proches et lointaines.

Icône de saint Christophe, portant le Christ, image de la charité.

Icône de saint Christophe portant le Christ, image de la charité.

Enfin, la troisième partie de la citation précise l’exhortation de Marc-Aurèle à aimer son prochain: le philosophe doit aimer ceux qui l’entourent, certes, mais il doit les aimer véritablement. Je pense que l’on peut comprendre cet amour véritable par opposition à l’amour passionnel, comme je l’ai précisé plus haut. L’insistance de Marc-Aurèle sur l’amour de son prochain, y compris de son ennemi, me fait tout de suite penser à la charité chrétienne, qui demande au chrétien d’aimer son prochain (Luc, 10, 27; Jean, 13, 34; Marc, 12, 29-31 et Paul, Epitre aux Romains, 13, 8-10), y compris son ennemi (Mathieu 5, 41-48). Dans un cas comme dans l’autre, l’amour est universel, il s’étend à tous ceux que le destin nous fait rencontrer, peu importe nos préférences personnelles pour l’un ou pour l’autre. La charité chrétienne se porte sur tous ceux que l’on rencontre, y compris son ennemi. De même, pour Marc-Aurèle, la bienveillance du sage se porte sur tous les êtres humains, y compris les insensés, y compris ceux qui se moquent de toi et te haïssent: « Lorsqu’un autre te blâme ou te hait, lorsqu’ils criaillent contre toi, va donc à leurs âmes, pénètre-le, vois ce qu’ils sont. Tu verras bien qu’il ne faut pas te tourmenter pour leur donner de toi une autre opinion. Mais il faut être bienveillant pour eux; car par nature ce sont des amis. » (Marc-Aurèle, Pensées, IX, 27). Tel est sans doute cet « amour véritable » qui, comme la charité chrétienne, ne se porte pas sur l’une ou l’autre de mes relations, selon mes affinités ou préférences personnelles, mais qui se porte sur tout un chacun, indifféremment de son âge, de son sexe, de sa condition sociale, de son mode de vie ou de sa nationalité. De nouveau, c’est cet amour véritable envers tout être humain partageant avec moi la rationalité qui rend possible et réalisable le cosmopolitisme stoïcien.

Crédits photographiques: Friendship, par Henk Kosters, Licence CC BY-NC-SA ; Xanthos Ancient Theater, par Uğur ÇALDAŞ, Licence CC BY-NC-ND ; Friendship bracelets, par Amanda Venner, Licence CC BY-NC-SA ; Icône de saint Christophe, par P. Grall ASA, Tous droits réservés.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Assentiment au destin et amour véritable (Marc-Aurèle) – Avril 2014". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 23 juin 2014. Consulté le 17 octobre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/1518.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *