Billet d’automne: nouvelles de la thèse au seuil de l’année 2015/2016

Comme j’ai pu le faire par le passé,  ou comme d’autres l’ont fait avant moi cette année, j’aimerais faire le point sur l’année qui vient de s’écouler et me projeter quelques instants dans l’année académique qui commence, en vous faisant part des grandes étapes franchies et à venir. Bref, une porte ouverte sur la vie d’un doctorant!

Bx0Nq8YIIAAigvzEn quelques mots, l’année 2014/2015 m’a permis de poursuivre mes recherches sur les biographies néoplatoniciennes et de présenter les premiers résultats de ces recherches. Je me suis enfin mis à lire de manière minutieuse les textes de mon corpus, après presque deux ans de lectures plus générales sur le contexte historique, culturel et littéraire dans lequel ces textes biographiques apparaissent. Cette première phase de mes recherches m’a pris plus de temps que prévu, mais me semble aujourd’hui encore essentielle pour appréhender mon corpus de manière pertinente et nuancée. Les colloques auxquels j’ai participé en 2013 (à Budapest, Lausanne, re-Budapest, et Lyon) et le travail de rédaction d’articles pour les actes de ces colloques (dont l’un a déjà été publié) m’a permis de bien mettre en place des éléments importants concernant le discours biographique, sa place dans l’Antiquité tardive et ses différentes fonctions. Le colloque auquel j’ai participé à Lausanne au printemps 2015 m’a également permis d’approfondir un aspect important de l’analyse des biographies néoplatoniciennes: le rôle de l’auteur, biographe mais aussi philosophe, et donc porteur d’un discours en partie biaisé sur la personne dont il raconte la vie. La posture de l’auteur doit ainsi être prise en compte, tout comme le type de discours (biographique ou hagiographique) employé, pour déterminer les raisons de la présence, de l’absence ou de l’insistance de l’auteur sur tel ou tel élément de la vie du philosophe.

En ce qui concerne l’analyse détaillée de mon corpus, le premier texte analysé  a été la vie de Plotin écrite par Porphyre en introduction à l’édition des Ennéades, et j’ai pu présenter les premiers résultats de ma recherche lors du séminaire doctoral de mon co-directeur de thèse, Philippe Hoffmann, à l’EPHE, au mois de novembre 2014 (voir le compte-rendu de cette intervention). Suite à ce travail, et après avoir rédigé un chapitre correspondant à l’étude de ce texte, j’ai commencé, au printemps 2015, à lire et analyser les deux textes suivants de mon corpus, à savoir les vies de Pythagore écrites par Porphyre et Jamblique. Ce travail est en cours et prend actuellement la plus grande partie de mon temps. Cette partie de mon travail fera l’objet d’une intervention lors de l’école doctorale CUSO au mois de novembre 2015. J’y présenterai de manière comparative et contrastée les vies de Plotin et de Pythagore écrites par Porphyre (présentation à venir). Au printemps 2016, j’aimerais pouvoir présenter dans le cadre du séminaire doctoral de mon co-directeur de thèse, à Paris, le résultat de mes recherches sur la vie de Pythagore écrite par Jamblique.

BZ-7uLYCQAAb4gQDe manière générale, je remarque, au seuil de ma quatrième année de doctorat, que les colloques et les écoles doctorales sont un moyen efficace et constructif pour: 1) se motiver à travailler et avancer dans son travail de thèse et 2) obtenir un premier feedback sur son travail. Je recommande donc de faire cet effort, même s’il demande du temps de préparation et engendre une certaine tension. Personnellement, cette manière de faire me permet d’avancer et m’a permis de mettre le doigt sur des aspects (historiques, littéraires, mais aussi philosophiques) de mon corpus que je n’aurais peut-être pas mis en évidence aussi tôt. En outre, cela prépare efficacement (du moins je l’espère) à la soutenance de thèse car les conférences et autres interventions permettent de se confronter aux remarques parfois critiques et aux questions parfois inattendues des spécialistes (ou non) à qui l’on présente ses recherches. A ce propos, les colloques interdisciplinaires sont particulièrement intéressant car ils demandent de prendre du recul par rapport à son propre domaine de recherche et d’expliquer les présupposés de base (souvent impensés) de sa méthodologie et de son travail. La confrontation avec les chercheurs en histoire et en litérature m’a été particulièrement utile, par exemple.

Bm83oM9CUAAY9aHMa vie de doctorant se poursuit donc et comme je l’avais signalé il y a deux ans maintenant, les lectures et la rédaction de la thèse ne sont pas les seules activités du doctorant. Mon travail d’assistant diplômé à l’Université de Lausanne se poursuit et prend environ 50% de mon temps. Le temps passé auprès des étudiants et au sein de la section de philosophie de l’Université de Lausanne, en plus d’être riche en rencontres et en découvertes, est un moyen d’acquérir les compétences nécessaires à la poursuite d’une carrière académique (enseignement, organisation d’événements scientifiques, connaissance du monde académique de manière générale) et utiles, également, en dehors du monde universitaire.

Cette orientation de mes activités vers l’extérieur de l’Université est une dimension importante de mon travail, car la philosophie et la recherche universitaire ne devraient pas rester coincées dans les amphithéâtres de l’Université. D’où l’écriture de ce carnet de recherche, bien sûr, dont tous les billets sont relayés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Google+ en particulier) et qui, dans la manière de présenter les choses, se veut le plus didactique possible, malgré l’aspect souvent très précis des sujets abordés. Il me semble qu’il est tout à fait possible de concilier une approche tournée vers un public large tout en maintenant la rigueur scientifique caractéristique des recherches universitaires. C’est en tout cas mon objectif.

Un autre projet, dans ce cadre, va bientôt voir le jour, en collaboration avec l’interface Sciences-Société de l’Université de Lausanne. Il s’agit d’un cours-conférence organisé avec certains étudiants de philosophie de l’Unil. Il s’agit de présenter à un public large les résultats de la recherche sur le souci de soi dans l’Antiquité effectuée au cours d’un séminaire qui a eu lieu au printemps 2015. Ce projet permet non seulement de faire connaître la philosophie antique au grand public, mais permet égalemet de valoriser le travail des étudiants qui prennent part activement dans la préparation et la présentation de ce cours-conférence. Plus de nouvelles à suivre!

00_poster_saisonGRVDPar ailleurs, l’année 2014/2015 m’a permis de participer activement à la préparation de la saison 2015/2016 du Groupe Vaudois de philosophie, qui a pour thème le rapport entre philosophie et fiction et qui s’adresse à un public large et varié. Les séances ont lieu environ une fois par mois le mercredi soir (en général), et se déroulent à la Maison de quartier sous-gare, à Lausanne. L’entrée est libre. Plus ou moins lié à mon projet de thèse, dont le corpus est formé de textes biographiques, c’est-à-dire d’éléments réels, mais aussi parfois fictionnels, le thème philo-fiction m’intéresse beaucoup, que ce soit la capacité de la fiction à stimuler la réflexion philosophique ou l’aspect philosophique de la fiction elle-même, qui permet parfois d’exprimer de manière plus intuitive une réalité difficilement exprimable de manière rationnelle et argumentée. J’organise en particulier deux soirées, l’une consacrée aux séries tv, et plus particulièrement aux parcours de vie que la série permet de dévoiler au téléspectateur, faisant de la série un nouveau type de discours biographique (séance le 13 avril 2016), et l’autre consacrée à la pratique du dialogue philosophique à partir de la lecture d’un texte de fiction (séance le  11 mai 2016). J’annoncerai bien sûr ces différentes activités au fur et à mesure.

Ensuite, le projet commun que nous avons avec Konstantin Büchler et Jordi Pià sur les présences et la pertinence du stoïcisme aujourd’hui se poursuit. Après une année 2014/2015 très riche en événements (un banquet et un séminaire à Lausanne, une conférence à Lyon) et en publications (deux entretiens audio et écrit avec Jordi Pià sur les présences du stoïcisme au cours des siècles, et de nombreux billets de blog sur le stoïcisme), l’année 2015/2016 devrait être plus calme, même si nous envisageons de participer à la Stoic Week 2015 en organisant un café philo sur le stoïcisme. En outre, les billets sur le stoïcisme se poursuivent à un rythme régulier, tant les sujets abordés par les philosophes stoïciens de l’époque impériale (Epictète, Marc Aurèle et Sénèque en particulier) semblent être d’intérêt pour le monde actuel. De plus, l’approfondissement de l’éthique stoïcienne et du mode de vie stoïcien me permet de mieux déceler, dans les textes néoplatoniciens, les éléments stoïciens repris par les auteurs sur lesquels je travaille au quotidien. Parallèlement à ce projet sur la pertinence du stoïcisme aujourd’hui,  je réalise actuellement avec Laurence Bouchet une expérience visant à proposer à ceux qui le souhaitent une pratique quotidienne des exercices spirituels, suivie d’une mise en commun régulière de cette expérience via skype.

Avec Konstantin Büchler et Xavier Pavie, au mois de juin 2015

Enfin, en lien avec le projet sur le stoïcisme, Konstantin Büchler et moi-même poursuivons notre série d’entretiens avec des chercheurs s’intéressant à la philosophie antique et sa possible mise en pratique aujourd’hui. Sous quelle forme, et à quelles conditions les exercices spirituels antiques, par exemple, peuvent-ils être repris par les contemporains, et comment mettre en pratique ces exercices? Pour répondre à ces questions, nous avons interrogé Xavier Pavie, spécialiste des exercices spirituels dans la philosophie moderne et contemporaine, et qui vient de publier un ouvrage intitulé Le choix d’exister. Se convertir à une vie meilleure. La série de vidéos issue de l’entretien réalisé au mois de juin est en cours de préparation. Ce sera notre troisième entretien, après l’entretien de Philippe Hoffmann sur Pierre Hadot et l’entretien de Jordi Pià sur les présences du stoïcisme au cours des siècles.

Comme d’habitude, cette année 2015/2016 s’annonce donc passionnante, et surtout très chargée! L’objectif principal, en vue de terminer  la thèse dans des délais raisonnables (dans la limite des 5 ans de mon contrat d’assistant diplômé à l’Unil), c’est de bien avancer dans ma lecture et l’analyse des textes de mon corpus, tout en ouvrant mon champ de recherche au-delà du seul néoplatonisme et de la philosophie antique à travers des activités qui me permettent de rayonner en dehors du monde purement académique.

J’en profite pour vous souhaiter à toutes et à tous une très bonne année 2015/2016, en espérant que vous prendrez toujours plus de plaisir à visiter ce carnet de recherche!

Crédits images: @Fantaroux pour les textes et Hergé/Moulinsart pour les images.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Billet d’automne: nouvelles de la thèse au seuil de l’année 2015/2016". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 14 octobre 2015. Consulté le 25 juin 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/2525.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Emilie Rigaud dit :

    Je découvre votre blog, par le biais du billet sur la traduction de l’ouvrage de Umberto Eco. Je suis moi-même en master 2 et en train de réfléchir à une éventuelle thèse et lire vos différents billets me motive beaucoup. Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’on peut être à la fois très précis scientifiquement et accessible au grand public. Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *