Les éléments pratiques de la vie philosophique dans les biographies de Porphyre

Il y a quelques jours, à l’occasion de l’école doctorale de philosophie antique et médiévale des quatre universités de Suisse romande (CUSO), j’ai présenté le résultat de mes recherches sur les textes biographiques écrits par Porphyre: Sur la vie de Plotin et la mise en ordre de ses livres, introduction à l’édition des Ennéades de Plotin, et la Vie de Pythagore, biographie qui fait partie du premier livre de l’Histoire philosophique écrite par Porphyre.

Après avoir présenté en quelques mots mon projet de thèse, qui a pour but de mettre en évidence et de comparer les différents éléments pratiques (ta epitêdeumata) de la vie quotidienne du philosophe néoplatonicien présents dans les textes biographiques de l’Antiquité tardive, j’ai présenté les deux textes biographiques de Porphyre, en posant les deux questions suivantes:

  • l’appartenance philosophique du mode de vie exemplifié par Plotin et Pythagore
  • l’importance de la dimension pratique du mode de vie philosophique présenté par Porphyre

Dans un premier temps, l’analyse du contexte éditorial des deux textes permet de répondre en grande partie à la première question, liée en particulier à la posture d’auteur, différente dans les deux cas, de Porphyre: compilateur de sources médio-platoniciennes concernant la vie de Pythagore dans un cas, et éditeur des Ennéades et disciple de Plotin dans l’autre[1].

Buste de Plotin

Plotin

– En ce qui concerne la vie de Plotin, le contexte éditorial et les objectifs promotionnels du texte de Porphyre mettent en évidence la dimension néoplatonicienne, et plus particulièrement plotinienne du mode de vie présenté par Porphyre à travers le récit de la vie de Plotin. Comme précisé à l’occasion d’un précédent séminaire doctoral consacré à ce texte, la vie de Plotin est un texte introductif expliquant la genèse des Ennéades et faisant la promotion d’un mode de vie philosophique plotinien. Porphyre met en effet l’accent, dans un contexte polémique, contre Jamblique, sur le caractère suffisant de la philosophie et en particulier de l’activité contemplative, dans le processus de divinisation de l’âme humaine. Le caractère introductif et le contexte polémique de la Vie de Plotin expliquent donc en grande partie l’image de Plotin façonnée par Porphyre dans l’introduction aux Ennéades: un Plotin philosophe, et non théurge, dont la vie intellective fait de lui un homme divin. Avec ce premier texte biographique, Porphyre propose donc au lecteur un mode de vie philosophique néoplatonicien, certes, mais plus particulièrement plotinien.

Pythagore, détail de L'école d'Athènes, de Raphaël (1509)

Pythagore, détail de L’école d’Athènes, de Raphaël (1509)

– En ce qui concerne la Vie de Pythagore, le contexte éditorial de ce texte biographique pointe le caractère essentiellement platonicien de l’entreprise de Porphyre. En effet, à travers l’organisation chronologique de l’Histoire philosophique, son caractère sélectif, et surtout l’aboutissement de l’Histoire philosophique, qui se termine par la vie et les doctrines de Platon, l’auteur propose une vision platonicienne de l’histoire de la philosophie. La position doctrinale de Porphyre, et en particulier son lien avec le pythagorisme, permettent également de préciser l’appartenance philosophique du texte de Porphyre. Dans un contexte de renouveau du pythagorisme[2], Porphyre considère Pythagore comme un philosophe dont les idées sont similaires à celles de nombreuses traditions religieuses et philosophiques, et qui a développé certaines idées qui prendront une forme plus aboutie dans la philosophie de Platon. Au niveau des sources qu’il utilise pour écrire la Vie de Pythagore, Porphyre est surtout influencé par les auteurs médio-platoniciens, qu’il cite abondamment, et dont les liens avec le néopythagorisme sont très forts. Néanmoins, il ne considère pas Pythagore et le pythagorisme comme la source de toute la philosophie grecque, ce qui le distingue de Jamblique, par exemple, et des néopythagoriciens de manière générale. L’influence du néopythagorisme sur Porphyre est donc importante, mais il reste avant tout un platonicien convaincu, qui retrouve dans les différentes philosophies et religions pré-platoniciennes, et notamment dans le pythagorisme, certains éléments platoniciens. Le mode de vie présenté sous les traits de Pythagore est donc surtout néopythagoricien, c’est-à-dire qu’il correspond au mode de vie véhiculé par les sources médio-platoniciennnes. Néanmoins, à côté des éléments néopythagoriciens et médio-platoniciens liés à ces sources, qu’il se contente la plupart du temps de citer, on trouve également, à certains endroits, quelques éléments néoplatoniciens, ce que confirme l’analyse détaillée des chapitres 46 et 47.

8539130412_49b57dff15_kDans un deuxième temps, pour confirmer l’appartenance philosophique des deux textes, j’ai présenté de manière comparative et constrastive la dimension pratique du mode de vie de Plotin et de Pythagore, en montrant le lien étroit qui existe entre les éléments pratiques du mode de vie philosophique et la position doctrinale défendue par Porphyre dans chacun des deux textes. N’ayant pas le temps pour développer l’ensemble des éléments pratiques du mode de vie de Plotin et de Pythagore, j’ai approfondi en particulier les pratiques religieuses de Plotin et de Pythagore. Tandis que la vie de Plotin présente au lecteur un rapport au divin intériorisé, caractérisé avant tout par l’activité contemplative de Plotin et le cheminement de l’âme du monde sensible vers le monde intelligible jusqu’à, finalement, l’union à l’Un, la  Vie de Pythagore présente au contraire un mode de vie dans lequel les pratiques religieuses traditionnelles (en particulier les sacrifices) sont omniprésentes. L’activité contemplative de Pythagore, par contraste, est peu présente (si ce n’est aux chapitres 46-47). L’étude des pratiques religieuses confirme donc la dimension néoplatonicienne, et plus particulièrement plotinienne du mode de vie de Plotin présenté par Porphyre dans l’introduction aux Ennéades, ainsi que la dimension néopythagoricienne du mode de vie de Pythagore présenté par Porphyre dans la Vie de Pythagore, avec des éléments platoniciens (l’activité contemplative en particulier) liés aux sources médio-platoniciennes utilisées par Porphyre et, éventuellement, l’influence de Porphyre lui-même (selon le caractère néoplatonicien ou non des chapitres 46-47).

En conclusion, je suis revenu sur l’intérêt philosophique de l’étude du mode de vie de Plotin et de Pythagore. Cette étude montre tout d’abord l’importance de la dimension pratique dans le mode de vie philosophique de l’Antiquité tardive. Elle montre ensuite l’importance des éléments pratiques dans la reconstitution du mode de vie présenté et défendu. La dimension pratique du mode de vie reflète en effet les choix philosophiques défendus par l’auteur, et c’est pourquoi il est possible, à partir des éléments pratiques, de déterminer ou de confirmer l’appartenance philosophique du mode de vie idéal présenté.


[1] Je me suis attardé un peu plus longuement sur le contexte éditorial de la Vie de Pythagore et sur un passage précis du texte (chapitres 46-47) afin de déterminer l’appartenance philosophique du mode de vie présenté ici par Porphyre sous les traits de Pythagore. Etant donné le contexte éditorial, dont on sait peu de choses, et le caractère compilatoire de la Vie de Pythagore, il est difficile, en effet, de déterminer l’appartenance philosophique du mode de vie décrit ici par Porphyre. Les sources citées par Porphyre constituent en effet la quasi totalité de l’ouvrage. Seul l’agencement et les choix de Porphyre parmi ses sources permettent donc de déterminer la position de Porphyre. Il est toutefois possible de déterminer, au cas par cas, à l’aide d’une étude philologique précise, les parties du texte qui pourraient être de Porphyre, et c’est l’état de la recherche à cet égard que j’ai présenté à cette occasion, à partir de l’analyse des chapitres 46 et 47.

[2] Sur le renouveau du pythagorisme dans les premiers siècles de notre ère, voir A.-J. Festugière, La Révélation d’Hermès Trismégiste, vol. I : L’astrologie et les sciences occultes, p. 14-18. Selon A.-J. Festugière, ce renouveau du pythagorisme a lieu parallèlement à l’expansion de différentes sagesses révélées : les sagesses attribuées à des mages perses (Zoroastre, par exemple), à un dieu d’Egypte (hermétisme) ou à des oracles venus de Chaldée (oracles chaldaïques), ou encore des sagesses venant de prophètes ou de philosophes de la Grèce ancienne et ayant approché le divin (orphisme et pythagorisme).

Crédits photographiques: Mon ami Pythagore, par Nicolas, Antoine Vasse, Licence CC BY. Les autres illustrations sont dans le domaine public.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Les éléments pratiques de la vie philosophique dans les biographies de Porphyre". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 25 novembre 2015. Consulté le 22 octobre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/2574.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 février 2017

    […] dans le corpus des biographies néoplatoniciennes deux vies de Pythagore, celle de Porphyre, dont j’ai déjà présenté l’absence de caractéristiques néoplatoniciennes, et que j’ai écarté de mon corpus de textes pour cette raison, et celle de Jamblique, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *