(Ré)écrire le titre et le résumé de son travail de thèse

14326101068_b5c64c4a96_kAprès trois années de recherche, dont j’ai rappelé dans le dernier billet les grandes étapes, j’ai dû faire le point, pour ma réinscription en thèse, sur l’avancement de mes recherches. A cette occasion, j’ai réfléchi, une enième fois, au titre provisoire de ma thèse, et j’ai, de nouveau, rédigé un paragraphe résumant mon projet de thèse. Quoique fastidieux, ce travail n’en est pas moins instructif, et un retour sur l’évolution de ces titres et résumés permet de prendre du recul sur le chemin parcouru depuis le début de la thèse, et de faire le point, surtout, sur l’évolution du projet, au fil des recherches. C’est aussi l’occasion d’approfondir un aspect particulier de l’écriture de la thèse, dont j’ai déjà parlé sur ce carnet.

Déterminer le titre de sa thèse n’est pas une chose évidente, et peut prendre différentes formes, comme Emilie Doré l’explique très bien dans un récent billet de blog (Trouver un titre à sa thèse): descriptif, problématisé ou affirmatif, il peut être plus ou moins long, prendre la forme d’une question, se réduire à une formule choc ou se décliner en deux temps. Trouver un bon titre est donc un art, et nécessite de faire des choix dont il est intéressant d’être conscient. Pour ma part, dans sa forme actuelle (et probablement non définitive), le titre de mon projet de thèse est le suivant: « Les éléments pratiques du mode de vie néoplatonicien dans les vies de philosophes de l’Antiquité tardive. » Un titre prudent, descriptif, plutôt court, qui montre à la fois l’objet de la recherche (le mode de vie néoplatonicien, et, en particulier, ses éléments pratiques), et le corpus étudié, que ce soit le type de textes étudié (les textes biographiques) ou la période chronologique prise en compte (l’Antiquité tardive).

Mais ce titre n’est pas le premier titre choisi et présenté, au fil du temps, à mes différents interlocuteurs et, en premier lieu, à mes co-directeurs de thèse. Voici les quatre premiers titres donnés à mon projet, par ordre chronologique:
« Vies de philosophes et vies de saints dans l’Antiquité tardive : quel style de vie pour vivre dans le monde ? »
– « Vies de philosophes et vies de saints dans l’Antiquité tardive : conseils pratiques pour vivre dans le monde. »
– « Vies de philosophes et vies de saints dans l’Antiquité tardive: comment vivre au quotidien? Rôle et valeur de la vie quotidienne dans les écoles de pensée et religions de l’Antiquité tardive. »
– « Les différentes manières de vivre dans le discours biographique de l’Antiquité tardive : comment bien vivre au quotidien ? »

4608756700_c394637118_bL’évolution de ces titres, jusqu’au dernier en date, montre assez bien l’évolution du corpus étudié, qui s’est précisé, se concentrant davantage sur les vies de philosophes, et laissant de côté, pour l’instant, les vies de saints et, de manière générale, l’ensemble des discours biographiques tardo-antiques auxquels je souhaitais comparer de manière systématique les vies de philosophes. La deuxième partie de ces différents titres montre également l’évolution de l’objet d’étude, qui n’est plus, de manière générale, le style de vie, ou le mode de vie dans le monde sensible, mais la dimension pratique de ce mode de vie, visible à travers les éléments pratiques du mode de vie néoplatonicien tel qu’il apparaît dans les textes biographiques. Au-delà des différences, le type de textes choisis pour mon corpus reste le même (des textes biographiques), et la période étudiée reste la même (l’Antiquité tardive). On ne peut tout de même pas tout changer!

Qu’en est-il du résumé de la thèse? Il accompagne généralement le dépôt du manuscrit final, et doit comprendre quelques centaines de mots, pas plus. Mais il est déjà présent depuis la rédaction d’un prjet de thèse, donc avant le début officiel de la thèse, et accompagne le doctorant tout au long de son travail. Continuellement, il faut mettre à jour ce résumé de la thèse, qui est un peu la carte de visite du doctorant lorsqu’il participe à certains colloques, ou lorsqu’il présente une partie de son travail lors d’un séminaire doctoral, par exemple. Il est court, synthétique, et amené, souvent, à évoluer au fil des mois et des années. Et c’est le cas pour moi, puisque je viens de rédiger ce résumé de mon projet, qui diffère sur quelques points du résumé proposé sur ce carnet il y a bientôt trois ans, en janvier 2013.

A partir de l’étude des textes biographiques néoplatoniciens, mon travail de thèse a pour objectif de reconstituer le mode de vie néoplatonicien[1]. Plus précisément, à partir des descriptions de la vie quotidienne du philosophe que l’on trouve dans les textes biographiques de Porphyre, Jamblique, Marinus et Damascius (textes néoplatoniciens datant du 3ème au 6ème siècles de notre ère), il s’agit de mettre en évidence et de comparer les différents éléments pratiques (ta epitêdeumata) de la vie quotidienne du philosophe. En effet, ces éléments de la vie de tous les jours sont des indices précieux de la dimension pratique du mode de vie philosophique prôné par les auteurs néoplatoniciens dans l’Antiquité tardive. Les dimensions éthique, sociale, et politique en particulier apparaissent clairement dans les textes biographiques en question, dimensions peu développées jusqu’à présent dans la recherche sur le néoplatonisme[2].

Ce paragraphe diffère sur certains points du premier résumé présenté en janvier 2013. En effet, la comparaison entre les deux paragraphes permet de voir l’évolution de mon objet de recherche, qui concerne désormais en priorité le mode de vie néoplatonicien, et non l’ensemble des modes de vie proposées, dans l’Antiquité tardive, aux hommes et aux femmes vivant dans l’Empire romain. L’objet de recherche, trop vaste, s’est donc précisé, de même que le corpus, qui s’est restreint: les vies de philosophes écrites par les auteurs néoplatoniciens dans l’Antiquité tardive. La comparaison permet également de prendre conscience de l’évolution de la terminologie employée: je ne parle plus de biographies, mais de textes biographiques, laissant la question du genre littéraire de chacun des textes étudiés ouverte, même s’ils partagent un même type de discours. De même, plutôt que de parler de normes ou de règles de conduite, la plupart du temps absentes des textes étudiés, je prends davantage en compte la description des éléments pratiques (ta epitêdeumata) de la vie philosophique, à savoir les différentes activités du philosophe liées à sa vie dans le monde sensible. Et si le mode de vie du philosophe peut avoir une dimension normative, en tant que modèle ou exemplum, la façon dont s’exprime cette norme ne prend généralement pas la forme de préceptes ou de règles de conduite à suivre, mais bien plutôt celle de la description. Enfin, la place de mon travail dans la recherche actuelle sur le néoplatonisme s’est précisée, comme le montrent les deux notes de bas de page.

Pour conclure, les titres comme les résumés de mon travail de thèse reflètent une évolution similaire (le contraire eût été curieux), et ont dû être mis à jour de manière régulière, environ une fois par an. Je reprends ici l’évolution de ces deux aspects du travail de thèse, mais la même chose pourrait être faite à partir du plan de la thèse, qu’il faut sans cesse reprendre et modifier. Ces détails concrets de la thèse montrent l’évolution constante de la réflexion du doctorant, qui tente, tant bien que mal, de toujours mieux circonscrire son sujet (lorsque cela est possible), pour aboutir, au bout de trois, quatre ou cinq ans (quand ce n’est pas plus), à une vue d’ensemble plus ou moins claire de son objet de recherche.


[1] A la suite des études de P. Hadot, mon travail considère en effet la philosophie néoplatonicienne comme une manière de vivre étroitement liée au discours philosophique, et non seulement comme un discours théorique n’ayant aucun impact sur le mode de vie du philosophe néoplatonicien. Je poursuis, en ce sens, le travail de P. Hadot, qui n’a pas développé cet aspect de la philosophie néoplatonicienne, sinon de manière programmatique et surtout à partir des Ennéades et de la pensée de Plotin.

[2] Je poursuis ainsi le travail de D. O’Meara, qui a ouvert le champ de recherche qui concerne la philosophie politique néoplatonicienne, ainsi que le travail d’A. Schniewind, qui a permis de présenter une vision plus nuancée de l’éthique plotinienne en particulier. Ces études permettent de décrire de manière plus nuancée le mode de vie néoplatonicien, sans le réduire à la seule fuite du monde sensible, au détournement du corps et au retour vers l’intelligible.

Crédits photographiques: resorting to paper, par catherinecronin, Licence CC BY-SA; Title Page, par Carsten, Licence CC BY-SA.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "(Ré)écrire le titre et le résumé de son travail de thèse". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 19 novembre 2015. Consulté le 25 mai 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/2576.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maël Goarzin dit :

    Ce nouveau billet complète le billet rédigé il y a deux ans maintenant sur l’écriture de la thèse. Vous y trouverez également, dans les commentaires, de nombreuses références pour approfondir la question: http://biospraktikos.hypotheses.org/952

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *