Des exemples exemplaires. Des cas d’imitation du sociologue, aux exemples édifiants de l’empereur Marc-Aurèle.

Dans les travaux entres autres publiés sur son carnet, Maël Goarzin interroge des changements de mode de vie : les conversions philosophiques, telles que définies et vécues par des philosophes de l’Antiquité. Il montre comment ces philosophes s’appuient sur des modèles de vertu pour guider leur quête personnelle de la sagesse. Ils imitent donc en vue de mieux vivre. Or, l’imitation est aussi un phénomène qu’étudie le sociologue, les modèles et leurs imitateurs fournissent ses cas d’étude privilégiés. On peut se demander alors, comment joindre la dimension normative de l’approche philosophique de l’imitation des modèles, avec l’étude du processus social de l’imitation par le sociologue ? Envisager une réponse à cette question pourrait permettre de cumuler les efforts pour étudier, inventer, diffuser des exemples exemplaires, c’est-à-dire, des modèles à imiter afin de vivre une vie meilleure. Pour élaborer la réponse, on s’attardera sur l’imitation et ses définitions au sein de la sociologie de Gabriel Tarde, pour ensuite rappeler les modèles que Marc-Aurèle, l’empereur-philosophe, s’est entraîné à incarner. De là, on pourra envisager des réflexions communes sur les modèles de vie et leurs imitations, entre partenaires des sciences humaines et sociales, autrement dit, entre philosophes et sociologues.

L’imitation au cœur de la vie sociale

Vidéo du débat reconstitué entre Gabriel Tarde et Émile Durkheim

Un sociologue a été remis au goût du jour par des philosophes contemporains. Il s’agit de Gabriel Tarde, qui doit le retour en grâce de ses travaux aux usages qu’en firent Deleuze et Guattari (1980), d’une part, Bruno Latour d’autre part (2007). Auparavant, on en était venu à le cantonner à son rôle d’adversaire du grand Durkheim, père de la sociologie française.

Or, Gabriel Tarde est intéressant parce qu’il a considéré que l’imitation est au cœur de la vie sociale, en particulier dans l’ouvrage publié en 1890 et intitulé : Les lois de l’imitation. Processus continu, l’imitation des modèles tend à fabriquer à partir des copieurs du jour, les modèles de demain, qui seront imités à leur tour, et ainsi de suite.

« Ainsi, à force de s’assimiler à leurs modèles, les copies s’égalent à eux, c’est-à-dire deviennent capables d’être modèles à leur tour […]. » (Tarde, 1979, p. 397)

Qu’on pense simplement à la mode ou à la coutume, pour comprendre la portée extraordinaire des imitations, qui relient les peuples entre eux, les vivants avec les morts.

« L’individu jugé supérieur est copié en tout, et il semble ne copier personne au-dessous de lui, ce qui est vrai, à peu de chose près. » (Tarde, 1979, p. 252)

La copie de l’individu jugé supérieur est un fait social, et peut-être une injonction morale. De ce fait, il est essentiel de réfléchir aux modèles qui nous ont constitués, et aux modèles de vertu que nous gagnerons à imiter. Le fait d’imitation rappelle combien l’individu naît de l’entraînement au copiage, et donc combien l’hérédité fait peut pour l’édifier. Avec le sociologue, on peut dire qu’il n’y a rien de moins négligeable que l’imitation.

Les exemples auxquels s’attache l’empereur-philosophe

Buste de Marc-Aurèle, Musée romain d’Avenches

Or, une lecture en amateur du stoïcien Marc-Aurèle m’a permis de me rendre compte de son attention à l’imitation des modèles.

« XXXVIII. Examine bien leurs âmes ; et vois ce que les hommes sages évitent, ce qu’ils ambitionnent. » (Marc-Aurèle, 1943, p. 72)

Particulièrement, au livre premier de ses Pensées (1943, pp. 29-39), l’empereur-philosophe établit la liste des modèles dont il a copié les vertus. Il montre ainsi comment progresser vers une vie bonne : en imitant de bons modèles, qui ont eux-même tiré parti des modèles qu’ils ont imités (Tarde, 1979, p. 161). Ses exemples à reprendre sont constitués tant par les vertus des proches, que par celles de philosophes plus lointains ou bien morts. Notamment, Marc-Aurèle se recommande l’imitation des mérites de sa mère, ou encore d’Alexandre le platonicien.

« III. Imiter de ma mère sa piété, sa bienfaisance ; m’abstenir, comme elle, non seulement de faire le mal, mais même d’en concevoir la pensée ; mener sa vie frugale, et qui ressemblait si peu au luxe habituel des riches. » (Marc-Aurèle, 1943, pp. 29-30)

« XII. J’ai appris d’Alexandre le platonicien à ne pas dire souvent, ni sans nécessité, et à ne pas écrire dans une lettre : Je n’ai pas le temps ; à ne jamais user d’un tel moyen, de ce prétexte d’affaires urgentes, pour refuser habituellement de rendre les services qu’exigeaient mes relations d’amitié. » (Marc-Aurèle, 1943, pp. 32)

Il s’agit tant chez lui d’énoncer des vertus cardinales, que des habitudes de portée plus restreinte, afin de composer un art de vivre. Sans en faire la doctrine tel Gabriel Tarde, il pose en creux une définition de l’individu en tant que fruit de ses imitations. Il s’agit alors d’imiter avec discernement pour l’individu en quête d’une vie bonne. Sans discernement, les trop nombreuses rencontres de bons et de mauvais modèles seraient éreintantes, et risqueraient d’égarer (Marc-Aurèle, 1943, p. 43). Aucun cercle vertueux ne serait alors envisageable. Au contraire, il s’agit de s’exercer à copier les bons modèles. Pour ce faire, tel l’empereur, il est possible de se les remémorer et de les contempler régulièrement.

« XXVI. Il y avait, dans les lois d’Ephèse, un commandement de se rappeler sans cesse au souvenir quelqu’un des anciens qui s’étaient appliqués à la vertu. » (Marc-Aurèle, 1943, p. 185)

Ainsi, en recensant les mérites de ceux qu’on imite, on s’exerce à imiter des vertus, mais aussi à l’humilité et à la gratitude. Quoi de plus dégrisant et salvateur que de prendre régulièrement conscience du fait que nous sommes le fruit d’imitations d’imitations ? Voilà un exercice spirituel que se propose Marc-Aurèle en tête de ses Pensées, et pour lequel il ne manque pas de maximes (voir le billet : « Sur l’usage philosophique des maximes (Marc-Aurèle) »). Et, Tarde nous rappelle aussi qu’il n’est jamais plus facile d’imiter, que lorsqu’on a déjà appris à imiter (1979, p. 89) : il est donc temps d’imiter de manière consciente et réfléchie, d’autant plus que nous ne pouvons nous passer d’imitation.

Travailler entre philosophie et sociologie pour décrire des modèles de vie bonne

Quels modèles pour notre temps ?

Que tirer des travaux d’un sociologue sur l’imitation, et d’un philosophe épris de modèles de vie ? D’une part, il est intéressant de noter que l’habitant de l’Antiquité a vécu le problème théorique du sociologue du XIXème siècle. D’autre part, le sociologue de notre ère peut rappeler par son travail, combien l’art de vivre de l’habitant de la Rome antique est pertinent, puisqu’il tire parti des lois de l’imitation qu’il met en exergue. On notera seulement une différence entre les deux auteurs : le sociologue a aussi le souci de la contre-imitation d’un (mauvais) modèle (Tarde, 1979, p. XII), là où Marc-Aurèle s’appuie uniquement sur les vertueux pour s’édifier, dans le premier livre des Pensées.

Maintenant, tentons d’ébaucher des conclusions concrètes à la croisée entre recherche sociologique et philosophique. Prenons le problème le plus éminent de notre époque, il semble qu’il s’agisse du réchauffement climatique et de la destruction de notre milieu de vie. Une question se pose à chacun de nous pour résoudre ce problème : comment changer son comportement afin de le rendre plus durable ? Ici, Tarde et Marc-Aurèle sont des soutiens précieux. Ils nous permettent de comprendre que pour modifier un comportement, le plus aisé est d’imiter un bon comportement existant, un comportement plus durable. Si l’imitation est la règle, il est possible de la favoriser, en diffusant les bons exemples par divers moyens : maximes, portraits, ouvrages, films, etc. C’est aussi pourquoi, lire Marc-Aurèle n’est pas seulement utile parce qu’il a reconnu l’importance de l’imitation. Il est lui même un exemple exemplaire : la vie tranquille et simple promue par l’empereur stoïcien n’est-elle pas tout ce qu’il y a de plus durable ? Ainsi, l’étude de l’imitation et des modèles à imiter, est centrale pour engager des changements dans les comportements.

Pour conclure cette courte excursion, à cheval entre la sociologie et le travail d’un philosophe antique, il peut être judicieux de rappeler à quel point le choix des exemples d’étude du sociologue sont importants non seulement d’un point de vue scientifique, mais aussi d’un point de vue moral, parce qu’ils pourraient être imités. Lire de la sociologie serait toujours un travail scientifique, mais qui se rapprocherait d’un exercice d’imitation de modèles de vie, un peu plus près de la philosophie donc, si le sociologue prenait soin de présenter dans ses études, des exemples exemplaires.


* Ce billet est le fruit d’échanges fructueux entre un philosophe et un sociologue sur le thème du changement de mode de vie. Pour lire le billet de Maël Goarzin sur la conversion au mode de vie philosophique et l’effort que ce choix de vie exige de la part des élèves de Plotin, cliquez ici: « Changement de mode de vie et conversion philosophique : détour par l’Antiquité« .


Bibliographie

Deleuze Gilles, Guattari Felix, Mille Plateaux, Editions de Minuit, Paris, 1980, 645 p.

Latour Bruno, Changer la société, refaire de la sociologie, La Découverte, Paris, 2007, p. 381

Marc-Aurèle, Pensées, Pot cassé, Paris, 1943, 199p.

Tarde Gabriel, Les lois de l’imitation, Saktine France, Genève, 1979, 428p.


Crédits photographiques

Fanny Schertzer, Creative Commons

Citer ce billet: Alexandre Rigal, "Des exemples exemplaires. Des cas d’imitation du sociologue, aux exemples édifiants de l’empereur Marc-Aurèle.". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 15 mai 2017. Consulté le 27 juillet 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/3152.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. En guise d’exemples exemplaires on peut citer le travail de compilation de la vie d’illustres romains et grecs réalisé par Plutarque dans « Vies parallèles ».

    • Maël Goarzin dit :

      Effectivement, Plutarque est un des modèles du genre biographique à l’époque impériale et même au-delà. La fonction d’exemplum du récit biographique est particulièrement présente et justifiée explicitement par Plutarque., tandis qu’elle est souvent implicite dnas les biographies ultérieures, signe que cette fonction du genre biographique est devenue, à cette époque, constitutive du genre.

  2. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  1. 15 mai 2017

    […] *Ce billet est le fruit d’échanges fructueux entre un sociologue et un philosophe sur le thème du changement de mode de vie. Pour lire le billet d’Alexandre Rigal sur l’importance des modèles exemplaires en sociologie et chez le philosophe stoïcien Marc Aurèle, cliquez ici: « Des exemples exemplaires. Des cas d’imitation du sociologue aux exemples édifiants de l&#8217…« . […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *