Figures, ethos et postures de l’auteur au fil des siècles – Colloque 20-21 juin

Gregory_of_Nyssa

Grégoire de Nysse

Le colloque Figures, ethos et postures de l’auteur au fil des siècles aura lieu les 20 et 21 juin 2013 à l’Université de Lausanne. Le colloque est organisé par le Centre d’études médiévales et post-médiévales, en collaboration avec la Formation doctorale interdisciplinaire de l’Unil.

« Des littératures antiques à la modernité, ce colloque interrogera les figures, postures et scénographies auctoriales qui régissent le travail littéraire. L’auctorialité est à la fois une fonction (Foucault 1969) et une pratique au fil des siècles (Chartier 1998). Elle est une pièce essentielle d’une pragmatique historique de la communication littéraire, telle qu’on l’envisagera ici à la suite d’historiens de la littérature comme Alain Vaillant (2010). » Pour plus d’informations sur le colloque et pour le programme complet des deux journées, allez voir cette page!

A l’occasion de ce colloque, je présenterai un nouvel aspect de ma recherche, lié à la posture du biographe tardo-antique par rapport à celui dont il raconte la vie. Voici d’ores et déjà le résumé de ma présentation:

Vies de philosophes et vies de saints : sur l’utilisation des figures de Moïse et de Pythagore par les biographes de l’Antiquité Tardive. 

Ma présentation concernera l’utilisation, par les biographes de l’Antiquité Tardive, de figures prophétiques ou légendaires, pour prôner un certain modèle de vie. Quels emprunts les philosophes et les biographes chrétiens de l’Antiquité Tardive font-ils aux figures prophétiques et légendaires telles que Moïse ou Pythagore ? Comment l’auteur de ces biographies se positionnent-ils par rapport à ces figures dont il raconte la vie ? Et finalement, pourquoi racontent-ils la vie de ces lointaines figures ?

Pythagore

Pythagore

A partir de la Vie de Pythagore écrite par Porphyre et de la Vie de Moïse écrite par Grégoire de Nysse, il s’agit, d’une part, de montrer comment les biographes justifient et légitiment le recours à ces personnages antiques, à travers le titre de ces biographies, dans leurs préfaces, mais également de manière plus implicite dans le corps même du texte. D’autre part, il s’agit de montrer quelle utilisation le biographe de l’Antiquité Tardive peut faire de ces figures auxquelles il fait référence, à savoir montrer au lecteur un modèle de vertu à imiter. On voit ici apparaître l’explicitation par l’auteur de la posture du lecteur idéal : comment lire ces biographies, et comment en tirer profit ? Enfin, pour éclairer ces propos sur la référence aux figures prophétiques et légendaires par les biographes de l’Antiquité Tardive, il me semble intéressant de comparer ces textes aux biographies de philosophes et de saints plus proches de l’auteur, comme la Vie de Plotin écrite par Porphyre ou la Vie de sainte Macrine écrite par Grégoire de Nysse.

Cette intervention lors du colloque a fait l’objet d’un article intitulé: 

Vies de Moïse et de Pythagore: la fonction de l’exemplum dans les biographies de l’Antiquité tardive.

L’article est désormais disponible en ligne à cette adresse.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Figures, ethos et postures de l’auteur au fil des siècles – Colloque 20-21 juin". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 22 avril 2013. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/359.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *