Philosophie et interdisciplinarité (États Généraux de la philosophie en Suisse romande)

Logo_GrVd_webCe week-end ont lieu à Lausanne, dans le canton de Vaud, les États Généraux de la philosophie en Suisse romande, dont l’objectif est, selon Michel Vanni, membre du Groupe Vaudois de philosophie et co-organisateur de l’événement, de créer un espace de dialogue entre les différents acteurs de la vie philosophique romande. En ouvrant le dialogue et en questionnant le lien de la philosophie avec d’autres pratiques sociales, il s’agit également de décloisonner l’activité philosophique et de montrer que la philosophie n’est pas en dehors de la société civile.

Le premier temps de ces trois jours de discussion à la Maison de Quartier Sous-Gare, à Lausanne, a permis une discussion concernant les usages de la philosophie dans les sciences humaines et sociales, ainsi que dans les sciences naturelles, comme la biologie ou la médecine, dans le but de comprendre comment la philosophie interagit avec d’autres pratiques et avec d’autres types de savoirs. Les interventions et les discussions qui ont suivi ont mis en évidence, parmi d’autres problèmes, la question de l’interdisciplinarité, et celle de l’identité philosophique. Comment, dans un contexte interdisciplinaire, rester philosophe ? Comment conserver cette appartenance philosophique malgré la collaboration avec d’autres disciplines ? Pour prolonger la discussion, j’aimerais dans la suite de ce billet remettre en cause  la notion de discipline et proposer, par opposition, une certaine définition de l’interdisciplinarité.

On peut définir une discipline par un certain nombre de concepts et de méthodes permettant d’étudier un certain nombre d’objets appartenant, historiquement, à cette discipline. Par exemple, la philosophie envisagée comme discipline porte sur un certain nombre de questions (Qu’est-ce que l’Être? Comment bien vivre?) et de textes philosophiques (de l’Antiquité à nos jours), traités ou étudiés à l’aide d’un certain nombre d’outils, plus précisément des outils conceptuels ou méthodologiques propres à la discipline. De même, la médecine traitera du corps et de l’esprit de l’homme, son objet, avec un certain nombre d’outils propres à la discipline en question.

A partir de cette définition de la discipline, on voit à quel point il est difficile de définir la philosophie, plus particulièrement en ce qui concerne les objets de la philosophie. Qu’est-ce qu’un objet philosophique ? Comment distinguer un objet philosophique d’un objet non-philosophique ? De même, lire un texte philosophique avec les lunettes d’un historien ou d’un médecin, n’est-pas aussi faire de la philosophie ? Comment définir ce qu’englobe cette notion de philosophie comprise comme discipline au sens strict ? La réalité des pratiques de la philosophie ne correspond pas à cette définition, comme les quatre intervenants l’ont rappelé, et comme mon propre travail de thèse le montre. Alors comment décrire cette pratique non-disciplinaire de la philosophie ?

L’interdisciplinarité permet, selon moi, de décrire de manière bien plus adéquate la pratique quotidienne de nombreux philosophes. On peut considérer en effet la philosophie ou la pratique philosophique comme l’usage d’un certain nombre d’outils méthodologiques et conceptuels. En ce sens, le philosophe a la possibilité, en dehors des objets proprement philosophiques, de travailler sur différentes catégories d’objets non nécessairement philosophiques. La philosophie peut ainsi être définie comme l’usage d’un certain nombre d’outils proprement philosophiques sur un certain nombre d’objets, philosophiques ou non. La philosophie est alors comprise comme un outil de la pensée pouvant se porter sur n’importe quel objet.

Dans cette perspective, contre l’exclusivité de l’outil philosophique pour l’étude des objets philosophiques (et même si cette catégorisation est à questionner), toute question ou texte catégorisés comme philosophiques peuvent être appréhendés à l’aide d’outils issus d’une autre discipline. Au-delà des disciplines, une diversité d’outils s’offre au chercheur pour traiter tel ou tel objet. On voit se dessiner une certaine idée de l’interdisciplinarité, conçue comme un bon usage des différents outils à disposition pour l’étude d’un objet déterminé.

Concrètement, qu’est-ce ce que cela signifie ? Je prendrai comme exemple mon propre travail de thèse. J’étudie des textes (les biographies de philosophes) qui ne sont pas traditionnellement considérés comme des objets philosophiques. De même, je travaille sur des textes et des auteurs qui, d’un point de vue analytique, présentent peu d’intérêt. D’où mon approche interdisciplinaire, à savoir philosophique (car ces textes, quoique dénigrés par la tradition philosophique, présentent un contenu tout à fait important philosophiquement), historique (le contexte historique permettant de mieux comprendre certains choix biographiques, par exemple) et littéraire (le genre littéraire particulier des biographies demandant par exemple un certaine analyse des procédés littéraires utilisés par le biographe). Mon travail fait donc appel, pour l’étude de textes philosophiques, littéraires, et historiques, à des outils non seulement philosophiques mais aussi historiographiques et d’analyse littéraire. Non seulement ces outils sont-ils appropriés pour comprendre les textes étudiés, mais ils sont, selon moi, nécessaires à une telle compréhension. Mon objet d’étude nécessite l’usage d’outils philosophiques, mais également d’autres outils, issus d’autres « disciplines ». Je mets des guillemets, car on voit à travers cet exemple à quel point les frontières entre les disciplines académiques sont poreuses, et ne correspondent pas toujours à la réalité de la pratique du chercheur.

Pour conclure, je dirais que l’interdisciplinarité est à comprendre en termes de dialogue et de partage d’outils historiquement issus d’une discipline précise, mais effectivement utilisés par différents chercheurs, issus de différentes disciplines, pour traiter seul ou à plusieurs tel ou tel objet. Car si un philosophe peut utiliser les outils d’autres disciplines, ce travail interdisciplinaire peut se faire également en groupe, à travers la collaboration de personnes issues de disciplines différentes.

Voilà quelques pistes de réflexion sur l’interdisciplinarité, que j’essaye de définir à partir de ma propre pratique. Mais alors, que suis-je ? Un philosophe, un historien, ou que sais-je encore ? Quel nom donner à celui qui pratique l’interdisciplinarité ? Est-il encore philosophe ? Est-il plus que philosophe ? Espérons que les deux prochains jours des États Généraux de la philosophie apporteront quelques réponses à ces questions!

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Philosophie et interdisciplinarité (États Généraux de la philosophie en Suisse romande)". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 21 septembre 2013. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/887.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. berruezo dit :

    Bonjour
    Je cherche les noms de philosophes suisses au 18 et 19 émes siècles
    pour une recherche personnelle.Je m’intéresse plus particulièrement
    à ceux qui ont travaillé sur la santé et la médecine
    Merci par avance pour votre réponse et bravo pour ce que vous faites
    Cordialement
    E.Berruezo

    • Maël Goarzin dit :

      Bonjour,
      Je ne suis pas spécialiste de cette période, mais je me permets de vous orienter vers Camille Jaccard, doctorante en histoire de la médecine à l’Université de Lausanne, et qui s’intéresse justement à la période qui vous intéresse. Vous trouverez ses coordonnées sur cette page: http://tinyurl.com/pzxhz82
      J’espère que cela vous aidera dans vos recherches!
      Bien à vous,
      Maël Goarzin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *