L’exercice de méditation (Epictète) – Septembre 2013

Meditation_-_Malmö-1983« Garde ces pensées, de nuit et de jour, à ta disposition. Mets-les par écrit, fais-en la lecture; qu’elles soient l’objet de tes conversations avec toi-même, avec un autre. (…) Puis, s’il t’arrive de trouver quelqu’un de ces événements qu’on appelle indésirables, tu trouveras aussitôt un premier soulagement dans cette pensée que ce n’est pas inattendu. »

(Epictète, Entretiens, livre III, chapitre 24, lignes 103-104)

Les citations commentées de Juillet 2013  et Août 2013 rappelaient la nécessité de la mise en pratique de la doctrine pour vivre en philosophe. En quoi consiste cette pratique philosophique ? La citation d’Epictète éclaire ce point, en donnant un exemple précis d’exercice pratique à réaliser, jour après jour, et tout au long de la journée, pour bien vivre. Plus précisément, Epictète invite ses élèves à pratiquer l’exercice de méditation. Que cette méditation soit uniquement au niveau de la pensée, ou matérialisée par l’écriture (l’écriture des Pensées par Marc-Aurèle sont en ce sens un exercice de méditation à part entière), d’une lecture (la lecture du Manuel d’Epictète, ou simplement des maximes qui concluent le Manuel), ou d’une discussion (les Entretiens d’Epictète avec ses élèves, par exemple), Epictète exhorte à méditer les différents principes de la pensée stoïcienne. C’est la première partie de la citation.

Saint Jérôme pénitent, Le Caravage (1606).

Saint Jérôme pénitent, Le Caravage (1606).

La deuxième partie de la citation montre l’utilité de cet exercice de méditation. En effet, grâce à la méditation quotidienne des principes fondamentaux de l’éthique stoïcienne, le philosophe est prêt à faire face aux circonstances extérieures de la vie, aux drames de l’existence. L’exercice de la méditation est une préparation à l’action, qui se fait dans le calme. Cet exercice, s’il est réalisé régulièrement, permettra par contre, lorsque le besoin s’en fera sentir, d’avoir sous la main les principes ou maximes nécessaires au jugement droit qui permet, dans une situation difficile, de ne pas être troublé. Par exemple, la méditation de la mort, qui occupe dans la philosophie antique une place très importante, est nécessaire à la tranquillité de l’âme. La méditation de la mort va permettre d’intégrer l’idée essentielle que la mort ne dépend pas de nous. A la peur de la mort, étroitement liée à la représentation subjective que nous en avons, doit succéder, à travers la méditation, une représentation objective de la mort, qui ne dépend pas de nous. Le résultat de cette méditation régulière est la capacité, lorsque la mort ou la maladie approche, de ne pas être troublé par la représentation subjective que nous avons de la mort, mais de la remplacer par une représentation objective intégrée petit à petit au cours de la méditation.

A travers cet exemple de la méditation, qui peut trouver différents supports, comme Epictète le suggère, on voit l’importance des exercices pratiques pour le stoïcisme. La méditation n’est pas une fin en soi, mais un moyen d’atteindre la tranquillité de l’âme recherchée par le philosophe stoïcien.

Crédits: Meditation – Malmö-1983, par Jonn Leffmann, Licence CC-BY.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "L’exercice de méditation (Epictète) – Septembre 2013". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 26 septembre 2013. Consulté le 25 juin 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/925.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *