« Pragmatique du commentaire » – Compte-rendu de colloque

A9RN2PIe5 - copieDu 30 septembre au 2 octobre, a eu lieu à Paris un colloque international, « Pragmatique du commentaire. Mondes anciens, mondes lointains ». L’objet de ce colloque était les pratiques de commentaire ou d’interprétation des textes, et concluait deux années de réflexions menées dans le cadre du séminaire « Antiquité au Présent ». Les différentes communications, dont vous trouverez le programme ici, étaient centrées sur l’Antiquité, mais aussi, à plusieurs reprises, sur la pratique moderne voire contemporaine du commentaire. L’une de ces pratiques, sur laquelle je reviens dans un autre billet, est celle du commentaire à l’ère du numérique.

J’aimerais dans ce billet rappeler en quelques lignes, de manière synthétique, sans entrer dans le détail des différentes interventions, les conclusions de ce colloque qui a permis tout d’abord de redonner au commentaire toute la valeur et l’importance qu’il revêtait dans l’Antiquité et revêt encore aujourd’hui. En effet, le commentaire, qui correspond à la pratique quotidienne de la recherche actuelle, est également, dans l’Antiquité, une pratique quotidienne. Pour les philosophes néoplatoniciens par exemple, l’activité philosophique consiste surtout à lire et commenter les textes de Platon et d’Aristote, et de leurs commentateurs, comme l’a montré l’intervention d’Arnaud Zucker (Université de Nice, « De la servitude volontaire des commentateurs à Aristote »). Dans l’Antiquité Tardive, la philosophie est exégétique avant tout, et même les Ennéades de Plotin, qui ne sont pas un commentaire continu, partent bien souvent d’un passage des dialogues platoniciens et sont truffés de références aux textes de Platon. C’est le premier point de ce colloque, qui a permis de s’apercevoir de l’importance du commentaire dans la production littéraire et philosophique de l’Antiquité d’une part, et la richesse de ces commentaires, qui ne sont pas seulement une paraphrase du texte commenté, mais aussi une explication, un déchiffrage, une édition, une traduction, une récitation orale, etc., comme l’étude de Bruno Bureau et Christian Nicolas (Université Lyon 3, « Le lectorat de Donat, commentateur de Térence ») l’a montré en mettant en évidence les différents sens du verbe lire (legere) chez Donat commentant Térence. Par ailleurs, la diversité des types de commentaires (littéraire ou grammatical, philosophique ou philologique, littéral ou allégorique, en vers ou en prose, dans la marge ou à l’intérieur du texte lui-même, etc.) va de pair avec la diversité des usages du commentaire (politique, rituel, éthique, etc.).

D’autre part, comme Florence Dupont (Université Paris Diderot) l’a rappelé dans son intervention conclusive, ce colloque a montré que le commentaire ne devait pas être opposé au texte commenté comme un « discours parasite qui le pervertirait ». Il n’y a pas, d’un côté, le texte, et de l’autre, le commentaire. Le texte comme le commentaire ne peuvent pas être étudiés de manière isolée. Certes, il est assez évident que le commentaire ne peut pas être isolé du texte qu’il commente, mais l’inverse est également vrai, le commentaire faisant bien souvent partie intégrante du texte tel qu’il se construit et se transmet à travers les siècles. C’est le cas, par exemple, des commentaires bibliques et talmudiques, qui ne peuvent êtres séparées de la Bible ou du Talmud, comme l’a montré David Meyer (Université grégorienne de Rome, « Les nouveaux formats des commentaires bibliques et talmudiques : entre nécessité et danger »). Les exemples sont nombreux, et la place du commentaire dans la matérialité même du texte confirme cette relation très proche du texte au commentaire, dans le cas des commentaires talmudiques notamment. En bref, il n’y a pas d’extériorité du commentaire par rapport au texte commenté. C’est le deuxième point de ce colloque.

Enfin, le colloque a mis en évidence la dimension interactive du commentaire, qui n’est plus considéré comme un énoncé simple mais comme faisant partie intégrante d’une multi-énonciation. Le commentaire est apparu, à plusieurs reprises, comme pratique de convivialité ou, du moins, de sociabilité, comme l’ont bien montré Mathilde Cambron-Goulet (Université de Montréal, « Commentaire et tradition orale chez Marinus, Proclus ou sur le bonheur ») pour la pratique orale du commentaire de Proclus avec ses élèves, et Maria Manca (Université Paris Diderot, « Sa critica : joutes poétiques de Sardaigne ») dans le cas, contemporain cette fois, des joutes poétiques ayant lieu en Sardaigne et dans lesquelles le commentaire est central. Le commentaire est souvent lié à l’oralité et/ou à la dimension pédagogique, comme le cas des écoles néoplatoniciennes le rappelle : lorsque Proclus commente un texte de Platon ou d’Aristote, c’est avec ses élèves qu’il le fait : lire ensemble et commenter ensemble pour accompagner l’élève dans son parcours intellectuel et philosophique. Dans la même perspective de convivialité et d’interaction, le commentaire permet également, à travers le temps, de faire vivre et avancer un certain nombre de débats ou de questions auxquelles les commentateurs tentent, ensemble, de répondre, débats ou questionnements auxquels le chercheur actuel, lorsqu’il lit et commente un texte antique, participe encore, en dialogue avec le texte et les commentateurs successifs du texte. On voit apparaître une chaîne exégétique à laquelle le commentateur actuel appartient désormais !

Citer ce billet: Maël Goarzin, "« Pragmatique du commentaire » – Compte-rendu de colloque". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 3 octobre 2013. Consulté le 16 octobre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/964.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17 mars 2014

    […] – l’un traite de l’ensemble du colloque : http://biospraktikos.hypotheses.org/964 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *