Le commentaire à l’ère du numérique – La recherche universitaire 2.0

moleskine-mod-21J’ai participé cette semaine au colloque international « Pragmatique du commentaire. Mondes anciens, mondes lointains », qui avait pour objet le commentaire, de l’Antiquité à nos jours. Vous trouverez un compte-rendu de ce colloque dans un autre billet. Dans ce colloque, le commentaire à l’ère du numérique a été abordé par au moins trois intervenants, dans des contextes différents mais toujours liés à la recherche universitaire et à ses enjeux épistémologiques. La conférence finale de Benoît Thieulin (Président du Conseil National du Numérique et Directeur de la Netscouade) a permis d’expliciter un certain nombre de points abordés lors du colloque et de confirmer l’actualité de la pratique du commentaire. Dans ce billet, j’aimerais revenir plus précisément sur ces trois interventions et  réfléchir à la présence du commentaire dans le monde numérique, ainsi qu’à son utilité académique (et au-delà). Qu’en est-il du numérique ? Qu’est-ce qu’il peut changer dans la pratique du commentaire, que ce soit au niveau du débat public ou au niveau du débat scientifique de la communauté internationale des chercheurs ?

Köln-römischer-Grabstein-FO-Eigelstein-123-Ende-1-Jh

La première des interventions ayant abordé la problématique du commentaire à l’ère du numérique est celle de Michèle Brunet (Université Lyon 2, « Le commentaire des inscriptions antiques, à la confluence de deux traditions exégétiques »), qui a mis en évidence l’intérêt que le numérique apporte pour le commentaire des inscriptions antiques. Jusqu’à présent, l’étude des inscriptions antiques était un travail avant tout philologique, c’est-à-dire un travail sur le texte de l’inscription. Pourquoi ? Parce que depuis la Renaissance, les inscriptions sont étudiées et transmises séparément des images ou du support associé à ces inscriptions. Les données concernant le contexte dans lequel l’inscription est placée ne sont pas transmises au chercheur qui, pour accéder à ces données, doit se déplacer géographiquement et visiter les lieux où l’inscription originale se trouve. L’éditeur des inscriptions est ainsi en position d’exclusivité, car c’est le seul qui a pu voir l’original, avec le support et les images. Avec le passage à l’ère du numérique et la constitution de bases de données regroupant non seulement le texte de l’inscription mais son contexte, ainsi que les différents commentaires antérieurs ayant été faits sur cette inscription, ce principe d’autorité de l’éditeur des inscriptions ou de celui qui a pu se déplacer pour voir l’inscription originale disparaît. On peut facilement transmettre l’inscription dans son contexte, grâce aux photographies, et on peut regrouper dans un même endroit, presque en temps réel, l’ensemble des commentaires sur cette inscription. On passe ainsi d’une tradition exégétique liée à la seule philologie à une tradition exégétique liée également à l’histoire de l’art, c’est-à-dire à l’inclusion dans le commentaire des éléments qui font sens visuellement, et non seulement textuellement. L’inscription n’est plus seulement considérée comme un texte, mais comme un objet à part entière, considéré dans sa matérialité. Ce que le numérique apporte, c’est donc un discours à plusieurs dimensions qui donne davantage le sens de la spatialité de l’inscription originale. Pour un exemple de base de données numériques d’inscriptions antiques, vous pouvez visiter le site Visualizing Statues in the Late Antique Roman Forum, dont j’ai fait un compte-rendu dans un précédent billet.

Talmud_yerushalmi-brakhot

Une page du Talmud, avec le texte au centre, et les différents commentaires tout autour.

La deuxième intervention ayant abordé la problématique du numérique est celle de David Meyer (Université grégorienne, Rome, « Les nouveaux formats des commentaires bibliques et talmudiques : entre nécessité et danger »), qui a rappelé l’importance des commentaires dans le judaïsme, « religion de l’interprétation des Livres ». A travers l’exemple des commentaires talmudiques, David Meyer a montré le caractère dynamique d’une page du Talmud, qui associe le texte du Talmud aux multiples commentaires talmudiques que l’on trouve tout autour de ce texte. Chaque étudiant du Talmud est invité à commenter le texte, en marge de la page, et c’est le passage du temps, ainsi que l’acceptation par la communauté, qui va donner l’autorité à certains de ces commentaires écrits en marge du texte par les étudiants du Talmud. C’est le cas, par exemple, du commentaire de Rashi. Aujourd’hui encore, celui qui étudie le Talmud doit lire une page par jour, avec les commentaires qui font autorité vis-à-vis de cette page. S’ajoute à cela l’écriture de ses propres commentaires en marge du texte. Or, on trouve aujourd’hui un certain nombre d’applications numériques permettant de lire les commentaires talmudiques sur son téléphone portable ou sa tablette numérique. Qu’est-ce que ce nouveau support des textes talmudiques change à la pratique du commentaire ? David Meyer a souligné l’intérêt pratique de ces applications, qui permettent d’avoir toujours à portée de main ce texte par ailleurs immense et donc difficilement portable. Le numérique apporte donc une plus grande portabilité. Il permet également d’avoir accès à davantage de commentaires, grâce aux liens que l’application peut intégrer vers d’autres commentaires du passage étudié, ou vers un dictionnaire araméen, par exemple. Il permet également d’avoir accès à des commentaires audio, et non seulement écrits. Ce que le numérique engendre comme problème, cependant, c’est la perte de traçabilité du lecteur-commentateur, qui doit lire une page par jour, et qui doit écrire son propre commentaire dans la marge du texte. Cette possibilité n’est pas encore donnée par les concepteurs des applications existantes, ce qui remet en question, à long terme, la perpétuation des meilleurs commentaires talmudiques, qui ne sont pas figés mais évoluent au cours des siècles. L’autre problème est la confusion entre qualité et quantité. La possibilité de relier le texte à des dizaines de commentaires rend la tâche de lire et étudier les commentaires d’une page par jour presque impossible… L’intérêt du numérique, dans ce cas, est associé à certains inconvénients que le commentateur va devoir, dans les années à venir, prendre en compte, au risque de voir se perdre la pratique traditionnelle du commentaire talmudique.

Un exemple d'application pour lire le Talmud, avec ses commentaires, un lien vers le dictionnaire talmudique, une traduction en anglais, etc.

Un exemple d’application pour lire le Talmud, avec ses commentaires, un lien vers le dictionnaire talmudique, une traduction en anglais, etc.

Enfin, la conférence finale de Benoît Thieulin a rappelé le rôle d’outil qu’internet peut jour dans le débat public, et donc, par extension, dans le débat universitaire. Ce qu’internet a permis, c’est la possibilité de débattre à plus grande échelle, au-delà des canaux traditionnels tels que le journalisme, les institutions politiques ou universitaires. L’apparition des forums, des blogs et des fils de commentaires, avant même l’apparition des réseaux sociaux tels que Twitter ou Facebook, a permis à tout un chacun de proposer son propre commentaire et de participer au débat, quel qu’il soit. Internet a permis de contourner les institutions traditionnelles, journalistiques, politiques ou universitaires, qui ne permettent le débat qu’entre un petit nombre d’experts. Ce qu’internet 2.0 a permis, au-delà de la création de liens entre différents contenus, au-delà de la simple information, c’est la possibilité, pour les internautes, d’échanger, de rencontrer du monde. Le web 2.0, c’est le web social. C’est ce web 2.0 qui a permis de redonner toute sa place au commentaire, en enrichissant le débat par la participation de la multitude à ce débat. Pour Benoît Thieulin, c’est cette participation de la multitude qui permet d’enrichir le débat, les nouveaux outils du web permettant de commenter ensemble et donc d’avancer ensemble dans le débat public… et universitaire ?

Wikipédia, avec ou contre la recherche universitaire ?

Wikipédia, avec ou contre la recherche universitaire ?

En ce qui concerne le débat universitaire, la question de la pertinence des commentaires est cruciale. Comment être certain que la multitude enrichisse vraiment le débat, comme semble le penser Benoît Thieulin ? C’est l’une des difficultés auxquelles le numérique doit répondre, et auquel il tente déjà de répondre, principalement par des outils techniques. C’est, par exemple, la possibilité de modérer les commentaires inutiles (en évitant les trolls, par exemple, ou le point Godwin), ou de classer les commentaires (en classant les commentaires par pertinence dans un fil de commentaire et non pas chronologiquement par exemple). Pour permettre au débat d’avancer, le débat ne doit donc pas être complètement libre, mais réglé, comme le commentaire antique était réglé, et comme l’intervention des chercheurs est réglé dans un colloque ! Ces règles, fixées à travers certaines fonctionnalités dans le code du logiciel utilisé permettent, comme dans le cas de Wikipédia, de proposer au public comme au chercheur un outil collaboratif qui, normalement, permet de faire avancer le débat et la recherche. La communauté collaborative de Wikipédia, en respectant les règles de contribution (vérifiabilité et critères d’admissibilité des articles) a permis de créer une encyclopédie collective au contenu de qualité qui, selon Benoît Thieulin, est souvent moins fautive qu’une encyclopédie traditionnelle. Pourquoi ? Parce que le contenu est sans cesse discuté et donc modifié si nécessaire, au fil des découvertes scientifiques. Personnellement, je ne suis pas si sûr de la qualité des articles Wikipédia, qui manquent souvent de structure. Si la plupart des informations sont là, elles ne sont pas nécessairement structurées de manière à faire sens. Or, cette vision d’ensemble d’un thème est rendue difficile par la façon de construire un article, par petits bouts. Certes, une information a de fortes chances d’être correcte, car l’attention accrue sur chaque point de l’article permet une très grande rigueur dans la correction, et on peut donc utiliser un grand nombre d’informations trouvées sur Wikipédia, surtout si la source est indiquée, mais ce qu’il manque souvent, c’est une architecture qui permet de faire sens, de comprendre vraiment le sujet traité par l’article. Qu’en pensez-vous ? Est-ce que vous utilisez Wikipédia dans votre quotidien, et quel usage en faites-vous ?

On l’a vu à travers trois exemples précis (les bases de données numériques d’inscriptions greco-latines, les applications numériques permettant de lire les commentaires talmudiques et l’encyclopédie numérique collective), le numérique peut contribuer à la recherche et à la pratique du commentaire, qui est l’activité principale du chercheur, en tout cas du chercheur travaillant sur des textes. Avec le numérique, loin de révolutionner la pratique du commentaire, on voit apparaître de nouveaux outils permettant de prolonger les débats, de les poursuivre de manière encore plus large et peut-être (la question reste ouverte), de manière plus efficace ou du moins plus rapide (mais la rapidité est-elle compatible avec la qualité ?).

La recherche en réseaux

Twitter, Facebook, Hypotheses: le début de la recherche en réseaux ?

C’est en tout cas dans cette perspective de l’entrée de la recherche dans l’ère du numérique que la plateforme Hypothèses, et donc ce carnet de recherche, ont été créés, non seulement pour diffuser un certain nombre d’informations, comme dans le web 1.0, mais pour permettre un échange entre les chercheurs intéressés par l’éthique antique, échange qui caractérise le web 2.0. Dans cette perspective, je vous invite une nouvelle fois à réagir aux billets publiés sur ce carnet, et à produire à votre tour un commentaire sur mon propre commentaire, auquel je serai heureux de répondre, et ainsi de suite. Et si le fil de commentaire vous paraît trop figé dans sa forme, trop limité dans sa portée et son interaction, vous pouvez toujours me suivre sur Twitter, où la discussion, certes limitée à 140 caractères (et donc réglée, encore une fois), est bien souvent le point de départ de réflexions mises en forme par la suite sur ce carnet. C’est le cas d’un précédent billet sur l’écriture de la thèse, qui a fait suite aux réactions positives et aux nombreux retweets de conseils prodigués dans un premier temps en 140 caractères. Plus que sur le carnet lui-même, la réaction et la discussion des billets se fait d’abord sur Twitter, et l’intérêt, ou non, de tel ou tel billet se mesure davantage au nombre de retweets et de réactions sur Twitter ou Facebook qu’au nombre de commentaires… Un nouvel argument pour que la plateforme Hypotheses permette le plus rapidement possible d’intégrer le fil des conversations sur le carnet ! L’appel est lancé…

Et vous, qu’est-ce que le numérique apporte à vos recherches ?

Crédits: moleskine mod, par erin m’s, Licence CC BY-NC.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Le commentaire à l’ère du numérique – La recherche universitaire 2.0". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 3 octobre 2013. Consulté le 19 août 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/972.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17 mars 2014

    […] – l’autre s’intéresse plus particulièrement aux contributions qui concernaient les pratiques du commentaire et le numérique, avec Michèle Brunet (Université Lyon 2, IUF, HiSoMA), David Meyer (Université grégorienne, Rome) et Benoît Thieulin (Directeur de la Netscouade, Président du CNNum) : http://biospraktikos.hypotheses.org/972 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *