Catégorie : Réflexions (in)actuelles

0

L’ordre d’étude des oeuvres platoniciennes

L’œuvre de Platon est aussi vaste que variée : il aurait écrit, pense-t-on, 35 dialogues, portant tant sur la physique, l’éthique, la métaphysique, la politique, la théologie, l’art et j’en passe! Dès lors, on est en droit de se poser les questions suivantes : que lire de Platon, et surtout, par où commencer?

0

Jugement de l’autre et jugement de soi: le philosophe face aux critiques (Epictète) – Septembre 2015

« Ne rougis pas de ce qui vient de l’opinion, de même, ne te soustrais pas à ce qui vient de la vérité. »
Nous sommes souvent confrontés au jugement de l’autre, que celui-ci soit juste ou non. A partir de cette sentence d’Epictète, on voit se dessiner une attitude ambivalente vis-à-vis du jugement de l’autre. D’où cette question, à laquelle je réponds ici d’un point de vue stoïcien: que faire du jugement que les autres portent sur nous?

0

Le Care 2/3 – Quels liens avec la philosophie antique?

Qu’est-ce que l’éthique du care? Le care valorise l’idée de vivre les uns avec les autres plutôt que de vivre les uns contre les autres. Maintenant, après avoir montré dans un premier billet le souci de l’autre présent chez les philosophes antiques, il est intéressant d’analyser plus précisément ce lien entre l’éthique du care et le souci de l’autre des Anciens. En quoi le care peut-il se penser à travers quelques principes de philosophie antique?

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (4) : Olympiodore

Je vous propose, pour terminer cette série de billet sur les vertus, de rencontrer aujourd’hui un philosophe néoplatonicien peu connu : Olympiodore d’Alexandrie. Nous verrons ensemble comment ses commentaires de l’Alcibiade, du Gorgias et du Phédon de Platon ont permis la transmission de cette théorie de l’échelle des vertus, dans le contexte particulier du christianisme naissant. Enfin, nous nous intéresserons également à la façon dont cette théorie de l’échelle des vertus a continué à évoluer, même après la fin du néoplatonisme.

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (3) : Proclus et Damascius

Après Plotin, puis Porphyre et Jamblique, je vous propose de nous intéresser aujourd’hui à l’apport de Proclus et Damascius à l’échelle néoplatonicienne des vertus. Proclus est un philosophe important de l’Antiquité tardive. Son éloge funèbre, Proclus ou sur le bonheur, écrite par son disciple Marinus, nous livre un éclairage important sur les différents degrés de vertu. De même, le commentaire du Phédon rédigé par Damascius contient de nombreuses informations sur les désormais sept échelons de l’échelle des vertus.

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (2) : Porphyre et Jamblique

Je vous propose, dans ce deuxième billet sur l’échelle néoplatonicienne des vertus, de nous pencher sur deux philosophes qui ont tous deux contribué à la constitution de l’échelle des vertus et à sa transmission : Porphyre et Jamblique. Le premier a apporté à l’échelle des vertus un degré supplémentaire, élevant ainsi à quatre le nombre d’échelons, alors que le second y a ajouté deux degrés dits « inférieurs ». Nous allons également nous intéresser aux différents apports de Jamblique au courant des commentateurs néoplatoniciens, apports qui dépassent la simple théorie des vertus.

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (1) : Plotin

Je vous propose ici une réflexion visant à saisir ce concept d’échelle des vertus, en adoptant un regard historique sur son évolution et en nous intéressant tour à tour, au fil des articles, à différents philosophes néoplatoniciens qui ont contribué soit à la constitution de l’échelle des vertus, soit à sa transmission.

0

En ligne – Le stoïcisme aujourd’hui: présences et pertinence

Le café jeunes chercheurs sur le stoïcisme auquel nous avons participé, avec Konstantin Büchler et Jordi Pià, au mois de mars, est désormais disponible sur le site de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Nos trois interventions, ainsi que les questions du public, sont disponibles en version audio et vidéo.

4

Une philosophie sans discours est-elle possible? (Pierre Hadot) – Février 2015

Discours et mode de vie philosophiques sont les « deux pôles de la philosophie » mentionnés ici par Pierre Hadot et exemplifiés par Pierre Hadot dans sa propre existence, montrant ainsi par l’exemple que discours et mode de vie philosophiques sont aujourd’hui encore deux dimensions de l’activité philosophique. Tout d’abord, il est important de comprendre que Pierre Hadot n’est pas seulement un historien de la philosophie, réfléchissant aux discours et à la manière de vivre des philosophes antiques, mais qu’il adopte très souvent une posture de philosophe, réfléchissant à « notre monde contemporain », à nos propres discours et notre propre manière de vivre. De plus, il ne se contente pas du seul discours philosophique mais mène lui-même une vie philosophique, « une vie plus consciente, plus rationnelle, plus ouverte sur les autres et sur l’immensité du monde », mettant ainsi en pratique son propre discours et actualisant dans sa propre vie la double dimension de l’activité philosophique.

0

Publication – « Les présences du stoïcisme au cours des siècles. Entretien avec J. Pià »

L’entretien de Jordi Pià, jusqu’à présent disponible en version audio, est désormais disponible en version écrite. Intitulé « Les présences du stoïcisme. Entretien avec J. Pià », cet entretien vient d’être publié dans la revue en ligne Réflexions.