« Saints et barbares. Formation et variantes d’un thème hagiographique » – Colloque 22 novembre 2013

Affiche_JE_Saints_et_barbares_DIFFconverti-2248fAura lieu le 22 novembre 2013 à l’Université de Poitiers un colloque organisé par Edina BOZOKY: Saints et barbares : Formation et variantes d’un thème hagiographique. Ce colloque étudiera notamment la manière dont la sainteté se définit par rapport à l’autre, c’est-à-dire ici les barbares. Voici la présentation détaillée et le programme de ce colloque:

Depuis la fin de l’Antiquité, l’hagiographie présente un certain nombre de saints confrontés aux « barbares ». Ce sont tout d’abord les « nvahisseurs » : Huns, Vandales, Normands, Hongrois. Puis, dans le contexte de l’expansion du christianisme, ce sont aussi les peuples païens aux moeurs et pratiques religieuses différentes de celles des chrétiens. C’est la représentation de ces groupes ethniques, qualifiés de « barbares », ou assimilés aux « barbares » dans l’hagiographie, qui constitue le premier angle d’approche de cette Journée d’études.
Le deuxième thème est axé sur le martyre des saints, infligé par les « barbares ». Les dossiers hagiographiques, constitués entre le Ve et le XIIe siècle, posent la question du rapport entre réalité et fiction, ainsi que l’invention et la fabrication de légendes de saints présentés comme des victimes d’envahisseurs et de païens. Il sera intéressant de constater, entre autres, l’identification aléatoire des bourreaux (confusion entre les différents peuples).
Enfin, on accordera une attention particulière au contexte politique et religieux de l’émergence et du développement des cultes relatifs aux saints opposés aux barbares et/ou victimes de ceux-ci. Si, dans certains cas, l’hagiographe relate des faits récents, dans bien d’autres cas, c’est en projetant au passé la situation de sa propre époque que l’auteur dessine la figure d’un saint ancien.
Au-delà de vouloir réexaminer des dossiers de saints de diverses régions dans une perspective comparatiste, l’intérêt de cette problématique consiste à mettre en relief les ressorts idéologiques et politiques du discours hagiographique qui utilise le cliché de « barbares » pour valoriser la sainteté.

Programme de cette journée d’études :

9h30, Alain DIERKENS (Université libre de Bruxelles), Introduction
10 h, Sylvie JOYE (Université de Reims-Champagne-Ardennes, membre de l’IUF), La sainte et les barbares. Haut Moyen Âge
10 h 30, Klaus KRÖNERT (Université de Lille III) et Charles MERIAUX (Université de Lille III, membre de l’IUF), Martyrs des temps barbares en Gaule du nord et leur culte au début du Moyen Âge
11 h, pause
11 h 30, Alban GAUTIER (Université du Littoral-Côte d’Opale, Boulogne- sur-Mer, membre de l’IUF), Barbares, païens… et fréquentables. Pourquoi les Angles et les Saxons n’ont-ils tué aucun martyr ?
12 h, Thomas GRANIER (Université Montpellier), L’image des bar- bares dans les Vies de Barbat de Bénévent et de Géminien de Modène (Xe-XIe siècles)
12 h 30, pause déjeuner
14 h, Geneviève BÜHRER-THIERRY (Université de Paris Est-Marne-la-Vallée), Autour du martyre de saint Adalbert de Prague
14 h 30, François DE VRIENDT (Société des Bollandistes, Bruxelles), Huns, Vandales, Normands dans quelques Vies de saints du Brabant et du Hainaut. Topoi littéraires, amalgames historiques et peur de l’étranger
15 h 30, Stéphane COVIAUX (Docteur en histoire médiévale, Lycée C. Guérin, Poitiers), Martyrs du Nord. Mémoire et enjeux
16 h, Edina BOZOKY (Université de Poitiers-CESCM), Martyrs « inventés », victimes des barbares. L’exemple de saint Livier
17 h, discussion

Renseignements et inscriptions : edina.bozoky[at]univ-poitiers.fr

Sources: CESCM et Compitum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *