La preuve par l’exemple (Epictète) – Octobre 2013

David_-_The_Death_of_Socrates« – Mais toi, dit-il, es-tu libre ?

– Par les dieux, je désire l’être et je le leur demande, mais je ne puis encore regarder en face mes maîtres, je fais encore cas de mon misérable corps, je veille par-dessus tout à le conserver intact, bien qu’il ne le soit même pas. Mais je puis te montrer un homme libre pour que tu n’aies plus à chercher d’exemple. »

Epictète, Entretiens, livre IV, chapitre 1, lignes 151-152.

Dans cet entretien, un élève d’Epictète demande à son maître si ce dernier est libre, après qu’Epictète ait prouvé que l’élève ne l’était pas à partir de l’exemple de la vie de l’élève: « Dis donc la vérité, esclave, et ne te sauve point de chez tes maîtres, ne les renie pas et n’aie point l’audace de produire ton émancipateur, quand les preuves de ton esclavage sont si nombreuses » (IV, 1, 146). Ce qui m’a intéressé dans ce passage, ce n’est pas tant la réponse d’Epictète à la question posée par l’élève, qui montre avant tout la difficulté à atteindre l’idéal de sagesse prôné par le stoïcisme, puisque même le maître dit ne pas être libre. Ce qui m’a intéressé avant tout, c’est la dernière phrase de ce passage, qui annonce le recours à l’exemple. Pourquoi, à ce moment-là de l’entretien, faire appel à l’exemple d’un homme libre?

Il me semble que si l’élève pose la question initiale à Epictète, c’est pour savoir s’il peut prendre exemple sur son maître pour atteindre lui-même la liberté. Le contexte scolaire dans lequel les entretiens rapportés par Arrien ont lieu et le contexte plus général de la philosophie hellénistique et romaine, qui n’est pas seulement un discours mais une manière de vivre, expliquent le sous-entendu de cette première question. Le maître, dans ce contexte, est un exemple à suivre. Mais comme Epictète répond à son élève en disant ne pas être libre malgré ses efforts pour tendre toujours davantage dans cette direction, le maître va prendre un autre exemple, l’exemple d’un homme libre que l’élève pourra prendre comme modèle et imiter. Cet exemple sera double: Diogène (IV, 1, 152-158) et Socrate (IV, 1, 159-169), qui, au moment de boire la ciguë, ne recula pas devant la mort, libre de tout attachement envers son corps.

La nécessité de la mise en pratique du discours philosophique, mise en évidence par les citations de Juillet et Août 2013, est donc centrale pour comprendre ce recours à l’exemple. Il ne s’agit pas pour l’élève de comprendre ce que signifie être libre mais d’être libre. Et l’examen rationnel de la liberté qui précède cet échange ne suffit pas pour Epictète. Pour aider l’élève à devenir libre, et pour s’aider lui-même à devenir libre, puisqu’il vient d’avouer ne pas l’être, le recours à l’exemple est nécessaire. Ce que montre ce passage, donc, c’est l’importance de l’exemple, lié à la nécessité de mettre en pratique la philosophie stoïcienne enseignée par Epictète. Montrer un exemple pour prouver qu’il est possible d’être libre, montrer un exemple pour prouver que l’élève est encore esclave, montrer un exemple pour exhorter l’élève et s’exhorter soi-même à suivre cet exemple : l’exemple est, tout au long des Entretiens, un outil philosophique régulièrement utilisé par Epictète (de la même manière que Sénèque utilisera à maintes reprises l’exemple de Caton auprès de Lucilius, comme le signale avec intérêt Massimo Pigliucci).

Pour conclure sur cette citation, je dirais que son choix est tout à fait en accord avec mes préoccupations actuelles. Ces derniers mois, mon travail a été avant tout de montrer la fonction d’exemplum des vies de philosophes et des vies de saints sur lesquelles je travaille. La biographie remplit très souvent cette fonction, et c’est pourquoi l’exemple que la biographie montre est si intéressant à étudier. Elle n’est pas seulement le témoin d’une vie exceptionnelle, mais un exemple à suivre et à imiter, et donc le reflet d’un mode de vie idéal. Ce que cet extrait des Entretiens montre également, c’est que le biographique n’est pas seulement présent dans les vies de philosophes, mais dans d’autres types de texte, et qu’il a un usage proprement philosophique. Mais peut-être aurais-je l’occasion d’approfondir ce point à travers une autre citation…

Crédits: Jacques-Louis David, La mort de Socrate, 1787, via Wikimedia commons.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "La preuve par l’exemple (Epictète) – Octobre 2013". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 31 octobre 2013. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/1075.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *