La tempérance, dans le monde et hors du monde (Apophtegmes des pères) – Janvier 2014

Macarius_the_Great

Macaire le Grand

La bienheureuse Synclétique dit: « Il faut que nous qui avons choisi cette profession nous gardions une tempérance parfaite. En effet, même chez les séculiers la tempérance semble être pratiquée, mais l’intempérance cohabite avec elle parce qu’ils pèchent avec leurs autres sens. En effet, ils regardent sans pudeur et rient sans mesure. »

Les Apophtegmes des Pères, IV, 49.

La collection systématique des Apophtegmes des Pères regroupe en 21 chapitres quelques centaines de paroles de moines et d’ascètes ayant vécu dans le désert égyptien au IVe siècle de notre ère. La collection systématique de ces apophtegmes présente les paroles des pères par thème. Par exemple, le premier chapitre concerne l’avancement spirituel, le troisième la componction, le septième la patience et la force, etc. Et chaque thème est illustré par une série de sentences, d’anecdotes ou de récits parfois assez longs des moines et ascètes du désert. L’apophtegme dont j’aimerais vous parler aujourd’hui est tiré du chapitre 4, qui a pour thème la maîtrise de soi, et a la particularité d’être une parole de Synclétique, une Mère du désert donc.

Pourquoi ai-je choisi cet apophtegme, et que raconte-t-il ? Synclétique distingue dans cet apophtegme deux types de personnes : les personnes qui ont choisi cette profession, c’est-à-dire les personnes qui, comme elle, ont choisi de vivre une vie d’ascèse dans le désert. On remarque que cet apophtegme s’adresse avant tout aux autres ascètes, puisqu’elle exhorte ses compagnons d’ascèse à être tempérant. Elle ne s’adresse donc pas à tout le monde, mais elle fait cependant référence à un deuxième type de personnes, les séculiers, c’est-à-dire ceux qui vivent dans le siècle, dans le monde, à la ville, avec les autres.

Deuxièmement, ce que nous apprend cet apophtegme, c’est que la tempérance n’est pas l’apanage des ascètes. Les séculiers aussi font preuve de tempérance. Mais ce qui distingue les moines et ascètes du désert des séculiers, c’est que leur tempérance doit être parfaite, et non mêlée d’intempérance, comme c’est le cas pour les séculiers. Ce qui m’intéresse dans cet apophtegme, c’est la mention des séculiers, de ceux qui vivent dans le monde, et de la possibilité pour eux d’être tempérant. En effet, si Synclétique s’adresse avant tout aux autres moines et ascètes, cet apophtegme peut également profiter aux séculiers. Comment, eux aussi, peuvent-ils pratiquer la tempérance ? Comment vivre de manière exemplaire tout en étant dans le monde ? Regarder avec pudeur et rire avec mesure, ou peut-être même ne pas rire du tout : telles sont les réponses concrètes proposées ici par cet apophtegme. C’est à ce type de questions et ce type de réponses très concrètes concernant la manière de vivre au quotidien dans le monde qu’un certain nombre d’apophtegmes des Pères permet de répondre, paradoxalement, et c’est pourquoi ceux-ci font partie de mon corpus concernant la pensée chrétienne.

Crédits photographiques: Macarius the great, domaine public.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "La tempérance, dans le monde et hors du monde (Apophtegmes des pères) – Janvier 2014". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 5 février 2014. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/1233.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *