Qu’est-ce que l’éthique des vertus?

HospitalImaginez qu’une jeune femme se rende à l’hôpital pour visiter son frère. Ce dernier partage la chambre avec une dame âgée qui n’est pas en grande forme. Durant la visite de la jeune femme dans la chambre de son frère, la personne âgée fait soudainement une attaque. Imaginez maintenant, pour rendre cette petite histoire utile à notre propos, que l’hôpital est particulièrement vétuste et mal entretenu de sorte que la porte de la chambre reste fermée et bloquée et que les alarmes de chacun des lits des patients soient hors d’usage. La jeune femme décide donc de ne pas respecter la règle selon laquelle elle ne doit pas se servir de son téléphone portable: elle appelle la réception du service hospitalier dans lequel son frère et la dame âgée sont soignés pour demander de l’aide. Alors qu’elle décide de ne pas respecter la règle du non-usage du téléphone portable en milieu hospitalier, elle ne prend pas en compte non plus les conséquences potentielles que son geste peut avoir pour les occupants des chambres avoisinantes dans le cas où ceux-ci étaient branchés à des appareils pouvant être perturbés par les ondes émises lors de son appel. Pour prendre sa décision, la jeune femme s’appuie uniquement sur son intention de venir en aide à la personne âgée, de la manière qui lui semble à la fois rapide et efficace et pour des raisons manifestes d’assistance à autrui. La jeune femme a-t-elle bien agi? Il semble que les défenseurs de l’éthique des vertus répondraient par l’affirmative. Par contre, il semblerait qu’une majorité de déontologistes l’accuseraient d’avoir mis en danger la vie d’autrui, ce qui viole non seulement la règle sociale du non-usage des téléphones portables en milieu hospitalier mais avant tout, par exemple, son fondement en la règle morale de l’égale considération pour la vie de tout individu. Les conséquentialistes accuseraient sans doute également la jeune femme d’avoir mal agi, mais cette fois pour d’autres raisons: elle n’a pas considéré comme il se doit l’ensemble des conséquences de son geste, notamment les conséquences dommageables potentielles pour les occupants des chambres environnantes. Alors, comment se fait-il que les défenseurs de l’éthique des vertus puissent malgré tout penser que la jeune femme a bien agi?

Dans cette série de billets[1], je souhaite proposer un portrait de l’éthique des vertus, courant majeur de la tradition morale occidentale, mais également au-delà[2]. L’objectif est simple: identifier et expliquer les caractéristiques essentielles de ce courant, afin de pouvoir évaluer son intérêt propre et de pouvoir, en d’autres lieux, le comparer aux autres courants majeurs de la philosophie morale, concurrents de poids sur le marché des théories éthiques disponibles.

Pourquoi une telle démarche ? J’ai rencontré Maël, éditeur et auteur de ce blog qui m’invite aujourd’hui à vous proposer cette série de billets, au début de 2013. Ayant des intérêts philosophiques communs, nous avons décidé de collaborer autour de la conception et la rédaction d’un dossier d’articles sur le stoïcisme[3]. Cette aventure intellectuelle s’est enrichie de questions et de recherches connexes au stoïcisme, dont cette série de billets est une émanation. Et les projets ne s’arrêtent pas là ! Maël et moi sommes en train de tabler sur un dialogue interrogeant la place que le stoïcisme pourrait prendre dans notre société contemporaine. Bref, nous reviendrons sans doute vous parler de ces échanges.

Pour les billets qui nous concernent présentement sur l’éthique des vertus, je procéderai de la manière suivante: dans le premier billet, il convient de donner les grandes lignes concernant la position spécifique que l’éthique des vertus occupe dans le champ des théories éthiques. Par cette même occasion, nous posons les concepts centraux à maîtriser pour comprendre ce qu’est l’éthique des vertus, c’est-à-dire les concepts de vertu, de sagesse pratique, et de bonheur. Le deuxième billet nous permettra de revenir sur ces trois concepts en les expliquant dans les détails. Le troisième billet se concentrera sur les variations que l’éthique des vertus permet en son sein. Le quatrième billet aura pour objet les objections traditionnelles à son encontre. Je m’arrêterai dans le cinquième billet sur ce que les défenseurs de l’éthique des vertus considèrent comme les avantages décisifs de cette théorie. Je profiterai alors de cette occasion pour tenter une réflexion plus personnelle sur les exigences perfectionnistes de l’éthique des vertus.

De quoi parlons-nous lorsque nous parlons de l’éthique des vertus?

Dans cette section, j’expose les grands traits qui caractérisent l’éthique des vertus. En considérant la tradition occidentale philosophique dans son ensemble, l’éthique des vertus est l’un des trois courants majeurs de l’éthique, aux côtés de la déontologie et du conséquentialisme. Alors que la déontologie fait du devoir ou de la norme le trait fondamental de sa théorie, en affirmant qu’une action est moralement correcte si et seulement si elle n’est pas incompatible avec une norme morale, et que le conséquentialisme attribue ce rôle aux conséquences de nos actions, en affirmant qu’une action est moralement correcte si et seulement si elle favorise des conséquences moralement bonnes, l’éthique des vertus appuie ses réflexions morales sur les vertus, ces traits de caractère faisant une différence sur le plan moral. Et alors que la déontologie et le conséquentialisme ont pris forme durant la modernité, l’éthique des vertus monopolise le terrain de l’éthique durant l’Antiquité grecque et romaine. Éclipsée durant la modernité par la déontologie et le conséquentialisme, l’éthique des vertus est réhabilitée par le célèbre article d’Anscombe «Modern Moral Philosophy» (1958)[4]. Depuis, de nombreux auteurs tentent de formuler leur version de l’éthique des vertus pour notre temps, en tenant compte, notamment, des objections affrontées depuis l’Antiquité. La présence passablement égale de ces trois courants dans les préférences théoriques des philosophes contemporains et des chercheurs en éthique est donc un cas de figure sans équivalent dans le passé.

Hall of the philosophers, Musei CapitoliniDans ces billets, je puise mes exemples et mes références davantage dans l’Antiquité occidentale que dans l’époque contemporaine. Les nombreuses écoles philosophiques de la période gréco-romaine, du platonisme au stoïcisme, en passant par le cynisme et l’épicurisme, développent presque toutes[5], dans leur théorie morale, une version de l’éthique des vertus. Bien évidemment, soulignons que les philosophes impliqués n’ont pas explicitement conscience de faire de l’éthique des vertus, plutôt qu’autre chose. Ils reconnaissent simplement tous une même base conceptuelle comme nécessaire pour pouvoir parler de morale. Cette base conceptuelle est présentée de manière particulièrement claire par Aristote, faisant de ce dernier le référent habituel pour identifier le cœur théorique de toute éthique des vertus. L’usage de trois concepts constitue le cœur théorique en question: la vertu (arête), la sagesse pratique (phronesis) et le bonheur (eudaimonia)[6]. Le concept de vertu est central car, comme nous le verrons dans le billet suivant, il unifie l’ensemble des principes défendus par l’éthique des vertus. Il fixe les relations notamment entre l’action et le raisonnement pratique, entre l’agent et ses choix, entre les choix de vie et le bonheur. Cette fonction unificatrice fait d’ailleurs toute la différence entre l’éthique des vertus et les théories des vertus que la déontologie et le conséquentialisme cherchent parfois à élaborer en leur sein. Mais, dans ce cas, les vertus jouent un rôle annexe par rapport au cœur de la théorie éthique, parfois dans le but de répondre aux objections que les partisans de l’éthique des vertus formulent contre leurs concurrents[7]. La sagesse pratique est également un concept central dans la mesure où ce qui compte d’un point de vue moral, aux yeux des partisans de l’éthique des vertus, est l’intention de l’agent et non les normes qu’il suit ou le résultat qu’il obtient de ses actions. Je reviendrai dans un prochain billet sur cet aspect de l’éthique des vertus en interrogeant le rôle des «théories de l’action bonne». Finalement, le bonheur est un concept central dans l’éthique des vertus, simplement parce qu’une forte majorité des théories qui s’y reconnaissent sont dites eudaimonistes (ou eudémonistes), c’est-à-dire qu’elles considèrent que le bonheur est le but ultime des êtres humains.

Ce sont les trois concepts de vertu, de sagesse pratique et de bonheur sur lesquels je reviendrai dans le prochain billet!


1Je remercie Maël Goarzin et Adrien Glauser pour leur relecture attentive et les discussions qui s’en sont suivies. Les erreurs qui resteraient sont de mon fait.

2La présence quasi-exclusive des théories appartenant à l’éthique des vertus vaut sans doute également pour la tradition chinoise dans son ensemble et ses dérivés en Asie. J. T. Kupperman n’hésite d’ailleurs pas à citer Confucius comme l’un des représentant les plus subtils de l’éthique des vertus (Kupperman Joel T., 2009, «Virtue in Virtue Ethics», The Journal of Ethics, vol. 13, no 2/3, Springer Netherlands, p.245). Pour en savoir plus sur Confucius et sa pensée éthique, je vous propose de lire la newsletter no 3 de Pro Ethica publiée le 10 juillet 2012.

3A l’heure où j’écris ces mots, Maël et moi finalisons le dossier sur le stoïcisme. Nous espérons pouvoir vous proposer la lecture de ce dossier prochainement.

4Anscombe G. E. M., 1958, «Modern Moral Philosophy», in: Philosophy, vol.33, no.124, Cambridge University Press, p.1-19

5La précaution que je prends à ne pas affirmer que toutes les théories éthiques gréco-romaines étaient des représentantes de l’éthique des vertus, tient au statut spécial des hédonistes, comme par exemple les cyrénaïques. Par manque de place et pour éviter de trop sortir de mon propos, je laisse donc de côté la question de savoir si absolument toutes les écoles antiques pratiquaient l’éthique de vertus et je m’en tiens alors par principe à la précaution de ne pas l’affirmer.

6Hursthouse, Rosalind, « Virtue Ethics », The Stanford Encyclopedia of Philosophy(Fall 2013 Edition), Edward N. Zalta(ed.), forthcoming URL = <http://plato.stanford.edu/archives/fall2013/entries/ethics-virtue/>, section 1.

7Hursthouse, Rosalind, ibid., section 1


Crédits photographiques: Hospital, par Jing, Licence CC BY-NC-ND ; Hall of the Philosophers, par Scott D. Haddow, Licence CC BY-NC-SA.

Citer ce billet: Konstantin Büchler, "Qu’est-ce que l’éthique des vertus?". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 23 février 2014. Consulté le 23 novembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/1258.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jean dit :

    Et bien, malgré mon manque de culture générale et mon pauvre vocabulaire, j’ai pris de plaisir à lire cet article. Je me réjouis de la suite. Bon courage pour la rédaction !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *