L’importance du regard dans la manifestation de la vertu (Marc-Aurèle) – Juillet 2014

3450207455_050ff769d2_z

« L’homme bon, simple et bienveillant porte ces qualités dans son regard, et elles n’échappent à personne. » Marc-Aurèle, Pensées, XI, 15.

La conclusion de la pensée 15 du livre 11 des Pensées de Marc-Aurèle, empereur romain et philosophe stoïcien, a retenu mon attention dès la première lecture. Premièrement, Marc-Aurèle dénonce par cette pensée ceux qui se donnent l’apparence de la vertu, au lieu d’être vertueux, tout simplement. Marc-Aurèle réaffirme à cette occasion la cohérence nécessaire entre le discours et les actes. Deuxièmement, Marc-Aurèle appelle à cette occasion l’homme vertueux à tenir le rôle de modèle ou d’exemple pour ceux qui le regardent. Or, pour cela, il ne doit pas se cacher, bien au contraire. Ce sont ces deux points que j’aimerais approfondir, en remettant cet extrait dans le contexte général de la pensée dont il est la conclusion.

Le premier aspect mis en évidence par Marc-Aurèle dans cette pensée, c’est l’hypocrisie et même la perversion de celui qui ne montre pas clairement sa disposition intérieure et feint d’être vertueux par son discours.

« Comme il est pervers et déloyal de dire: « J’ai préféré me comporter franchement avec toi. » Que fais-tu, homme? Il ne faut pas dire cela d’avance. La chose apparaîtra d’elle-même. Ces mots doivent immédiatement être écrits sur ton front; ils se révèlent immédiatement dans tes yeux, comme l’aimé connaît immédiatement, dans le regard de ses amants, tout ce qu’ils éprouvent. »

Dans cet extrait, Marc-Aurèle dissocie clairement discours sur la vertu, disposition vertueuse et manifestation corporelle de la disposition vertueuse. La vertu ou l’absence de vertu se manifeste corporellement, et le discours qui annonce à l’avance  que l’on est ou que l’on va être vertueux ne sert donc à rien, sinon à confondre l’autre, en cas de désaccord entre nos paroles et notre disposition intérieure. Comme souvent chez les stoïciens, mieux vaut agir vertueusement que de tenir de beaux discours; mieux vaut ne pas mentir que de dénoncer le mensonge comme vice, par exemple. Dans le cas mentionné ici par Marc-Aurèle, mieux vaut être franc et exprimer corporellement sa franchise à travers son regard, par exemple, que d’exprimer sa franchise verbalement et de ne pas l’être réellement.

Pour les stoïciens, les discours n’ont pas de valeur s’ils ne sont pas suivis par des actes, ce que confirme en quelque sorte le début de cette pensée. Mais Marc-Aurèle va plus loin puisque dans le cas précis mentionné ici, il vaut mieux se passer de tout discours, c’est-à-dire ne pas dire que l’on est franc, bienveillant, sincère, etc. Seul compte le fait de l’être, car dans ce cas, et dans ce cas seulement, la disposition vertueuse ou les actes vertueux parlent pour eux-mêmes. Le seul discours qui peut accompagner la disposition vertueuse, c’est le le langage des yeux, c’est le regard. Les qualités de l’être humain doivent parler pour elles-mêmes, sans être annoncées par le langage articulé. Pourquoi? Parce qu’il est si facile de feindre la bienveillance, la franchise, la simplicité, etc. Au contraire, le langage corporel ne peut pas mentir, et révèle nécessairement la disposition vertueuse ou non de l’être humain. Face à la nécessaire franchise du langage corporel, pourquoi user d’un autre discours, si ce n’est pour tromper l’autre?

« L’affectation de simplicité est comme une épée « cachée »; rien n’est plus honteux que l’amitié des loups: avant tout, évite-la. »

Marc-Aurèle ne développe pas dans cette pensée les raisons pour lesquelles une amitié feinte serait honteuse, mais le fait que la disposition intérieure de l’homme vertueux se reflète extérieurement, par le regard, suffit à comprendre cette condamnation. Dire que l’on est franc ou bienveillant, c’est prendre le risque de ne pas l’être malgré notre discours, alors qu’être bienveillant ou sincère suffit.

« Il faut absolument que l’homme sincère et bon soit comme celui qui sent le bouc, pour que, volontairement ou non, le passant s’en aperçoive dès qu’il s’en approche. »

Le deuxième point de cette pensée, c’est l’exemple de celui qui agit de manière vertueuse. On a vu que la disposition vertueuse se manifestait à travers le regard, sans besoin de mots. De cette manifestation spontanée de la vertu découle le statut exemplaire de celui qui est vertueux, car toute personne qu’il rencontre voit sur son visage la manifestation de la vertu. L’homme sage est un modèle pour les autres, non seulement par ses actions, mais aussi par ses dispositions intérieures, qui se révèlent dans ses yeux. Le sage est un modèle, et ne doit pas s’en cacher, bien au contraire: « L’homme bon, simple et bienveillant porte ces qualités dans son regard, et elles n’échappent à personne. »

Crédits photographiques: Wisdom, par mark biddle, Licence CC BY-NC-ND.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "L’importance du regard dans la manifestation de la vertu (Marc-Aurèle) – Juillet 2014". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 1 novembre 2014. Consulté le 17 octobre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/1796.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *