L’habit fait bien le moine! (Giorgio Agamben) – Août 2014

7221740978_a9e190a72f_z

« Pour les moines, habiter ensemble ne signifie donc pas simplement partager un lieu et un habit, mais avant tout des habitus; en ce sens, le moine est un homme qui vit sur le mode de l' »habiter », c’est-à-dire en suivant une règle et une forme de vie. »
Giorgio Agamben, De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie, Editions Payot & Rivages, 2013, p. 28.

En 2011, Giorgio Agamben a publié en italien un livre sur les règles monastiques, et plus particulièrement comment ces règles proposent une forme de vie à part entière. Intitulé Altissima Povertà. Regole moastiche e forme di vita, l’ouvrage est traduit en français dès 2011 par Joël Gayraud sous le titre De la très haute pauvreté. Règles et forme de vie. Je ne ferai pas de compte-rendu de l’ouvrage, puisque sur son carnet de recherche La vie dans les margesChristophe Leblanc propose deux très bons billets présentant l’ouvrage de manière synthétique et détaillée à la fois. Pour remettre la citation du mois d’août et du mois de septembre (prochainement commentée) dans leur contexte, je vous renvoie donc à ce compte-rendu en deux parties.9782743624958FS

Dans la première citation de cet ouvrage, que je vous propose de lire ensemble et de commenter brièvement, Giorgio Agamben tente de définir la condition monastique. Le moine n’est pas seulement celui qui suit un certain nombre de règles, mais celui qui choisit une forme de vie qui inclut un certain nombre de règles. Vie et règle se confondent, comme nous le verrons avec la citation du mois de septembre. La condition monastique est donc avant tout une forme de vie, une forme de vie commune qui se concrétise en premier lieu par le port d’un vêtement distinctif, mais aussi par le fait d’habiter avec d’autres moines : « La communauté d’habitation est le fondement nécessaire du monachisme » (p. 24), nous dit Agamben. De même, porter l’habit du moine est un signe distinctif visible de la condition monastique, aujourd’hui encore.

Mais l’habit du moine ne se réduit pas au vêtement que porte ce dernier, de la même manière que la communauté d’habitation ne se réduit pas au simple fait d’habiter ensemble. Dans les deux cas, c’est « une vertu et une condition spirituelle » (p.24), c’est-à-dire, de nouveau, un véritable mode de vie. De la même façon que l’habit du moine ne désigne pas seulement une façon de s’habiller, mais le mode de vie que le moine a choisi de suivre, habiter en communauté, c’est véritablement adopter un mode de vie monastique. Vivre en moine, c’est habiter le monde d’une certaine manière, comme l’explicite Giorgio Agamben dans la citation du mois, etl’habit, dont vous aurez noté le parallèle étymologique avec l’habitat (du latin habitus, qui signifie à l’origine mode d’être ou d’agir), fait donc bien le moine, contrairement à ce que dit l’adage populaire bien connu aujourd’hui encore et selon lequel l’habit ne fait pas le moine.Bien au contraire, l’habit du moine, qui fait partie intégrante de la règle monastique, est « le symbole ou l’allégorie d’une vertu ou d’un mode de vie » (p.26) : le vêtement extérieur exprime un mode de vie intérieur, et c’est précisément cela, l’habit du moine.

800px-Moines_bénédictins_de_Kergonan,_monastère_breton_dans_la_presqu'ile_de_Quiberon,_Carnac

On comprend mieux, dès lors que l’habit fait bien le moine, l’importance du vêtement dans les règles monastiques. L’habit correspond à une attitude, de la même manière qu’ « habiter ensemble ne signifie donc pas simplement partager un lieu et un habit, mais avant tout des habitus » (p.28), c’est-à-dire une manière d’être et d’agir. L’habitus, c’est-à-dire le mode de vie monacal, s’exprime avant tout par le vêtement ou l’habit, mais aussi par la vie en communauté, c’est-à-dire l’habitation commune : deux critères distinctifs de la condition monastique qui, pour Agamben, définissent cette forme de vie de manière durable. Pour conclure, l’habit ne fait pas toujours le moine, mais lorsque cela est le cas, ce n’est pas la condition monastique qu’il faut mettre en cause, mais la qualité de moine de celui qui porte l’habit sans suivre le mode de vie que ce dernier implique.

Crédits photographiques: Franciscan Monks, par Javier Corbo, Licence CC BY-NC-ND ; Moines bénédictins de Kergonan, monastère breton dans la Presqu’île de Quiberon, par Ressfich, Licence CC BY-SA.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "L’habit fait bien le moine! (Giorgio Agamben) – Août 2014". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 8 novembre 2014. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/1810.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Viviane Griveau-Genest dit :

    Le groupe des médiévistes de Questes avait fait plusieurs séances sur cette question de l’habit au Moyen-Age !
    Le parallèle entre l’habitus, notamment monastique, comme règle de vie et l’habit serait à confronter (mais l’ouvrage le fait sans doute) aux communautés religieuses qui n’appliquent pas de règle vestimentaire et où même parfois la vie commune est plus lâche que chez les bénédictins. Je pense notamment aux jésuites, qui par ailleurs insistent fortement sur la notion d’exercices… Ou quand l’habit devient tout intérieur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *