Le regard d’en haut (Marc Aurèle) – Mai 2015

14170422045_5c2494da92_k« L’Asie, l’Europe, des coins du monde ; la mer entière, une goutte d’eau dans le monde ; l’Athos, une motte de terre dans le monde ; le présent tout entier, un point dans l’éternité. Tout est petit, fuyant, évanouissant. »
(Marc Aurèle, Pensées, VI, 36)

Cette citation de Marc Aurèle montre le philosophe et empereur stoïcien en plein exercice spirituel: l’exercice du regard d’en haut. En effet, dans ses Pensées, Marc Aurèle utilise l’écriture comme medium privilégié de sa progression vers une vie philosophique. Et cette vie philosophique passe par un certain nombre d’exercices spirituels (méditation de la mort, examen de conscience, étude physique des choses, etc.), parmi lesquels l’exercice du regard d’en haut.

Le Mont Athos, en Grèce: "une motte de terre dans le monde".

Le Mont Athos, en Grèce: « une motte de terre dans le monde ».

En quoi consiste cet exercice? L’exercice du regard d’en haut, nous dit Pierre Hadot, « consiste à changer radicalement de point de vue et à embrasser la totalité de la réalité dans une vision universelle[1] ». Il s’agit, par un exercice de l’imagination, de dépasser le point de vue humain, et d’atteindre un point de vue universel sur soi-même et le monde qui nous entoure. Ici, par exemple, Marc Aurèle adopte un tel point de vue concernant les continents européens et asiatiques, la Mer Méditerranée, ainsi que le Mont Athos, qui, d’un point de vue humain, apparaissent immenses, mais d’un point de vue universel, ne sont que « des coins du monde », « une goutte d’eau dans le monde », ou encore « une motte de terre dans le monde ».

L’exercice du regard d’en haut consiste donc à voir sous un autre jour, à mettre en perspective les réalités qui nous entourent et que l’on considère, d’un point de vue humain, comme importantes, quand bien même, d’un point de vue universel, elles le sont beaucoup moins, voire pas du tout. On comprend bien le but d’un tel exercice : regarder les choses d’en haut, nous dit encore Pierre Hadot, « c’est regarder les choses avec détachement, distance, recul, objectivité, telles qu’elles sont en elles-mêmes, en les replaçant dans l’immensité de l’univers, dans la totalité de la nature, sans leur ajouter les faux prestiges que leur prêtent nos passions et les conventions humaines »[2].

Cet exercice permet donc de relativiser ce à quoi nous accordons parfois trop d’importance. Il permet de reconsidérer certains jugements de valeur sur nous-mêmes comme sur les choses, de sorte que « le luxe, le pouvoir, la guerre, les frontières, les soucis de la vie quotidienne deviennent ridicules »[3]. Comme Marc Aurèle l’exprime dans la citation liminaire, le présent lui apparaît alors comme « un point dans l’éternité », et la grandeur des soucis de la vie quotidienne s’amenuise : « Tout est petit, fuyant, évanouissant ».

Earth at Night, Europe [hd video]

Dans les Pensées, Marc Aurèle s’exerce souvent à adopter le point de vue universel et, par un travail de l’esprit, à regarder les choses d’en haut, travaillant ainsi à adopter un jugement correct sur les choses. C’est tout le propos de cette autre pensée, qui décrit de manière précise l’exercice du regard d’en haut :

« Tu peux t’enlever bien des obstacles superflus, s’ils dépendent entièrement de ton jugement ; et tu te donneras un champ très vaste, si tu embrasses par la pensée le monde entier, si tu penses à l’éternité du temps et au changement rapide de chaque être particulier, si tu vois combien est court le temps qui va de sa naissance à sa dissolution, quel temps immense il y a eu avant sa naissance, quelle infinité il y aura après sa dissolution[4]. »

Cet exercice du regard d’en haut est particulièrement intéressant pour celui qui souhaite se défaire de tout orgueil. En effet, comme le rappelle Marc Aurèle, quel poids, quelle importance nos actions et notre existence peuvent-ils avoir lorsque l’on considère l’immensité de l’univers et l’enchaînement des siècles ?

« Si, subitement, tu t’élevais vers le ciel pour examiner les choses humaines dans leur diversité changeante, tu les mépriserais, parce que tu verrais en même temps dans toute son étendue le séjour des êtres aériens et éthérés ; sache aussi que, toutes les fois que tu t’élèveras ainsi, tu verras les mêmes choses, de même espèce et de peu de durée. Et c’est de cela qu’on tire de l’orgueil[5] ! »

Que faire, dès lors, pour vivre en philosophe, et quelles actions auront de la valeur, pour le stoïcien ? Marc Aurèle répond en ces termes, reprenant une nouvelle fois l’exercice du regard d’en haut :

« Quel mince fragment du temps infini et insondable est la part de chaque être ! Très vite il disparaît dans l’éternité. Quel mince fragment de la substance totale ! et de l’âme universelle ! Sur quelle petite motte du globe terrestre marches-tu ! Songe à tout cela et pense que rien n’est grand que d’agir comme le veut ta nature et de subir ce que produit la nature universelle[6]. »

Agir de manière conforme à la nature et à sa propre nature d’une part, et accepter les événements tels qu’ils se produisent comme faisant partie de la nature universelle d’autre part, vie conforme à la nature et acceptation du destin, tels sont les deux motifs en vue desquels le philosophe stoïcien doit travailler et continuer à vivre, malgré la petitesse de sa condition et l’immensité de l’univers dans lequel il a été placé par la Providence. C’est cela, précisément, que l’exercice du regard d’en haut vise : adopter un point de vue universel, relativiser l’importance des choses qui, au regard de l’éternité, n’en ont pas, et prendre conscience, finalement, de ce qui importe vraiment : la vie bonne, conforme à la nature, et l’acceptation de la nature universelle.


Pour aller plus loin :

Pour ceux qui sont intéressés par l’exercice du regard d’en haut, je vous conseille la lecture des très belles pages de Pierre Hadot sur cet exercice tel qu’il est pratiqué dans l’Antiquité, mais également pendant la période médiévale et moderne, jusqu’à Goethe : Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre. Goethe et la tradition des exercices spirituels, Editions Albin Michel, 2008, chapitre II, « Le regard den haut et le voyage cosmique », p. 87-162.


[1] Pierre Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ?, Folio Essais, 1995, p. 111. Cet exercice est présenté en détail p. 314-316.

[2] Pierre Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ?, p. 316.

[3] Pierre Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ?, p. 316.

[4] Marc Aurèle, Pensées, IX, 32 (Traduction Emile Bréhier).

[5] Marc Aurèle, Pensées, XII, 24 (Traduction Emile Bréhier).

[6] Marc Aurèle, Pensées, XII, 32 (Traduction Emile Bréhier).


Crédits: Panorama sur la vallée de Bouvante, par peupleloup, Licence CC BY-SA ; Mount Athos, par Michael Clark Stuff, Licence CC BY-SA; Earth at night, Europe, par Nasa Goddard Space Flight Center, Licence CC BY.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Le regard d’en haut (Marc Aurèle) – Mai 2015". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 13 août 2015. Consulté le 11 décembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/2266.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *