Pagans and Christians in the Late Roman Empire – Compte rendu de colloque

Programme Colloque BudapestJe viens de passer 5 jours à Budapest et à Pecs, en Hongrie, pour un colloque sur les relations entre païens et chrétiens dans l’Antiquité Tardive, dont vous trouverez le programme dans un précédent billet. Du 7 au 10 mars, ce colloque international, organisé par le département des Medieval Studies de la Central European University de Budapest et l’Université de Pecs, a regroupé une cinquantaine d’intervenants: historiens, archéologues, philosophes, théologiens et philologues se sont réunis pour apporter de nouvelles approches et de nouveaux arguments concernant les relations entre païens et chrétiens dans l’Antiquité Tardive. Je reprends ici les remarques conclusives de Michele R. Salzman (Riverside). Je reviendrai dans un autre billet sur ce que m’a plus spécifiquement apporté ce colloque pour ma thèse. Enfin, un compte-rendu est disponible sur le site de la CEU en anglais, sur cette page.

Comme Michele R. Salzman l’a rappelé dans les remarques finales du colloque, le paradigme utilisé jusqu’à présent pour étudier la période tardo-antique était le conflit ou la friction entre païens et chrétiens. Dans un Empire devenu progressivement chrétien, et sous l’autorité d’un Empereur chrétien, la relation entre les derniers païens et les chrétiens de plus en plus nombreux ne pouvait être que conflictuelle. Le conflit comme catégorie d’analyse de cette période de transition où cohabitent païens et chrétiens dans tout l’Empire Romain, ne peut être évité, comme certaines interventions l’ont rappelé. Mais ce paradigme trop simple n’est pas suffisant pour comprendre les relations entre païens et chrétiens. Certes, il existe des conflits, parfois très marqués, comme l’intervention de Volker Menze (Budapest) le rappelle, mais il existe également un certaine tolérance qui nécessite de la part du chercheur moderne une approche plus nuancée de ces relations. C’est ce que nous ont révélé plus particulièrement les interventions de Raffaella Cribiore (New-York) et de Linda Honey (Calgary). Les recherches archéologiques montrent également la cohabitation des différentes religions dans tout l’Empire Romain, comme l’ont rappelé les interventions de Samuel Provost (Nancy) ou Oliver Gabor (Pecs). On a vu tout au long de ce colloque que païens et chrétiens s’accommodent parfois très bien ensemble, et qu’une coexistence s’établit parfois pendant des siècles. La transition entre un Empire païen et un Empire totalement chrétien sous le règne de Constantin n’est donc qu’une illusion que les différentes approches disciplinaires présentées au cours de ce colloque confirme. La transition a été graduelle, et pas toujours conflictuelle. En outre, les relations entre paganisme et christianisme nécessitent bien souvent, pour être comprises, la prise en compte d’un troisième terme, qui est la politique. Comme l’intervention de Hartwin Brandt (Bamberg) l’a rappelé, le double langage de l’Empereur Constantin pendant son règne, son attitude chrétienne en présence de chrétiens d’une part, et sa conduite païenne d’autre part, reflète un pragmatisme politique qui semble prendre le dessus sur toute conviction ou pratique religieuse personnelle.

Ce que ce colloque nous a également appris, c’est que les situations diffèrent du tout au tout d’une région à l’autre de l’Empire, et d’un siècle à l’autre. Toute réponse à la question des relations entre païens et chrétiens doit donc être situationnelle, et prendre en compte l’auteur, le destinataire, le lieu et la date. Aucun consensus n’a pu être trouvé non plus sur ce qu’est le paganisme. Ce terme utilisé par les chrétiens dès le IVème siècle pour désigner tous ceux qui ne sont pas chrétiens ne reflète pas la diversité des paganismes présents dans l’Empire Romain du IVème au VIème siècle.

Enfin, en ce qui concerne les rapports entre culture païenne et culture chrétienne, notamment par rapport aux genres littéraires, les différentes interventions ont permis de mettre en évidence les continuités que l’on retrouve en littérature et en philosophie. Ainsi, ma présentation des biographies païennes et chrétiennes a permis de voir la continuité qui existe entre les différentes vies de saints et de philosophes. De même, l’intervention de Robert Somos (Pecs) a mis en évidence la continuité entre l’utilisation de la forme des Sentences par Rufin d’Aquilée et la tradition antique de cette forme littéraire. Enfin, Wolf Liebeschuetz (Nottingham) a rappelé l’utilisation des arguments philosophiques pour convaincre les païens de se convertir au christianisme. On voit donc la possibilité offerte et acceptée par les chrétiens de considérer la culture païenne comme une véritable source culturelle, dans un milieu pourtant chrétien.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Pagans and Christians in the Late Roman Empire – Compte rendu de colloque". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 11 mars 2013. Consulté le 18 novembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/255.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *