Exercices spirituels et philosophie contemporaine – Entretien avec Xavier Pavie 1/8

Que sont les exercices spirituels antiques, et en quoi sont-ils intéressants pour nous, aujourd’hui? Pierre Hadot et Michel Foucault ont rappelé, dans leurs recherches, l’importance et l’intérêt des exercices spirituels, dans la philosophie antique d’une part, mais aussi dans la philosophie contemporaine. Dans l’Antiquité, le choix de vie philosophique implique, de la part du philosophe, un certain effort, un entraînement, qui a pour but de changer sa manière de vivre, adopter de nouvelles habitudes, et, finalement, se transformer soi-même. C’est dans le cadre de ce changement de mode de vie qu’apparaît, dans l’Antiquité, la nécessité de l’exercice. Qu’en est-il aujourd’hui? La philosophie contemporaine a-t-elle besoin des exercices spirituels?

Pour approfondir cette question, Konstantin Büchler et moi-même avons rencontré Xavier Pavie, Professeur à l’ESSEC Business School, directeur du centre i_Magination et chercheur à l’Institut de Recherche Philosophique. Diplômé en science de gestion, il est docteur en philosophie avec comme sujet la réception des exercices spirituels antiques dans la philosophie contemporaine. Il a publié de nombreux ouvrages en rapport avec cette thématique, dont « Le choix d’exister ». Xavier Pavie a accepté de répondre à mes questions concernant le choix de vie philosophique et la conversion philosophique à laquelle il appelle ses lecteurs.

Les exercices spirituels antiques et l’héritage de Pierre Hadot 1/8

Dans la première partie de l’entretien, Xavier Pavie rappelle la variété et l’actualité des exercices spirituels antiques, présentés ici comme des outils pour mieux vivre au quotidien. Revenant dans un premier temps sur la description de ces exercices par Pierre Hadot, historien de la philosophie antique (1922-2010), Xavier Pavie précise également sa dette à l’égard de Michel Foucault (1926-1984), en particulier concernant l’intérêt du philosophe pour l’ici et maintenant.

– Les exercices spirituels, des outils pour mieux vivre (2:40)
– Pierre Hadot et la question des exercices spirituels (3:12)
– La variété des exercices spirituels (3:40)
– La dimension spirituelle des exercices (4:14)
– Le choix du terme « exercice spirituel » (5:41)
– La philosophie antique et les exercices spirituels (6:33)
– L’héritage de Pierre Hadot (8:28)
– Le dépassement de Pierre Hadot, ici et maintenant (8:54)
– La notion d’exercice spirituel comme outil valable pour la philosophie contemporaine (10:03)
– Pierre Hadot comme maitre : une reprise capable de distance (11:08)

Pour en savoir plus sur Pierre Hadot, je vous renvoie vers l’entretien avec Philippe Hoffmann réalisé en 2013, également disponible sur Youtube.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Exercices spirituels et philosophie contemporaine – Entretien avec Xavier Pavie 1/8". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 5 avril 2016. Consulté le 22 octobre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/2708.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Lanz Eric dit :

    Bonjour,
    Je suis psychanalyste et chercheur… Bien avant les stoïciens ou les épicuriens, les pythagoriciens ne sont-ils pas les premiers
    à pratiquer des « ascèses de vie » pour le salut de l’âme (et non des « exercices spirituels », vous avez raison ,le terme est tout
    à fait inadéquat) … Cordialement…

    • Maël Goarzin dit :

      Bonjour,
      En effet, les pythagoriciens, d’après ce que nous savons (aucun texte de Pythagore ne nous est parvenu, et les premières sources que nous avons sur le pythagorisme sont Platon et Aristote), proposaient un certain mode de vie philosophique (et non seulement un discours théorique) qui inclue un certain nombre de pratiques ou d’exercices ayant pour but de mieux vivre. Parmi ces exercices, pythagoriciens, que l’on retrouve effectivement chez les stoïciens ou les néoplatoniciens par exemple, mais aussi dans le christianisme, il y a l’examen de conscience (que j’ai présenté ici à partir d’une citation de la Vie de Pythagore de Porphyre: https://biospraktikos.hypotheses.org/2324), des exercices de mémorisation, des pratiques d’abstinence (végétarisme), la pratique du silence (comme moyen de maîtriser sa langue), ou des exercices de purification de l’âme et de l’esprit (l’étude des mathématiques, ou l’écoute de certaines harmonies musicales, à travers le chant ou la musique, par exemple).
      Il y a donc beaucoup d’exercices dans le pythagorisme, et certains seront en effet repris par d’autres écoles, comme l’épicurisme ou le stoïcisme. Ces exercices, et la conscience de la part des philosophes antiques de la nécessité de s’entraîner pour progresser sur le chemin de la vertu, petit à petit, est un trait commun de l’ensemble de la période.
      En espérant avoir répondu à votre question, je vous retourne la question: pourquoi, d’après vous, l’expression « exercices spirituels » est-elle inadéquate pour décrire ces différents types d’exercices ou de pratiques présentes dnas la majorité des philosophies antiques?
      Cordialement,
      Maël

      PS: Sur la dimension pratique du pythagorisme, je vous suggère également la lecture de ce billet, commentaire d’une citation de Platon sur les pythagoriciens: https://biospraktikos.hypotheses.org/2623

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *