Sport et philosophie antique: Platon, Aristote et les stoïciens étaient-ils de grands sportifs?

RuZBnYsmBhczRBt-soKfxeky9I8

Course aux flambeaux dans la Grèce antique: une origine possible de la flamme olympique?

A la veille de l’ouverture des Jeux de Rio, je me garderai bien de rappeler l’origine antique des Jeux Olympiques, bien connue de tous, et je ne me risquerai pas non plus – quoique – à rappeler combien lire les philosophes antiques est une activité enrichissante, davantage peut-être que de regarder les JO à la télé toute la journée – voire toute la nuit cette année, étant donné le décalage horaire avec le Brésil! Au lieu de cela, je vous propose, pendant ces deux semaines olympiques, de prendre un peu de recul et de questionner ensemble la pratique sportive au regard de l’activité philosophique des Anciens. Quelle place le sport avait-il pour les philosophes antiques, et quelle place le sport peut-il avoir pour nous aujourd’hui? Comment prendre soin du corps quand la plus grande partie de l’attention est tournée vers l’âme ou l’esprit? Comment concilier pratique sportive et souci de soi?

Pour répondre à ces questions, je vous présenterai dans un premier temps la place des pratiques sportives dans l’éducation idéale chez Platon et Aristote, mais aussi dans le stoïcisme. Puis nous verrons, grâce à Guillaume Pilloud, contributeur invité, comment le stoïcisme et, de manière générale, la culture romaine antique intégrait les activités sportives et intellectuelles dans la vie quotidienne. Enfin, nous envisagerons avec Yann Daout, un autre contributeur invité, comment la pratique sportive des Anciens, plus particulièrement des stoïciens, peut inspirer nos propres activités sportives et intellectuelles.

La place du sport dans l’éducation platonicienne

A la lecture du Phédon, le lecteur de Platon pourrait croire que le sport et, de manière générale, le soin du corps, n’a pas sa place dans l’éducation platonicienne, tant le corps est pointé du doigt par Socrate comme la cause principale de l’attachement de l’âme au monde sensible. En raison des passions du corps qui retiennent l’âme ici-bas et l’empêchent de s’élever vers le monde des Idées, le corps est considéré dans ce dialogue par Socrate comme un poids pour l’âme (Phédon, 83b-d), et l’activité philosophique y est décrite comme détachement du corps et purification de l’âme (Phédon, 65b-d). De sorte que philosopher, pour Socrate, c’est s’exercer à mourir (Phédon, 80e-81a), exercice qui se retrouvera tout au long de l’Antiquité, chez les platoniciens comme dans les autres écoles philosophiques, à travers la méditation de la mort. Mais le corps n’est pas toujours décrit de manière négative par Platon. Dans le Banquet, par exemple, Socrate, à travers le discours de Diotime, décrit très clairement les différentes étapes qui mènent le philosophe de l’amour d’un beau corps à l’amour de deux corps, puis de tous les beaux corps, avant, progressivement, de passer de l’amour des beaux corps à l’amour des belles occupations et des belles sciences, et finalement, jusqu’à l’amour et la contemplation du Beau en soi (Banquet, 209e6-212a8). Dans ce dialogue, contrairement au Phédon, le corps est perçu de manière positive, comme le premier pas d’un cheminement qui conduit le philosophe du beau sensible, reflet ou image du Beau intelligible, vers le monde des Idées et la contemplation du Beau en soi.

The_Tomb_of_the_Diver_-_Paestum_-_Italy

Fresque de la tombe du plongeur

Qu’en est-il du sport, dès lors, dans l’éducation platonicienne? Dans la République, en effet (République, livre III, 403c-412b), mais aussi dans les Lois (Lois, livre VII, 788d-796d), Platon, à travers la bouche de Socrate, évoque l’éducation que devrait recevoir le citoyen de la Cité idéale décrite par ailleurs dans ces deux longs dialogues. Dans les deux ouvrages, Platon évoque le rôle important de la gymnastique dans le soin de l’âme et du corps:

« Après la musique et la poésie, c’est par la gymnastique qu’il faut former les jeunes gens. (…) Il faut donc que dès l’enfance, et tout au cours de leur vie, ils soient formés rigoureusement dans cet art. »
Platon, République, 403c

Lutteurs

Lutteurs

Platon donne une place importante à la gymnastique et au soin du corps, non seulement pour « les jeunes gens », mais « tout au cours de leur vie ». La gymnastique, qui se divise en deux pratiques différentes, à savoir la lutte et la danse (Lois, VII, 795d-796d), et dont le but est le soin du corps, fait donc partie de la formation du citoyen telle qu’elle est pensée par Platon, mais également de la vie quotidienne du citoyen de la Cité idéale.

Comme Socrate le précise au livre précédent, « l’art de la gymnastique existe en effet pour les corps, et l’art de la musique pour l’âme » (République, II, 376e). Il semble, à ce moment de la discussion, que les rôles des différents arts sont bien définis, et que la gymnastique est associée avant tout au soin du corps et non de l’âme. Mais la suite du dialogue va préciser le lien étroit qui existe, pour Platon, entre soin du corps et soin de l’âme:

« Quant aux exercices et aux efforts requis par la gymnastique, il ne s’y engagera qu’avec l’objectif d’éveiller l’ardeur morale de sa nature, plutôt que la force physique et, contrairement aux autres athlètes, il ne s’astreindra pas aux régimes et aux exercices à seule fin d’y gagner une vigueur physique. »
Platon, République, III, 410b

Pour Platon, les exercices et les efforts physiques fournis lors des activités sportives doivent mener celui qui les pratique vers la vertu, et non seulement vers la santé du corps et la performance physique. Ainsi, l’effort constant et la persévérance requis par la pratique régulière et répétée d’un sport exigeant, procurera à l’athlète une certaine vigueur physique, certes, mais aussi et surtout une certaine vigueur morale: le courage, par exemple, mais aussi la tempérance ou maîtrise de soi (le contrôle de ses émotions, par exemple, lorsque l’effort devient pénible). Dans tous les cas, la performance physique ne saurait être le seul but recherché par la pratique d’un sport, et la pratique d’un sport ne saurait prendre la totalité de la journée du citoyen idéal, comme le rappelle Socrate dans la suite du dialogue:

pancrace_poterie

Le pancrace autorise tous les coups, sauf les morsures et l’arrachage des yeux

« Ceux qui s’adonnent exclusivement à la gymnastique parviennent à une disposition d’une excessive brutalité, alors que ceux qui se consacrent uniquement à la musique et à la poésie deviennent plus mous que ce qui est bon pour eux. »
Platon, République, III, 410d

Cet extrait montre bien l’importance d’une pratique sportive régulière mais modérée, et plus généralement, d’un équilibre entre soin du corps et de l’âme. L’art de la gymnastique, en effet, quand il est associé à la poésie et à la musique, va permettre à celui qui le pratique de grandir dans la vertu. Le déséquilibre dans la pratique de ces arts, en revanche, génère automatiquement le déséquilibre de l’âme: ici, la brutalité de celui qui consacre sa vie au sport, ou là, la molesse de celui qui refuse de faire le moindre exercice physique. Dans tous les cas, Platon nous assure que le caractère de l’âme de celui qui pratique un sport à outrance, comme le caractère de l’âme de celui qui n’en pratique aucun, ne saurait être vertueux. Ce que Platon préconise, donc, c’est l’harmonie entre soin du corps et soin de l’âme, harmonie ou équilibre qui rejaillit sur l’équilibre ou l’harmonie recherchée par le philosophe entre les différentes facultés de l’âme: ces différents arts, en effet, « il ne les a pas donnés pour l’âme et pour le corps, si ce n’est de manière complémentaire, mais bien pour ces deux éléments, afin qu’ils s’harmonisent l’un avec l’autre, dans une tension et une détente portées jusqu’au point qui convient » (République, III, 411e-412a).

1920px-Mosaïque_des_bikinis,_Piazza_Armerina

Mosaïque des bikinis, Piazza Armerina, représentant une dizaine de sportives

A travers cet idéal de complémentarité entre soin de l’âme et du corps, Platon impose une certaine mesure à ceux qui souhaiteraient s’adonner uniquement à la gymnastique, et rappelle également l’intérêt d’une pratique sportive pour la vie heureuse et vertueuse. A partir de là, certains y verront sans doute une critique des sportifs professionnels, formés dès leur plus jeune âge à être toujours plus performants pour atteindre, finalement, l’élite nationale voire internationale de leur sport de prédilection (au détriment de leurs études et des activités intellectuelles?). D’autres y verront la critique des personnes « allergiques » au moindre effort sportif, préférant rester confortablement installé devant la télévision plutôt que de s’exercer (au détriment de leur santé physique, mais aussi de leur courage, ou tempérance?). Dans les deux cas, Platon est critique, et rappelle, dans sa description de l’éducation idéale, le lien très fort entre soin du corps et de l’âme, l’importance de l’exercice et de l’entraînement physique, qui doit être quotidien, et le but moral, finalement, de cet entraînement.

Education et pratique sportive selon Aristote

Qu’en est-il pour Aristote? Quels sont, pour le Stagirite, le rôle et la place de la gymnastique dans l’éducation1? L’éducation du corps, et l’importance de la gymnastique, notamment, sont précisées dans la Politique d’Aristote, livre dans lequel il traite de l’éducation du citoyen dans l’Etat idéal.

Panathenaic_amphora_Kleophrades_Louvre_F277

Amphore de Cléophadrès représentant l’épreuve de la course à pied

A côté des lettres, de la musique et de la poésie, la gymnastique fait partie, en effet, des quatre disciplines formant l’éducation traditionnelle à l’époque d’Aristote. Propre à former le courage, la gymnastique donne vigueur et santé à celui qui l’exerce de manière régulière, mais avec modération, et doit être pratiqué dès le plus jeune âge (Politique, 1137b-1138a). Le but de l’éducation physique n’est pas seulement l’adresse, la santé et la vigueur physiques, mais bien la vertu de l’âme, en particulier le courage. Mais pratiqué de manière excessive, l’exercice physique peut avoir l’effet inverse, et celui qui le pratiquerait de manière exclusive, au détriment des autres disciplines, par exemple pour devenir athlète ou guerrier, deviendrait une brute ou un sauvage. Comme Platon avant lui, Aristote précise en effet les limites dans lesquelles le citoyen doit pratiquer la gymnastique:

«En donnant trop d’importance à cette partie toute secondaire de l’éducation, et en négligeant les objets indispensables, vous ne faites de vos enfants que de véritables manoeuvres ; vous n’avez voulu les rendre bons qu’à une seule occupation dans la société, et ils restent, même dans cette spécialité, inférieurs à bien d’autres, comme la raison le dit assez. »
Aristote, Politique, 1138b

En omettant les autres disciplines propres à former toutes ensemble la jeunesse, et en focalisant l’éducation uniquement sur la gymnastique, ces gouvernements dont parle Aristote manquent leur but, puisque ces jeunes gens baignés exclusivement dans l’exercice physique ne pourront pas devenir courageux, juste mesure entre la crainte et la témérité. De plus, l’excès de gymnastique peut être nuisible non seulement au développement de la vertu de l’âme, mais aussi au développement physique de l’enfant, comme le rappelle Aristote dans le passage suivant, à partir de l’exemple des athlètes vainqueurs à Olympie dans leur plus jeune âge, et dont la carrière n’a pas duré en raison d’un entraînement excessif :

Athlète vainqueur recevant une couronne d'olivier

Athlète vainqueur recevant une couronne d’olivier

« On doit donc nous accorder, et que l’emploi de la gymnastique est nécessaire, et que les limites que nous lui posons sont les vraies. Jusqu’à l’adolescence, les exercices doivent être légers ; et l’on repoussera une alimentation trop substantielle, et des travaux trop pénibles, de peur d’arrêter la croissance du corps. Le danger de ces fatigues prématurées est prouvé par un grave témoignage : c’est à peine si, dans les fastes d’Olympie, deux ou trois vainqueurs, couronnés dans leur enfance, ont plus tard remporté le prix dans l’âge mûr; les exercices trop violents du premier âge leur avaient enlevé toute leur vigueur. »
Aristote, Politique, 1138b-1139a

Soin du corps et de l’âme dans le stoïcisme impérial

Nous avons vu de manière détaillée la place du sport dans l’éducation platonicienne et aristotélicienne. Dans un cas comme dans l’autre, la gymnastique a sa place dans l’éducation idéale, mais doit être limitée, de sorte que la santé de l’âme et celle du corps soit ensemble préservées, et non l’une au détriment de l’autre. Qu’en est-il pour les philosophes stoïciens? Quelle est la vision stoïcienne du corps, et quelle place réservent-ils à la gymnastique?

Epictète (55-135) distingue ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous

Epictète (55-135)

Pour les stoïciens de l’époque impériale, comme le rappelle Epictète au début du Manuel, le corps fait partie des choses qui ne dépendent pas de nous. Distinct des trois activités de l’âme  qui, seules, sont sous notre contrôle (c’est-à-dire nos jugements, nos désirs et et nos impulsions à agir), le corps et la santé de ce dernier ne font pas partie des choses qui dépendent de nous. Comment être certain, en effet, que je n’ai pas un handicap physique depuis la naissance, ou bien que le tyran qui me gouverne ne m’a pas jeté aux fers, limitant par la même occasion ma liberté de mouvement? Epictète, qui, d’après la tradition2, aurait eu la jambe cassée par son maître lorsqu’il était encore esclave, était bien conscient de cela: l’intégrité du corps n’est pas totalement sous notre contrôle. La seule liberté dont nous pouvons être certain et à laquelle nous devons nous attacher, c’est notre liberté intérieure.

Est-ce que cela veut dire pour autant que le corps doit être négligé? Comment nous l’avions vu dans un précédent billet à partir des Entretiens d’Epictète, pureté de l’âme et pureté du corps vont de pair, et le soin du corps, reflet du soin de l’âme, ne saurait être négligé. De plus, le corps fait certes partie des choses qui ne dépendent pas de nous, mais il faut tout de même en prendre soin, comme l’étranger de passage prend soin du mobilier de l’auberge dans laquelle il passe la nuit (ce que Sénèque rappelle dans une lettre à Lucilius que nous avions commentée ici).

Le soin du corps serait donc un devoir, et fait partie de la vie quotidienne du philosophe. C’est dans ce cadre que l’exercice physique peut faire son entrée. Utile au soin du corps, mais aussi de l’âme, comme nous allons le voir, la pratique sportive doit être mesurée, comme le rappelle Sénèque pour expliquer ce que signifie « vivre heureux ou selon la nature »:

« Que signifie cette expression, je vais dès maintenant l’expliquer : si nous gardons nos qualités physiques et nos aptitudes naturelles avec soin et sérénité, dans la pensée qu’elles sont éphémères et fugaces, si nous ne subissons leur servitude et que nous ne soyons pas le jouet des objets extérieurs, si les satisfactions adventices du corps sont pour nous au même rang que dans un camp les auxiliaires et les troupes légères (à eux de servir, non de commander), dans cette mesure seulement ces choses-là sont utiles à l’âme. »
Sénèque, De la vie heureuse, 8, 2.

Comme on l’a vu avec Epictète, le corps et ses qualités font partie des choses qui ne dépendent pas de nous. Das la même perspective, Sénèque rappelle ici l’importance de ne pas s’attacher au corps et à nos qualités physiques comme à quelque chose qui dépend de nous, mais comme à un bien extérieur, qui peut être utile ou non à l’âme. En effet, les qualités physiques naturelles, entretenues par une pratique sportive régulière, ne feront partie d’une vie heureuse ou selon la nature que dans la mesure où le soin du corps n’est pas premier, mais subordonné au soin de l’âme: « dans cette mesure seulement ces choses-là seront utiles à l’âme ». Epictète va également dans ce sens lorsqu’il évoque les exercices physiques des athlètes, utiles (ou non, selon le but recherché) à l’exercice de la vigueur morale:

« Disons pour finir que tous les exercices auxquels soumettent leur corps ceux qui lui font subir un entraînement peuvent aussi, s’ils sont d’une manière ou d’une autre orientés vers le désir et l’aversion, servir d’exercices pour ces derniers. Mais s’ils visent la parade, ils sont bons pour celui qui incline vers les choses extérieures et poursuit un autre but, pour celui qui cherche des spectateurs s’écriant: « Oh! Le grand homme! » C’est pourquoi Apollonios avait raison de dire: « Quand tu veux t’exercer pour toi-même, si tu as soif un jour de grande chaleur, prends une gorgée d’eau fraîche, puis crache-la et n’en parle à personne. » »
Epictète, Entretiens, III, 12, 16

Lanceur de disque ou discobole

Lanceur de disque ou discobole

La pratique d’un sport est utile à l’âme de celui qui, à travers ces exercices physiques, exerce ses facultés morales. Supporter la douleur d’un exercice d’endurance tel que la course à pied permettra par exemple à celui qui pratique ce sport d’améliorer la maîtrise de soi, puisqu’il saura, par l’effort répété, comment gérer l’effort et la souffrance physique pour atteindre l’objectif fixé. Mais si les exercices physiques, à l’instar du culturisme, visent un autre but que le soin de l’âme, si ce but est de se mettre en évidence, de parader devant la foule de spectateurs ébahis par tant de force et de beauté, ces exercices perdent leur valeur et leur intérêt philosophique.

Comme pour Platon et Aristote, le soin du corps dans le stoïcisme impérial est naturel et tout à fait acceptable. La pratique sportive est même recommandée par les philosophes, tant qu’elle n’est pas considérée comme une fin en soi. L’exercice physique, en effet, comme tous les exercices stoïciens, doit être considéré comme un moyen, le moyen d’améliorer sa condition morale. Le sport, en tant qu’ascèse corporelle, a pour visée la tranquillité de l’âme et la vie heureuse. C’est pourquoi, que ce soit pour Platon, Aristote, Epictète ou Sénèque, le sport et le soin mesuré du corps est mis en avant, tandis que l’excès dans le soin du corps est à proscrire, et le sport à outrance à bannir. Il faut certes donner au corps tous les soins que la nature exige, mais le but des activités physiques doit être avant tout le profit de l’âme. Dans la philosophie antique, que ce soit chez Platon, Aristote, ou dans le stoïcisme, la pratique sportive, ou l’ascèse corporelle dépasse donc toujours la simple pratique du corps. Il y a une finalité plus haute, celle de la philosophie, qui est le soin de l’âme.

Comment se concrétise, au quotidien, une vie qui prend soin à la fois du corps et de l’âme? Et dans quelle mesure une telle vie est-elle souhaitable et réalisable aujourd’hui? C’est ce que nous verrons dans les deux prochains billets. En attendant, place aux Jeux Olympiques de Rio!


Pour aller plus loin:

Que fait le sport à l’esprit?

La boxe, un dialogue des corps

La philosophie est-elle un sport de montagne?

Aux origines du Yoga-Sutra


Crédits photographiques: Fresque de la tombe du plongeur, par cdimaio53, Licence CC BY-SA; Philippe Magnier, Lutteurs, par Jastrow, Licence CC BY; Mosaïque des bikinis, par Yann Forget, Domaine public; Amphore de Cléophadrès, par Jastrow, Domaine public; Epictète, Domaine public; Lanceur de disque, par Matthias Kabel, Licence CC BY.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Sport et philosophie antique: Platon, Aristote et les stoïciens étaient-ils de grands sportifs?". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 5 août 2016. Consulté le 20 novembre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/2822.
  1. Sur l’éducation chez Aristote de manière générale, je vous renvoie à cette très bonne présentation de Charles Hummel []
  2. Origène, Contre Celse, livre VI []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Si je puis me permettre d’insister sur un point en particulier, et à partir des réflexions de Vigarello sur le corps et de Patrick Clastres sur l’histoire du sport, j’aimerais faire remarquer qu’il n’y a pas de confusion possible à l’époque de Platon entre le sport et la gymnastique, qui ont tous les deux un statut distinct. C’est assez contre-intuitif, pour nous qui avons assimilé, et probablement à juste titre, la gymnastique à du sport, mais telles étaient pourtant les représentations distinctives de ces deux disciplines. Pas de tension, donc, chez un Platon qui valorise la gymnastique tout en rejetant l’intérêt du sport.

    • Maël Goarzin dit :

      Merci pour cette précision, je ne connaissais pas ces deux auteurs, mais cela explique bien cette apparente incohérence ou tension que l’on trouve chez Platon. Pourrait-on dire, pour caractériser cette différence, que le sport est une pratique professionnelle visant la performance physique, tandis que la gymnastique est avant tout une pratique formatrice (liée à l’éducation) et propice au soin du corps?

      • Dans les grandes lignes, on trouve effectivement cela. Ce sont des lectures qui datent d’il y a quelques années, et je suis à peu près sûr d’oublier des éléments sur le sujet. Cette distinction s’est en tout cas maintenue longtemps, au point qu’on en entende encore parler au XIXème siècle.

  1. 8 avril 2017

    […] Faut-il être beau pour réussir ? C’est ce que laisse à penser l’enquête menée par le sociologue Jean-François Amadieu dans Le Poids des apparence. Beauté, amour et gloire. S’intéressant au curriculum vitae de demandeurs d’emplois, il relève que les personnes obèses ou disgracieuses ont moins de chance de décrocher un entretien d’embauche. À l’école également, la beauté est favorisée. Une étude américaine a proposé à deux groupes d’enseignants de corriger les mêmes copies. Une photographie de chaque élève était fournie au second groupe. En comparant les notations, il s’est avéré qu’une copie était mieux notée lorsqu’elle était rédigée par un physique avantageux, tandis que les physiques ingrats faisaient baisser la note. Mais cette discrimination est bien souvent inconsciente. Elle provient de notre imaginaire collectif, qui apparente le beau au bien. La langue française confond d’ailleurs les deux termes : on peut en effet utiliser l’expression une belle personne pour vanter ou le physique ou les qualités morales de quelqu’un. Cette association ne date pas d’aujourd’hui puisqu’elle existait déjà à l’époque des philosophes grecs tels que Platon. C’est le kalos kagathos, qui signifie un homme “beau et bon”. La Grèce Antique attribuait en effet au corps athlétique des valeurs vertueuses. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *