Comment écrire sa thèse? par Umberto Eco

comment-ecrire-sa-these-9782081380516Au mois de septembre dernier paraissait la traduction française d’un ouvrage méthodologique écrit par Umberto Eco et consacré à l’écriture d’un travail de recherche: Comment écrire sa thèse? Publié en italien en 1977 et initialement conçu et utilisé par Umberto Eco comme manuel à l’usage des étudiants réalisant une thèse de laurea sous sa direction1, les conseils que l’on y trouve sont tout à fait transposables à d’autres types de travaux universitaires, en particulier les travaux de recherche en sciences humaines et sociales, comme le rappelle avec raison la postface du traducteur2. Dans ce billet, je vous propose donc un compte-rendu de cet ouvrage, que j’ai lu avec plaisir, non seulement parce que le style d’écriture d’Umberto Eco est plaisant, mais aussi parce que certains conseils méthodologiques prodigués par l’auteur ont pu m’être utile. Certes, on peut supposer qu’un doctorant ayant reçu une formation adéquate est assez avancé pour avoir besoin d’un tel ouvrage, mais il me semble que ces conseils, loin de profiter uniquement aux étudiants de fin de Bachelor ou de Master, pourraient également être utiles aux jeunes doctorants souhaitant formaliser ou tout simplement mettre des mots sur une pratique quotidienne de la recherche universitaire.

Qu’est-ce qu’une thèse? A quoi sert-elle?bjq0jjhccaanqwd

La première partie de l’ouvrage est très intéressante, car elle rappelle l’intérêt d’écrire une thèse, non seulement pour faire avancer la recherche dans un domaine particulier, mais pour soi. Au-delà de la nécessité d’écrire un travail de recherche pour valider la fin de son cursus d’études (que ce soit un mémoire de Master ou une thèse de doctorat), U. Eco insiste aussi sur l’état d’esprit dans lequel aborder ce travail pour qu’il soit utile non seulement à la recherche, mais aussi pour son développement personnel, au-delà des études. En termes actuels: quelles sont les compétences acquises au cours d’un travail de recherche? Et en termes plus philosophiques: en quoi ce travail de recherche a pu me faire évoluer en tant qu’individu, changeant ma perception du monde ou de moi-même. J’ai trouvé cette partie très rafraîchissante, me permettant, personnellement, de me poser à nouveau la question de l’intérêt d’écrire une thèse à l’approche de la phase finale de rédaction.

Le choix du sujet

La deuxième partie de l’ouvrage est un chapitre incontournable. C’est, à mon avis, la partie la plus importante de ce manuel, parce qu’elle permet de comprendre ce qu’on entend par un sujet de recherche, et ce qui fait qu’une thèse sera scientifique. Les critères de scientificité d’un travail (p. 60-68) sont exposés de manière très claire et devrait être lues par tous ceux qui se posent la question de l’objectivité du chercheur. En utilisant la notion de scientificité, U. Eco évite ainsi de recourir à cette notion d’objectivité, objectif irréalisable, y compris de la part du scientifique le plus rigoureux. En effet, chaque sujet de recherche est déjà un point de vue subjectif sur un objet donné. Mais cette subjectivité du chercheur n’empêche en rien d’être scientifique, comme le rappelle très justement U. Eco.

Cette partie évoque également les connaissances en langues étrangères nécessaires à la rédaction d’une thèse (p. 53-60), connaissances philologiques que j’ai déjà abordées dans un précédent billet consacré aux liens étroits entre philologie et philosophie.

Enfin, cette partie évoque la délicate question des liens de sa thèse avec le travail de recherche de son directeur de thèse (p. 83-88). Comment gérer ce lien sans se faire exploiter en tant que mémorant ou doctorant? On a ici un bon exemple du type de conseils très pratiques donnés par U. Eco dans cet ouvrage.

La recherche du matériau

Cette partie est consacrée à la recherche proprement dite, une fois le sujet déterminé et avant l’écriture. On peut regretter ici l’inactualité de certaines remarques, sur les recherches bibliographiques en particulier (p.103-178), qui ne prennent pas en compte les outils numériques désormais à disposition des étudiants. Pour la constitution de la bibliographie, les conseils généraux sont bons, mais les logiciels comme EndNote ou Zotero ne sont pas présentés. La révolution numérique a très fortement changé la pratique de la recherche sur ce point, et il est dommage que les conseils concernant la gestion des références bibliographiques n’aient pas été mis à jour par le traducteur. C’est sans doute ce chapitre qui pâtit le plus de la date ancienne de parution de l’ouvrage (1977).

6082278008_a794bb8d7d_o

Si votre bibliographie ressemble à ça, il est sans doute utile que vous lisiez ce chapitre d’U. Eco, qui vous aidera à y mettre un peu d’ordre!

La première sous-partie, qui concerne le repérage des sources (p. 89-102) est particulièrement utile, puisqu’elle pointe clairement du doigt la distinction entre sources primaires et secondaires, ainsi que les pièges d’une bibliographie exhaustive mais non maîtrisée par le thésard. La fin de cette partie traite spécifiquement de la lecture des références bibliographiques choisies : faut-il vraiment tout lire et par où commencer (p. 173-177)? De même, la présentation des normes existantes pour les références bibliographiques (p. 115-140) sont très utiles pour se familiariser avec les différentes manières de citer un texte (article, livre, revue, ouvrage collectif, etc.). Le tableau récapitulatif qui se trouve aux pages 139-140 est particulièrement bien fait.

Le plan de travail et les fiches

La quatrièleave-839225_1280me partie de l’ouvrage évoque la question très importante du plan de travail : par où commencer son travail de recherche, et par où commencer à écrire ? Pour U. Eco, il est primordial de commencer son travail par le choix d’un titre, et la rédaction d’une table des matières de son travail, même si ces deux éléments seront changés par la suite, comme je l’ai constaté moi-même dans un précédent billet consacré à la (ré)écriture du titre et du résumé de thèse. Ces deux éléments sont une base à partir de laquelle commencer le travail de recherche (p. 179-191). Le plan de travail suggéré par U. Eco correspond au plan de thèse provisoire, et contient non seulement le titre et les sous-titres des différentes parties du travail de recherche, mais aussi un résumé de chacun des chapitres, et un commentaire analytique de ce plan de travail en guise d’introduction (p. 182-184). Ce plan de travail, associé au titre (p. 181-182), permet ainsi de se faire une bonne idée de ce qui est clair ou non à ce stade du travail de recherche3.

Une remarque intéressante, qui rejoint les conseils qui se trouvent dans un billet consacré à l’écriture de la thèse, est de commencer dès le début de la thèse à rédiger ses hypothèses de travail (p. 185), et les réécrire constamment, au fur et à mesure de l’avancée du travail. Dans tous les cas, ne pas attendre la dernière ligne droite pour commencer à écrire!

bjlipdkcmaenhoxCette partie explore également les différents types de fiches que le chercheur doit établir, et propose une méthode pour  ne pas se perdre dans toutes ses fiches (fiches bibliographiques, thématiques, par auteurs, fiches de citations, fiches de lecture, fiches de travail, etc.)4. La rédaction de fiches, qui se fait tout au long du travail de recherche, et le classement de ces fiches sont essentiels pour préparer le moment de la rédaction de la thèse. U. Eco offre ici des indications méthodologiques tout à fait pertinentes concernant l’organisation du travail de recherche (en particulier sur la rédaction de fiches de lecture d’ouvrages primaires et secondaires, p. 203-223) que le jeune doctorant devrait toujours avoir en tête afin de ne pas perdre trop de temps en fin de thèse, lorsqu’il faut mettre de l’ordre dans un tas de fiches non classés (dans le meilleur des cas, c’est-à-dire lorsque ces fiches existent!). En ce qui concerne les fiches de lecture d’ouvrages et d’articles critiques (littérature secondaire), on découvre sous la plume d’U. Eco des conseils tout à fait pertinents quoique souvent basiques pour toute personne ayant déjà réalisé un mémoire ou un travail de recherche approfondi. Mais on trouve également dans cette partie des conseils qui peuvent intéresser les chercheurs plus avancés pour rendre la prise de notes et l’organisation des fiches de lecture plus efficace5. Ce chapitre est un bel exemple de conseils pragmatiques prodigués à partir d’exemples concrets qui permettent de mettre rapidement et facilement en pratique les conseils de l’auteur.

La rédaction

Pour qui écrit-on et comment écrire ? Quel style adopter, quel ton prendre ? De manière générale, U. Eco rappelle dans cette partie consacrée à l’écriture de la thèse l’importance de bien définir les termes employés, et les critères possibles d’une écriture scientifique. En particulier, l’auteur rappelle les règles à suivre pour citer correctement un auteur de littérature secondaire ou une source primaire (p. 245-257). En outre, les quelques rappels concernant le plagiat, la paraphrase et la citation ne sont pas inutiles, dans un contexte où les cas de plagiat universitaire sont encore présents (p. 258-262). Enfin, cette partie aborde la question des notes de bas de page : à quoi elles servent et comment les utiliser (p. 262-277). Une nouvelle fois, les indications d’U. Eco concernant la difficulté à insérer une nouvelle note de bas de page dans un manuscrit dactylographié sont clairement anachroniques, mais pourront satisfaire les chercheurs nostalgiques, ou ceux qui ont un certain goût pour les choses passées.

typewriter-801921_1280

La rédaction définitive

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à l’écriture de la thèse à la machine à écrire. Pour les nostalgiques, ce sera une belle occasion de se rappeler les contraintes de la machine à écrire, avant l’arrivée de l’ordinateur et des logiciels de traitement de texte. Que vous soyez défenseurs de Word ou de LaTeX, vous ne regretterez pas l’ordinateur! Ce dernier chapitre aborde tout de même des aspects intéressants de la rédaction finale qui sont transposables à l’écriture d’une thèse à l’ordinateur: mise en page, aspects typographiques, division en sections et sous-sections, table des matières, etc. L’auteur aborde également la question de la bibliographie finale, à distinguer de la bibliographie de travail présentée dans le chapitre 3: comment structurer la bibliographie finale, quels sont ses objectifs, et comment classer les auteurs qui s’y trouvent ? Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage traite aussi des appendices et de la table des matières, ne laissant de côté aucun aspect de la rédaction finale de la thèse. U. Eco fait preuve dans cette partie, comme dans le reste de l’ouvrage, d’un souci d’exhaustivité, partant de l’objet concret que l’on remet à son jury de thèse.

Pour conclure

umberto_eco1

Umberto Eco (1932-2016)

De manière générale, l’ouvrage est très bien écrit et parfaitement compréhensible, y compris pour un étudiant débutant son premier travail de recherche. Les exemples concrets de recherches effectuées par U. Eco rendent le récit très parlant et poussent le lecteur à appliquer les conseils donnés par l’auteur dans sa propre recherche6. En outre, les exemples choisis par l’auteur prennent en compte des circonstances de recherches difficiles, comme le manque de temps ou de ressources financières, le manque d’accès à certains documents de la bibliographie, etc. La dimension concrète de l’ouvrage, que j’ai rappelé à de nombreuses reprises, fait de ce livre un outil précieux pour démystifier l’écriture de la thèse et rendre ce travail d’écriture accessible à tous ceux qui se lancent dans un thèse, un mémoire de Master, ou un travail approfondi de Bachelor7. De nombreuses remarques d’U. Eco semblent être des points de détails et peuvent paraître ridicules face à l’importance des découvertes que le chercheur a pu faire au cours de longs mois de lectures et d’études, mais ce sont ces détails qui donnent à ces découvertes leur caractère scientifique, comme le résume avec beaucoup d’humour U. Eco, dont la plume, y compris sur des sujets techniques comme l’écriture de la thèse, est toujours agréable à lire:

« Détails ? Non, correction. Si vous avez la cravate de travers, vous la redressez, et même un hippie n’aime pas avoir des crottes de pigeon sur l’épaule8. »

Vous trouverez également un compte-rendu de l’ouvrage ici, dans un billet de Jean-Baptiste Thierry, Maître de Conférence de Droit privé, compte-rendu émaillé de nombreuses citations d’U. Eco qui complètent avec saveur le compte-rendu proposé dans ce billet.


 Crédits Photographiques: @Fantaroux et © Hergé / Moulinsart; Bookshelf porn, by Sally, Licence CC BY-NC;
Machine à écrire, par Unsplash, Licence CCO; Notes, par condesign, Licence CCO.

 

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Comment écrire sa thèse? par Umberto Eco". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 5 décembre 2016. Consulté le 16 octobre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/3036.

  1. Titre original, en italien: Come si fa una tesi di laurea. Le materie umanistiche. La thèse de laurea est un travail de recherche à rendre en fin de cursus universitaire, plus ou moins équivalent au mémoire de Master exigé actuellement en fin de Master. []
  2. Laurent Cantagrel, Postface du traducteur, dans U. Eco, Comment écrire sa thèse?, Paris, Flammarion, 2016, p. 331-338 []
  3. Vous trouverez dans le billet d’Emilien Ruiz, auteur du carnet de recherche Devenir historien, consacré à la méthodologie de la recherche et à l’historiographie, des conseils pratiques concernant l’écriture d’un projet de recherche, étape devenue incontournable dans le milieu universitaire, que ce soit pour l’inscription en doctorat ou l’obtention d’un financement. Mais au-delà de cette utilité pratique, comment et pourquoi écrire un projet de recherche? []
  4. Sur le système de fiches, voir les articles de Jean-François Bert sur son carnet de recherche consacré aux archives et pratiques savantes, en particulier ici et . []
  5. Par exemple, dans une fiche de lecture d’un ouvrage de littérature secondaire, mettre entre crochets les commentaires personnels sur cet article, afin de distinguer ces remarques de la citation ou du résumé de l’article. []
  6. Par exemple, la question des recherches bibliographiques est illustrée de manière très concrète par l’élaboration d’une bibliographie réalisée par U. Eco lui-même sur le sujet suivant: « Le concept de métaphore dans les traités italiens de l’époque baroque ». []
  7. Même si, dans le cas du travail approfondi de Bachelor, l’ouvrage apporte trop d’informations qui ne sont pas nécessairement utiles à ce stade du cursus universitaire. La lecture recommandée par l’enseignant de certaines parties de l’ouvrage, par contre, est tout à fait envisageable et probablement très utile. Je pense, par exemple, aux paragraphes concernant la scientificité d’un travail de recherche (p.60-68). []
  8. U. Eco, Comment écrire sa thèse?, Paris, Flammarion, 2016, p. 322. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Benoit Gagné dit :

    Votre résumé a guidé ma lecture rapide de l’ouvrage. Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *