La dimension pratique du mode de vie philosophique: Jamblique, Sur le mode de vie pythagoricien

Le 28 mai 2016, j’ai présenté le résultat de mes recherches à propos du texte de Jamblique Sur le mode de vie pythagoricien, au cours du séminaire doctoral mensuel de Philippe Hoffmann, mon directeur de thèse à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris). Je partage ici le résumé de mon intervention.

Il peut paraître étonnant, à côté des biographies de Plotin, de Porphyre, de Proclus ou d’Isidore, de trouver dans le corpus des biographies néoplatoniciennes deux vies de Pythagore, celle de Porphyre, dont j’ai déjà présenté l’absence de caractéristiques néoplatoniciennes, et que j’ai écarté de mon corpus de textes pour cette raison, et celle de Jamblique, beaucoup plus utile dans la perspective de comprendre le mode de vie néoplatonicien et les éléments pratiques de ce mode de vie.

Le texte de Jamblique Sur le mode de vie pythagoricien présente en effet de manière très précise les nombreuses pratiques associées au mode de vie de Pythagore et des pythagoriciens. À partir des points remarquables (kephalaia) situés au seuil de l’ouvrage et à partir des nombreuses occurrences des termes epitêdeumata (pratiques ou occupations) et epitêdeusis, une première analyse du texte montre la place et le rôle proprement philosophique des pratiques du philosophe (epitêdeumata) dans le mode de vie pythagoricien, le rapport étroit entre les actes et le discours du philosophe, ainsi que leur place dans l’enseignement de Pythagore tel qu’il est reconstruit par Jamblique. La deuxième partie de ma présentation m’a permis de préenter la place et le rôle des pratiques dans le mode de vie philosophique.

  • L’importance des pratiques du philosophe dans le mode de vie de Pythagore

Pythagore, détail de L’école d’Athènes, de Raphaël (1509)

La liste des points remarquables (kephalaia) du texte de Jamblique, probablement écrite par Jamblique lui-même, montre bien l’importance des pratiques (epitêdeumata) et des actions (erga) dans le mode de vie pythagoricien tel qu’il est décrit dans l’ouvrage de Jamblique, à côté des discours (logoi). A partir de cette liste, on remarque en effet l’importance accordée dans ce texte à l’enseignement de Pythagore, certes, mais aussi aux actions de Pythagore et des pythagoriciens, c’est-à-dire à la mise en pratique de cet enseignement pythagoricien. Par exemple, chaque vertu (la piété, les quatre vertus cardinales et l’amitié) est décrite non seulement à partir de l’enseignement de Pythagore, mais aussi à partir des occupations liées à la pratique de cette vertu. Dans la liste des points remarquables, on remarque déjà cette complémentarité entre l’enseignement discursif et la mise en pratique de cet enseignement à travers un certain nombre d’actions, que ce soit celles de Pythagore ou celles de ses disciples. De plus, on apprend également dans ces kephalaia que l’enseignement de Pythagore n’est pas seulement discursif, mais qu’il est double : il transmet son enseignement à l’aide de discours ou de préceptes, certes, mais aussi à l’aide de ses actions elles-mêmes. Donc même l’enseignement, que l’on pourrait considérer comme un domaine exlusivement discursif, accorde une place importance aux pratiques, au même titre que les discours : Pythagore, à travers ses discours et à partir de l’exemple de ses occupations, invite ceux qui l’écoutent à suivre le mode de vie pythagoricien, dans lequel les pratiques ont une place non négligeable, et pour lesquelles il faut s’entraîner tout au long de la journée.

  • Le rôle philosophique des bonnes pratiques dans la tradition platonicienne

Par ailleurs, le résultat des recherches effectuées sur l’usage philosophique du terme epitêdeumata dans l’histoire de la philosophie, en particulier dans la tradition platonicienne et néoplatonicienne, m’a permis d’affiner l’objet de mon projet de thèse, qui porte désormais sur les pratiques quotidiennes qui font partie du mode de vie philosophique. De manière générale, les epitêdeumata occupent une place centrale, au moins aussi importante que les discours, et ces pratiques du philosophe ont pour rôle de conduire celui qui s’y exerce à la vertu et, éventuellement, à la contemplation du monde intelligible[1]. L’activité philosophique elle-même est considérée par la grande majorité des philosophes néoplatoniciens comme faisant partie des bonnes pratiques à mettre en œuvre au quotidien. Plus que de simples anecdotes, ces faits et gestes des philosophes sont le reflet d’un mode de vie proprement philosophique, justifié le plus souvent par un discours et une doctrine particulière.

[1] Pour Jamblique, par exemple, voir en particulier les passages (Jamblique, Sur le mode de vie pythagoricien, 225, 5 ; 228, 18 et 240, 11) qui font écho au Protreptique, que l’on peut lire en parallèle avec grand intérêt (Protreptique, 7, 5 ; 10, 23 et 20, 11).


Crédits photographiques: Mon ami Pythagore, par Nicolas, Antoine Vasse, Licence CC BY; Platon, painted portrait_DDC3942, par thierry ehrmann, Licence CC BY.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "La dimension pratique du mode de vie philosophique: Jamblique, Sur le mode de vie pythagoricien". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 13 février 2017. Consulté le 17 octobre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/3112.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *