Parution – « Le corps du philosophe dans les biographies néoplatoniciennes : représentations du corps et exercices spirituels (IIIe-Ve siècles) »

Le dernier numéro des Annales de Janua vient de paraître en ligne. Il porte sur la corporalité antique et médiévale et fait suite à la journée d’études jeunes chercheurs organisée par l’association de jeunes chercheurs Janua le 13 avril 2017 à l’Université de Poitiers. On y trouve un article de mon fait sur le corps du philosophe dans les biographies néoplatoniciennes, que vous pouvez lire sur cette page. Je vous livre ci-dessous le résumé de cet article, dont la publication me fait très plaisir. Cet article offre en effet un bon aperçu du travail que j’entreprends actuellement dans le cadre de ma thèse sur le corpus biographique néoplatonicien. Ce travail, qui porte sur un aspect précis du mode de vie néoplatonicien (le rapport au corps), se poursuivra en effet par une étude des différentes dimensions du mode de vie philosophique (rapport à l’autre et engagement social/politique, rapport à soi et pratique des exercices spirituels, et rapport au divin). Vous avez dans cet article un premier aperçu de ce qu’il y aura dans ma thèse.

Maël Goarzin, « Le corps du philosophe dans les biographies néoplatoniciennes : représentations du corps et exercices spirituels (IIIe-Ve siècles) », Annales de Janua, n°6 [En ligne] Publié le 24 avril 2018. URL : http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1865

Résumé:
Cet article examine les différentes représentations du corps et les différentes pratiques (epitêdeumata) liées au corps dans la tradition philosophique néoplatonicienne (iiie-ve siècles ap. J.-C.). L’objectif est de montrer le lien étroit qui existe entre le soin de l’âme et du corps, deux aspects complémentaires du souci de soi néoplatonicien. Ce lien très fort entre souci de soi, santé de l’âme et du corps est particulièrement visible dans les vies de philosophes de tradition néoplatonicienne écrites par Porphyre (Vie de Plotin), Jamblique (Vie de Pythagore), Eunape de Sardes (Vies de philosophes et de sophistes), Marinus (Proclus ou Sur le bonheur) et Damascius (Histoire philosophique). Deux attitudes divergentes des philosophes néoplatoniciens face au corps y sont examinées : la fuite du corps et la purification de l’âme d’une part ; le corps reflet et instrument de l’âme et donc objet d’attention et de soin d’autre part. Il s’agit de montrer, premièrement, comment les philosophes néoplatoniciens, dans leur vie quotidienne, peuvent réconcilier ces deux aspects apparemment contradictoires du rapport au corps, et de montrer, deuxièmement, comment le rapport au corps est toujours étroitement lié au soin de l’âme.

Abstract:
This article explores two different representations of the body in Neoplatonism and their associated practices (epitêdeumata) : escape from and purification of the body conceived as an obstacle to the divinisation of the soul on one hand ; attention and care of the body conceived as an image of and an instrument for the soul on the other hand. Both representations reveal a close link between self care, health of the body and health of the soul. This link is particularly noticeable in the neoplatonist biographies written by Porphyry (The Life of Plotinus), Iamblichus (The Life of Pythagoras), Eunapius (Lives of the Philosophers and Sophists), Marinus (The Life of Proclus or Concerning Happiness) and Damascius (The Philosophical History). This article aims at pointing out the presence of those two apparently contradictory relationships with the body in the philosopher’s way of life, and to indicate the close link between the care of the body and the care of the soul.

Crédits photographiques: Boxer resting after contest (bronze sculpture, BCE 300–200), par Marie-Lan Nguyen, Domaine Public.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Maël Goarzin dit :

    Merci pour la suggestion, je ne connaissais pas ce philosophe. Que dit-il à propos du corps?

  2. Pr S. Feye dit :

    Cela vaudrait la peine de confronter ces propos avec l’enseignement du philosophe Emmanuel d’Hooghvorst, notamment dans son ouvrage « Le Fil de Pénélope » (Éditions Beya).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.