Ma rencontre avec le stoïcisme

Stoa d’Attale, agora d’Athènes

Ce billet a pour origine une question posée par Aurel Madec, membre du groupe Facebook Stoa Gallica, vitrine de l’Association du même nom, et dont l’objectif consiste à « travailler sur une pratique vivante du stoïcisme ». La question posée était la suivante:

Comment avez-vous découvert la philosophie stoïcienne et qu’a-t-elle apporté dans votre vie ?

Je reprends ici ma réponse, en développant par endroit les différentes étapes de ce parcours qui fût le mien eu égard au stoïcisme (pour lire les réponses des autres membres du groupe, c’est par là).

J’ai découvert le stoïcisme une première fois en étudiant le Manuel d’Epictète en classe de Terminale. J’ai été frappé au moment de cette première lecture par la rigueur de l’éthique stoïcienne, que je trouvais louable, quoique difficile à tenir: une telle maîtrise de soi, un tel détachement face aux malheurs de la vie (la perte d’un ami, de son enfant) exigent une force d’âme impressionnante, que je pris dès lors comme modèle dans les différentes épreuves que la vie met inlassablement sur notre chemin. Et puis j’ai été frappé par le bon sens de cette distinction proposée par Epictète entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous, c’est-à-dire, finalement, entre ce qui importe peu (les biens extérieurs, les richesses, la gloire, le pouvoir) et ce qui importe vraiment (nos choix et surtout notre attitude face aux circonstances parfois difficiles de la vie). Cette distinction est restée pour moi, au fil des ans, un bon critère de jugement et de distinction entre ce qui importe vraiment et ce qui, finalement, compte peu dans la perspective d’un progrès intérieur.

Quelques années plus tard, étudiant désormais la philosophie à l’Université de Lausanne, et découvrant avec bonheur la pensée de Pierre Hadot et la définition de la philosophie comme manière de vivre, c’est cet appel à la cohérence entre le discours philosophique et la manière de vivre qui m’a attiré. Les formules frappantes du Manuel, et l’aspect concret des exemples de la vie quotidienne discutés dans les Entretiens d’Epictète ont confirmé cet intérêt que j’avais déjà pour la philosophie stoïcienne, en particulier son éthique.

Quelques années plus tard, au moment d’étudier l’influence stoïcienne sur l’éthique et la manière de vivre des philosophes néoplatoniciens, dans le cadre de mon doctorat, j’ai pu approfondir une fois encore et toujours plus la pensée et le mode de vie stoïcien. C’est dans ce cadre que j’ai découvert, avec une immense joie intellectuelle les Pensées pour moi-même de Marc Aurèle, texte le plus fécond du corpus de textes stoïciens selon moi. Les exercices spirituels que Marc Aurèle met en oeuvre dans ce texte sont d’une richesse extraordinaire et invitent toujours et encore à un travail de soi sur soi caractéristique du philosophe progressant.

Buste de Marc Aurèle, Musée d’Avenches (Suisse)

Plus concrètement, cet intérêt pour le stoïcisme a pris la forme d’une collaboration avec Konstantin Büchler, ancien étudiant de l’Université de Lausanne, et nous avons rédigé une introduction au stoïcisme, que j’ai pris l’habitude, depuis, de distribuer aux étudiants souhaitant découvrir et approfondir leur connaissance ce courant philosophique. Mais la lecture et l’interprétation des textes antiques, aussi intéressante soit-elle du point de vue de l’histoire de la philosophie, n’avait pas pour seul objectif de mieux comprendre la pensée stoïcienne. Nous avons aussi entamé une réflexion sur la pertinence et l’actualité du stoïcisme aujourd’hui, avec ce double regard de l’historien de la philosophie et du philosophe contemporain, saisi quotidiennement par la pressante nécessité de vivre. C’est dans ce cadre que nous avons réalisé un entretien avec Philippe Hoffmann sur la figure de Pierre Hadot, dont l’approche de la philosophie a été fortement inspirée par le stoïcisme. Nous avons également interrogé Jordi Pià sur les présences du stoïcisme au cours des siècles, de la fin de l’Antiquité à nos jours, afin de mieux comprendre ce qui, à travers les siècles, a pu intéresser les générations successives de philosophes. Un troisième entretien, avec Xavier Pavie, nous a permis de discuter de la pertinence des exercices spirituels, notamment stoïciens, pour une vie philosophique contemporaine. Ces réflexions ont mis en évidence l’intérêt actuel pour la philosophie stoïcienne, et les différents usages possibles de cette philosophie. La réflexion est toujours ouverte et se poursuit notamment au sein de l’Association Stoa Gallica.

Avec Konstantin Büchler et Xavier Pavie, au mois de juin 2015

Le stoïcisme m’a ainsi permis de faire de belles rencontres, que ce soit de manière virtuelle, à travers les conversations numériques liées à la publication fréquente de billets de blog sur le stoïcisme, et à une présence active sur les réseaux sociaux (en particulier Facebook et Twitter), ou de manière physique, à travers les différentes collaborations, les entretiens, et autres interventions publiques entreprises ces dernières années. Ainsi, c’est à la Bibliothèque municipale de Lyon, que j’ai rencontré Elen Buzaré pour la première fois, à l’occasion d’une conférence sur les présences et la pertinence du stoïcisme aujourd’hui organisée avec Jordi Pià et Konstantin Büchler. De même, ma rencontre, avec Laurence Bouchet, nous a permis de mettre à l’épreuve quelques exercices spirituels, de se mettre à l’épreuve, et de réfléchir à l’intérêt de ces exercices pratiques pour nous, aujourd’hui. A l’Université de Lausanne, enfin, j’ai pu communiquer mon intérêt pour le stoïcisme et réfléchir, avec les étudiants, à la pertinence de la philosophie stoïcienne aujourd’hui, que ce soit dans le domaine du sport ou de la psychothérapie.

Pour résumer, j’ai créé il y a environ 5 ans sur mon bureau un dossier stoïcisme, et ce dossier ne cesse de se remplir. La rencontre avec Patrick Moisson, Pierre Haese, Jérôme Robin et Elen Buzaré, membres fondateurs de l’Association Stoa Gallica, ajoute une nouvelle touche, et ouvre de nouvelles perspectives, enthousiasmantes, à ce dossier « stoïcisme ». Je me réjouis de poursuivre cette recherche sur la philosophie stoïcienne, et de progresser toujours plus dans le choix de vie philosophique, c’est-à-dire dans la vertu et la tranquillité d’âme prônées par cette école de pensée toujours bien vivante.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. cedric dit :

    C’est marrant car moi j’ai découvert le stoïcisme par l’entremise de la musique, je cite : Cannibal Corpse, Putrefaction, Anal Cunt. Après un C.A.P boucherie j’ai entamé un DEUG d’arts plastiques après un diplôme d’accès aux études universitaires. Finalement j’ai pondu une thèse en philosophie que personne n’a lu, même pas moi d’ailleurs, mais j’en suis ressorti plus sage. Désormais je vis dans le sud de la France de petits boulots (maçon, agent de propreté à la ville) entrecoupés de périodes de chômage assez denses mais j’ai appris la sagesse et continue d’écouter de la bonne musique. Bonne thèse à vous. Cédric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.