L’usage philosophique des biographies dans l’Antiquité – Compte-rendu de colloque

Pythagore

Pythagore

Du 9 au 11 mai avait lieu à Gargnano (Italie), le colloque Diatribai qui avait pour thème les biographies de philosophes. Le colloque, dont vous trouverez le programme dans un précédent billet, a été très riche, permettant de se faire une image très complète et nuancée de l’usage philosophique des biographies dans l’Antiquité. Ce genre littéraire, très appréciée dans l’Antiquité, et plus particulièrement dans l’Antiquité Tardive, n’a pas toujours été pris au sérieux par les historiens de la philosophie. Or, ce manque d’attention a été très largement contredit par les excellentes interventions qui ont eu lieu tout au long du colloque. Je reprendrai donc ici les quelques remarques conclusives de Carlos Lévy (Université Paris IV – Sorbonne), avant de conclure sur une note plus personnelle, en rappelant ce que ce colloque m’a apporté pour mon travail de thèse.

Le colloque avait pour objectif de questionner le ou plutôt les usages antiques des biographies de philosophes, et après trois jours de discussions, nous pouvons donc distinguer, avec Carlos Lévy, quatre fonctions majeures de la biographie.

1° La première fonction de la biographie qui est apparue dans la plupart des interventions, c’est la définition et la distinction entre les philosophes et les non-philosophes. La biographie apparaît alors comme « marqueur de l’identité philosophique », pour reprendre les termes de Carlos Lévy. Ainsi, les biographies de Lucien de Samosate, présentées par Karin Schlapbach (Ottawa), permettent à Lucien de définir le philosophe et sa relation au discours philosophique. Elle a montré le lien entre vie philosophique et discours philosophique, et en quoi le discours philosophique peut être compris comme une nécessaire action de celui qui veut être véritablement philosophe. Cette première fonction de la biographie permet ainsi au biographe de définir ce que veut dire être philosophe, et de distinguer le « vrai » philosophe des « faux » philosophes: les sophistes, par exemple, ou les magiciens. En ce sens, la rhétorique de l’éloge, qui est très souvent à l’oeuvre dans les biographies de philosophes, comme l’a bien montré Philippe Hoffmann (EPHE) à propos des biographies néoplatoniciennes, ne doit pas faire oublier la fonction de blâme que peut revêtir la biographie. Blâmer le sophiste ou le magicien pour révéler, par contraste, le « vrai » philosophe.

Pièce à l'effigie d'Apollonius de Tyane

Pièce à l’effigie d’Apollonius de Tyane

2° La deuxième fonction de la biographie est de montrer comment le philosophe peut et doit vivre dans un monde qui n’est pas philosophique. Ainsi, le philosophe est celui qui peut conseiller l’homme au pouvoir, comme l’intervention de Stefan Schorn (KU Leuven) l’a bien montré, Apollonius  de Tyane étant présenté par Philostrate comme le conseiller du roi. Le philosophe n’est pas seulement celui qui mène une vie solitaire, isolée de la cité, mais aussi celui qui éduque les autres hommes et agit pour la communauté toute entière lorsque cela est possible. Les biographies néoplatoniciennes de Pythagore, par exemple, mettent bien en évidence la participation du philosophe au bien de la cité, par l’éducation d’une part, mais également par des actions plus concrètes: l’établissement de constitutions ou le conseil de ceux qui sont au pouvoir, par exemple.

3° Troisièmement, la biographie peut être considérée, selon les termes de Carlos Lévy,  « comme l’hypotypose de la vie philosophique ». Ce qu’il s’agit de souligner ici, c’est la capacité de la biographie à représenter  ou décrire de manière vivante et imagée la vie philosophique. Et en effet, le biographe montre à voir le personnage dont il raconte la vie. Cette description vivante de la vie du philosophe peut être réalisée dans plusieurs perspectives. Tout d’abord en mémoire d’une certaine institution, à la manière d’un registre qui permet de se rappeler des précédents philosophes d’une école. On trouve cela par exemple chez Philodème en ce qui concerne l’école épicurienne, comme l’a montré Dino de Sanctis (Pisa), ou à la fin de la Vie de Pythagore écrite par Jamblique, lorsque ce dernier liste les pythagoriciens le plus influents. Il comptera 218 hommes et 17 femmes, pour ceux que ça intéresse! Une seconde perspective peut être la mémoire d’une certaine tradition, qu’elle soit platonicienne, épicurienne, ou néoplatonicienne. Ainsi, la biographie reflète la nécessaire référence au passé et au présent des différents philosophes, qui s’inscrivent ou se détachent de manière plus ou moins polémique d’une certaine tradition et de certaines institutions. Ainsi, par exemple, comme l’a montré Irmgard Männlein-Robert (Tübingen), la Vie de Pythagore de Jamblique s’inscrit dans une polémique intra-néoplatonicienne avec Porphyre, et notamment la Vie de Plotin.

Plotin

Plotin

4° Enfin, la biographie apparaît très souvent comme un exemplum, le récit d’une vie qu’elle propose à ses lecteurs, au-delà de la simple prosopographie. Le parallèle avec l’hagiographie est alors évident. Ce que la biographie met en avant, c’est l’exemplarité de la vie qu’elle décrit. Et c’est l’image de cette vie, le modèle vivant proposé par le biographe qui devient alors plus efficace que la parole de celui-ci. C’est l’image du philosophe, c’est sa vie, que la biographie comme genre littéraire permet de représenter, qui devient efficace, dans la conversion du lecteur et son devenir philosophe. Voilà pourquoi, comme nous l’avons vu dans le cas des biographies néoplatoniciennes, la biographie peut être placée en tête d’une édition des Ennéades, comme c’est le cas de la Vie de Plotin par Porphyre, ou en tête d’une Encyclopédie pythagoricienne, comme c’est le cas de la Vie de Pythagore par Jamblique. La biographie pourrait apparaître alors comme un appel, avant tout discours philosophique, à changer son mode de vie, un appel à la conversion, en suivant l’exemple proposé comme modèle.

Voilà en quelques mots et quatre points une synthèse des interventions de ce colloque. Pour ceux qui connaissent mon sujet de thèse, vous aurez tout de suite deviné l’intérêt d’un tel colloque, et la raison de ma présence à Gargnano. La quatrième fonction évoquée plus haut est en effet pour moi le point de départ de toutes mes recherches, et correspond à ce que mes travaux récents ont tenté de démontrer: la biographie peut être considérée comme un exemplum, en tant qu’elle présente un modèle de vie à suivre ou à mettre en pratique. L’omniprésence, tout au long du colloque, de la référence à cette fonction de la biographie m’a complètement rassuré sur le point de départ de mon projet de thèse. Je vais donc maintenant pouvoir focaliser mes recherches sur l’étude de ces modèles proposés par les biographes, et déterminer quels sont ces modèles, et s’ils ont, d’une école à l’autre, et d’une religion à l’autre, un certain nombre de points communs ou divergents. Tel est l’objectif de mon projet de thèse, et j’espère y parvenir dans un laps de temps raisonnable. Mais pour le moment, je travaille encore sur la présence dans les biographies de conseils pratiques pour vivre au quotidien, par opposition, d’une part, à des conseils pour fuir le monde et échapper à tout quotidien, et par opposition, d’autre part, à des listes abstraites de vertus faisant avant tout l’éloge de celui dont on raconte la vie plutôt que de présenter au lecteur un exemple à mettre en pratique dans sa propre vie. Le premier point était l’objet de ma conférence à Budapest au mois de mars, lors du colloque Pagans and Christians in the Late Roman Empire, et le deuxième point sera l’objet de ma prochaine conférence, de nouveau à Budapest, lors du colloque Tradition and Transformation: Dissent and Consent in the Mediterranean, qui aura lieu du 30 mai au 1er juin.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "L’usage philosophique des biographies dans l’Antiquité – Compte-rendu de colloque". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 14 mai 2013. Consulté le 17 octobre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/455.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Maël Goarzin dit :

    Les actes du colloque viennent de paraître:
    M. Bonazzi, S. Schorn (eds.), Bios Philosophos. Philosophy in Ancient Greek Biography, Brepols, 2016.
    http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503565460-1

  2. François-Ronan Dubois dit :

    Merci beaucoup pour ces précisions.

    Je travaille pour ma part, entre autres choses, sur les stratégies d’attribution des textes littéraires en France du milieu du dix-septième siècle au milieu du dix-huitième siècle, au sein des études littéraires, donc. C’est un peu, disons, pointu, mais cela recouvre des problèmes généralement assez familiers, comme celui de l’émergence de la propriété morale de l’oeuvre littéraire (et la mise en place de son encadrement juridique) et, selon une doxa tenace mais qui prend l’eau de tous les côtés, celui de la naissance, à l’âge classique, du concept d’auteur.

    Toutes les analyses autour de la conceptualisation de l’auteur et de sa fonction dans la régulation discursive font un passage obligé par la position foucaldienne et notamment par l’idée que l’auteur émergerait à l’âge classique, même si l’on ne sait pas trop ce que l’émergence de l’auteur ou l’âge classique peuvent bien vouloir dire. Le point est pourtant essentiel à cause de l’organisation historique des systèmes de connaissances chez Foucault ; en d’autres termes, si l’auteur existait avant le XVIIe siècle, une bonne partie du cadre foucaldien tombe par terre.

    Du coup, la question de savoir si oui ou non il y avait des auteurs dans les périodes antérieures, et par exemple antiques, et si ces auteurs étaient considérés et utilisés, dans la présentation des discours, comme des auteurs, est centrale. D’où l’intérêt pour les biographies. À mon humble avis, je crois que cette question a été bien résolue par un ensemble de publications, ces dix dernières années — des ouvrages collectifs surtout.

    Les deux principaux en sont, à mon sens : 1) celui dirigé par Roger Chartier et Pierre Calame, vers 2002 si mes souvenirs sont bons, sous le titre « Identités d’auteur dans l’Antiquité et la tradition européenne », qui essaye d’établir un parallèle entre différents phénomènes antiques, dont la signature sphragique, et des phénomènes de l’époque moderne, ce qui fait de l’ensemble une petite machine de guerre anti-foucaldienne (j’ignore si c’était voulu ou non) et 2) celui, très récent, dirigé par Stéphane Rolet, Béatrice Didier et Jacques Neefs, sous le titre « Composer, rassembler, penser les oeuvres complètes » et dont les premières contributions montrent bien qu’il y a une logique auteur-oeuvre dès l’époque antique.

    (Il y a aussi une critique assez redoutable, mais entièrement théorique, dans Sean Burke, « The Death and Return of the Author: Criticism and Subjectivity in Barthes, Foucault and Derrida », qui date de je-ne-sais-plus-quand.)

    La biographie est l’une des multiples expressions de cette présence pré-classique de l’auteur en tant qu’outil discursif. Le phénomène que vous évoquiez des vies placées en tête des oeuvres complètes, encyclopédies ou collections de textes est extrêmement typique de cette relation étroite entre un grand nom, une grande oeuvre et un mouvement de pensée, et on le retrouve aussi bien à la Renaissance et à l’âge classique.

    D’ailleurs, je crois qu’une partie des fonctions de la biographie que vous identifiez à l’issue de ce colloque recouvre celles qui sont données aux vies à partir de la Renaissance et qui ont été bien analysées dans l’ouvrage (je vous préviens, volumineux) de Patricia Eichel-Lojkine, qui est en fait sa thèse remaniée : « Le siècle des Grands Hommes. Les recueils de Vies d’Hommes Illustres avec portraits du XVIe siècle » (ça doit dater de la toute-fin des années 1990).

    Bref, il y a là un ensemble de phénomènes dont la permanence historique me parait de jour en jour plus remarquable, à mesure que je lis des spécialistes d’autres siècles que les miens, que ce soit en philosophie ou en littérature. En tout cas, votre perspective éthico-pratique me parait extrêmement précieuse.

  3. Maël Goarzin dit :

    Merci pour cette référence que je connaissais pas encore. Il est certain que le biographique doit être replacé dans son rapport au discours philosophique, et que la biographie est rarement une « simple » biographie. De manière plus générale, je pense que l’analyse littéraire du discours est très utile en philosophie et ne devrait pas être oubliée. Si l’apport de l’historiographie dans la recherche en philosophie est primordiale, l’apport des études littéraires l’est tout autant.

    Je ne connais que très peu les biographies postérieures à l’Antiquité et au Moyen-Age, mais qu’est-ce qui vous a plus particulièrement intéressé dans la biographie antique?

    En ce qui concerne les Actes du colloque Diatribai, qui a lieu en mai, tous les deux ans, depuis 2004, ils sont généralement publiés, oui. Mais quand, je ne sais pas! Pour être tenu informé de la publication, je vous renvoie sur la page du colloque: http://poincare.univ-nancy2.fr/Presentation/?contentId=5749

  4. François-Ronan Dubois dit :

    Merci pour cet intéressant compte-rendu, dont je ne puis que constater qu’il concorde en partie avec les propositions et conclusions récemment (re)développées par les auteurs de l’ouvrage collectif « La vie à l’oeuvre : le biographique dans le discours philosophique », publié sous la direction de Frédéric Cossutta, Pascale Delormas et Dominique Maingueneau, chez Lambert Lucas (collection Philosophie et Linguistique, à moins que ce ne soit Linguistique et Philosophie).

    Les questions de la biographique antique et de la signature sphragique se situent, si je puis dire, à l’archéologie de mon propre travail de recherche et je me réjouis de constater qu’elles suscitent, depuis quelques années, les fertiles réflexions des philosophes. Il y a là, indubitablement, un champ de recherche d’un grand intérêt tant pour les modernistes que les antiquisants.

    Savez-vous si ce colloque de Gargnano donnera ou non naissance à des actes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *