Travail, bébé et thèse font-ils bon ménage?

Pour rebondir sur les articles récents du blog What-sup, j’aimerais revenir dans ce billet sur les conditions de travail des doctorants qui n’ont pas la possibilité de se consacrer à la thèse à 100% (et donc encore moins à 150%). Partant des réflexions de Sophie Leclère, rédactrice de ce blog consacré au doctorat, j’aimerais apporter mon témoignage dans deux domaines en particulier : faire sa thèse et un bébé d’une part, faire une thèse en travaillant d’autre part. Et puis bien sûr, faire une thèse et un bébé en travaillant, ce qui est mon cas actuellement. Comment s’en sortir ? Est-ce seulement possible, ou bien faut-il tout arrêter ? L’objectif de ce billet n’est pas de donner une quelconque recette pour réussir, mais offrir un témoignage mettant en évidence les difficultés et, parfois, les avantages que ces deux situations familiales et professionnelles apportent.

Faire une thèse et un bébé

Papa d’un enfant, bientôt deux 🙂 j’ai beaucoup apprécié lire un billet qui donnait non seulement la parole aux mamans, mais aussi aux papas doctorants. Totalement engagé dans la préparation à la naissance puis dans l’éducation de mon enfant, j’ai considérablement réduit mon temps libre, consacré quasi exclusivement à la vie de famille, et mes conditions de travail ont été bouleversées, en particulier en raison de la fatigue accumulée de jour en jour (et de nuit en nuit).

La première grossesse fut plutôt tranquille, malgré une implication accrue à la maison et auprès de ma femme, les préparatifs autour de la naissance, et la mini-crise existentielle que la perspective de devenir papa implique. J’étais très occupé à la maison, mais comme je faisais 3 jours par semaine de télétravail, ce n’était pas trop pesant. J’ai même profité de cette période pour terminer tranquillement l’analyse détaillée de l’ensemble de mon corpus de textes et planifier la rédaction de la thèse. C’était une période très productive, qui m’a permis de travailler efficacement en prévision des mois à venir, pendant lesquels je n’étais pas du tout sûr d’être aussi concentré et efficace. La date du terme était devenue pour moi une deadline à tenir absolument, et ma thèse a fait un énorme bond en avant à ce moment-là.

La suite, c’est une autre histoire ! Lancé à grande vitesse vers la fin de la thèse, travaillant à un rythme soutenu tout en découvrant et m’impliquant autant que possible dans mon rôle de père, j’ai pu combiner sans trop de dommages une thèse et un bébé pendant six mois. De nouveau, le télétravail et la souplesse de l’enseignante dont j’étais l’assistant à l’Université m’ont permis d’être très présent à la maison tout en travaillant de manière efficace sur la thèse et auprès des étudiants. Pour moi, les premiers mois de bébé n’ont pas été les plus prenants, puisque mon fils dormait encore beaucoup, la journée notamment, ce qui m’a permis de faire de bonnes journées de travail, même si le rythme est plus haché. La nuit, c’est autre chose, elles sont devenues plus courtes et surtout, le manque de sommeil a commencé à se faire sentir. Petit à petit, j’ai puisé dans mes réserves d’énergie, et au bout de six mois, je suis tombé malade. J’ai alors dû ralentir le rythme, ne travaillant plus qu’à 50% pendant six longs mois, non par manque de volonté, mais par épuisement : grosse fatigue et maux de tête récurrents (ce n’était pas la mononucléose, mais les symptômes étaient similaires) ont eu raison de mon enthousiasme pour la fin de la thèse. A posteriori, j’ai le sentiment de m’être brûlé les ailes les premiers mois. J’ai donc très rapidement changé de rythme, et compris qu’il valait mieux préserver sa santé quitte à réduire le nombre d’heures quotidiennes de travail.

Un point positif, cette fois, que j’aimerais mettre en évidence, c’est le double changement de perspective que l’arrivée d’un bébé suscite. Premièrement, je suis devenu beaucoup plus efficace dans les moments de travail que j’avais et surtout j’ai réservé pour la thèse les moments de la journée où je sais que je suis en pleine forme, avec les idées claires et la motivation à son summum. Et puis il y a une activité que j’ai dû mettre de côté, par manque de temps : la procrastination, que je regrette pourtant, car elle permet d’ouvrir ses horizons et faire de belles découvertes, s’investir dans des projets enthousiasmants, même si chronophages, etc. Et puis, la parentalité prenant une place toujours plus grande dans mon existence, la thèse a perdu peu à peu de son importance. Avoir un bébé permet de relativiser, de remettre le doctorat dans son contexte plus global, et de séparer davantage la vie professionnelle de sa vie privée. Alors que la thèse et les questionnements parfois existentiels que ce projet au long cours fait jaillir prenaient auparavant une place prépondérante dans mon existence, matin, midi et soir, l’arrivée d’un bébé m’a permis de remettre chaque chose à sa place, ce qui est plutôt positif pour l’équilibre mental !

Il y a donc des avantages à avoir un bébé pendant la thèse, même si, on est bien d’accord, le temps manque cruellement, et la fatigue devient un état habituel avec laquelle on doit apprendre à cohabiter. L’un des inconvénients, mentionnés par plusieurs parents doctorants sur Twitter, c’est la difficulté de rédiger quand on a un bébé. Effectivement, la rédaction demande d’avoir les idées claires, ce qui n’est pas toujours le cas selon la durée et la qualité de la nuit précédente. Deuxièmement, si l’on travaille à la maison, il est difficile de travailler de manière continue pendant de longues heures sans être dérangé pour une raison ou une autre. Or, de mon point de vue, l’écriture exige une grande concentration et d’avoir un certain temps devant soi pour pouvoir s’y plonger et trouver un certain rythme, quoique celui-ci soit propre à chacun.

Personnellement, j’en suis à ce stade, celui de l’écriture, et l’arrivée, tout soudain, d’un deuxième enfant, m’a convaincu de mettre l’écriture entre parenthèses pendant quelques mois. La deuxième grossesse a demandé de ma part un investissement encore plus grand à la maison, et contrairement à la première grossesse, cette période ne m’a pas permis d’avancer davantage dans le travail de thèse. J’ai la chance de pouvoir me permettre cette pause, en sachant que je n’ai pas de financement extérieur qui me pousse à continuer la thèse coûte que coûte, et que mes co-directeurs de thèse à l’UNIL et à l’EPHE ne me poussent pas à terminer dans un délai impossible à tenir sans négliger mon investissement parental.

Faire une thèse en travaillant

Concilier un emploi et une thèse est une difficulté supplémentaire que j’aimerais aborder pour clore ce billet. A la fin de mon contrat d’assistant, qui m’a permis de travailler sur ma thèse à 50% pendant quelques années, j’ai commencé à travailler comme bibliothécaire scientifique à la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne. Je suis responsable des collections de philosophie et de psychologie, ce qui me permet de rester en contact avec le milieu universitaire et de rester informé des dernières publications dans mon domaine de recherche. Travaillant à 80%, j’ai consacré une journée par semaine à l’avancée de ma thèse pendant quelques mois, avant de consacrer ces heures à ma famille avec l’arrivée du deuxième enfant en vue. Mon expérience de la combinaison thèse et emploi n’est donc pas très longue, mais j’ai pu expérimenter en quelques mois les principaux avantages et difficultés de cette situation. Comme pour la parentalité, il y a des points positifs, comme celui d’être efficace dans le peu d’heures hebdomadaires que l’on peut consacrer à sa thèse. L’autre avantage est de se poser la question des raisons qui nous poussent à faire une thèse : en effet, si je ne suis pas payé à faire une thèse, si je m’autofinance en travaillant à côté, quel que soit ce travail, il doit y a voir une bonne raison pour laquelle je poursuis mes recherches. De mon côté, la fin de mon contrat d’assistant et mon nouvel emploi m’ont permis de me rappeler à quel point la lecture des Anciens me passionne et à quel point le partage de mes recherches en philosophie antique m’intéresse.

Mais les avantages sont tout de même moins nombreux que les difficultés que cette situation professionnelle engendre. Fatigué par une journée de travail, il est difficile, si ce n’est impossible, de se mettre à écrire sa thèse en fin de journée. Certains se lèvent plus tôt le matin et sacrifient une partie de leur sommeil pour travailler sur leur thèse à un moment de la journée où ils ont encore toute leur énergie. Mais est-ce possible si la nuit est déjà écourtée par les pleurs de bébé ? Personnellement, je n’y suis pas arrivé, et je félicite très humblement celles et ceux qui y parviennent ! Ma solution était de consacrer une journée en semaine à la thèse, ainsi qu’un samedi de temps en temps.

Voilà pour conclure mon témoignage sur la thèse, les enfants, et le travail : tout est possible à qui le veut vraiment, même si cela reste difficile. Personnellement, j’ai réussi petit à petit à trouver un bon équilibre entre le travail, la maison et la thèse… jusqu’à ce qu’un deuxième enfant pointe le bout de son nez ! J’ai fait le choix de faire une pause, mais certains font le choix de continuer, vaille que vaille. Je dirais que le choix importe peu, tant qu’il est fait de manière consciente et réfléchie, en tenant compte des risques et des avantages que chaque situation implique. Mais pour cela, il est important d’en parler, de cesser de faire de la parentalité un sujet tabou dans le monde universitaire, et de savoir demander les conseils nécessaires pour vivre au mieux ces différents choix possibles.


Pour aller plus loin

Faire sa thèse… et un bébé, par Sophie Leclère
Faire une thèse et avoir des enfants: est-ce compatible?, par Emilie Doré
Concilier doctorat et maternité, par


Crédits photographiques: Grossesse, par Sophie Lenaerts / Cédric Simon, Licence CC BY-NC-SA; Hawkeye son, par Jon Dejong, Licence CC BY; Baby’s hand, par fruity monkey, Licence CC BY; Bibliothèque universitaire, par M. Sardi, Licence CC BY-NC-SA.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Travail, bébé et thèse font-ils bon ménage?". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 6 février 2019. Consulté le 18 juillet 2019. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/4757.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jules dit :

    Bonjour Monsieur,

    Vous êtes très lucide sur cette situation. Je suis moi-même passé par des épreuves avec mes enfants et ma famille lors de la formation à la HEP où mes formateurs m’ont clairement dit d’aller voir ailleurs si je n’étais pas capable de concilier les deux. Au final, cela m’a coûté un échec (les formateurs ont décidé de me mettre en échec pour “mon bien”) puis un second stage en remédiation à l’issu duquel je n’ai jamais trouvé d’emploi en philosophie. Bilan : 2 années d’effort mais heureusement, deux années où je n’ai pas mis ma famille entre parenthèses, car cela n’aurait rien changé au final. En vous lisant, il est évident que vos choix sont lucides. Se consacrer à sa thèse ou quelque autre formation pendant des mois dans l’espoir d’avoir une “vie meilleure” est assez déraisonnable.

    Amicales salutations à vous et votre belle famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.