Critique et idéal du chef politique, de Philon d’Alexandrie à la Vème République

Moïse par Michel-Ange

Moïse par Michel-Ange

Lors d’une lecture récente de la Vie de Moïse écrite par Philon d’Alexandrie au Ier siècle de notre ère, j’ai été frappé par la distance et la ressemblance entre le chef tel qu’il est décrit par Philon et tel qu’il nous apparaît à l’heure actuelle, en lien notamment avec les scandales politico-financiers ayant éclatés en France ces derniers mois (je pense par exemple à l’affaire Cahuzac, mais la liste de ces scandales sous la Vème République est longue). Dans ce billet, j’aimerais proposer, comme j’aime le faire, quelques réflexions (in)actuelles, en revenant d’une part sur la distance entre l’attitude vertueuse de Moïse, chef du peuple hébreu, et, par exemple, l’attitude ostentatoire voire « bling-bling » de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, ou le mode de vie controversé de la « gauche caviar ». D’autre part, j’aimerais revenir sur les étonnants échos de la critique philonienne que l’on trouve dans la critique actuelle des hommes politiques impliqués dans les scandales politico-financiers ou étalant simplement de manière trop visible leurs richesses.

Avant de vous citer le passage qui m’a le plus intrigué, quelques mots pour vous présenter le contexte dans lequel cette description du chef idéal et cette critique du « mauvais » chef apparaissent. Dans la Vie de Moïse, Philon propose en effet au lecteur un modèle de l’homme parfait, et plus particulièrement du chef idéal. Il s’agit, nous dit-il dans les premières lignes de la biographie, de « raconter la vie des hommes vertueux, pour qu’aucun bien de jadis ou de naguère ne fût livré au silence ni ne disparût, alors qu’il pouvait briller de tout son éclat[1]« . L’intention de Philon, en racontant la vie de Moïse, prophète de l’Ancien Testament, chef et libérateur du peuple hébreu au moment de sa fuite hors d’Egypte, est de présenter au lecteur un modèle de vertu (les lecteurs fidèles reconnaîtront le rapport étroit entre mon travail de thèse et cette lecture de la Vie de Moïse). Ce modèle, c’est plus précisément celui du roi, qui possède les attributs ou qualités de chef, de législateur, de prêtre et de prophète. C’est sur la première qualité du roi que je vais m’arrêter, pour des raisons évidentes, le chef d’état des démocraties contemporaines n’étant, normalement, ni législateur (séparation des pouvoirs oblige), ni prêtre (séparation de l’Eglise et de l’Etat oblige), ni prophète (du moins de la manière dont l’entend Philon, c’est-à-dire comme celui qui rend des oracles sur ce que la raison ne peut atteindre par elle-même).

Comment est décrit le chef idéal? Quelle image ou quel modèle du chef nous permet d’entrevoir la figure de Moïse? Pour une réponse complète à cette question, je vous invite à venir m’écouter le 21 juin à Lausanne, lors du colloque Figures, ethos et postures de l’auteur au fil des siècles. Mais pour ceux qui ne pourraient pas venir, voilà, en exclusivité, la description philonienne du chef idéal:

« Ayant pris le pouvoir, (Moïse) ne s’efforça pas, à la différence de ce que font certains, d’accroître sa maison ou de pousser ses fils – il en avait deux – vers les grandeurs de la puissance, et cela, en les proclamant maintenant ses associés et, plus tard, ses successeurs; abordant toute chose, grande ou petite, d’un coeur loyal et pur, il dominait l’affection naturelle qu’on a pour ses enfants, tel un juge intègre, parce qu’il était incorruptible dans ses appréciations. Un seul but se proposait à lui, le plus nécessaire: servir les hommes dont il était le chef, tout faire en vue de leur être utile, par l’action et par la parole, sans laisser passer en aucune occasion ce qui pouvait conduire la communauté à bien agir. » (Philon d’Alexandrie, De Vita Mosis, I, §150-151)

Nicolas et Jean Sarkozy

Nicolas et Jean Sarkozy

Je m’arrête ici une première fois, en faisant remarquer l’actualité des critiques de Philon d’Alexandrie à l’égard « de ce que font certains », poussant leurs enfants dans une carrière politique, ou privilégiant, d’une manière ou d’une autre, les intérêts personnels aux intérêts publics. Je pense bien sûr ici au fils de Nicolas Sarkozy, qui fut, pendant quelques temps, plus jeune conseiller général de France, et dont l’élection à la présidence de l’Établissement public pour l’aménagement de la région de la Défense (EPAD) fut plus que critiquée. Je ne donne ici qu’un exemple, mais vous comprenez l’actualité de la critique de Philon d’Alexandrie, qui oppose à cette attitude l’exemple de Moïse, qui fait passer le bien de la communauté avant tout autre intérêt personnel. L’intégrité du chef est mise en évidence, ainsi que son dévouement pour le peuple qu’il dirige. Mais poursuivons la lecture de cette description des actions politiques de Moïse, tout aussi éclairante en ce qui concerne les récents scandales politico-financiers qui ont touché le gouvernement français:

« Moïse est le seul de tous ceux qui ont jamais gouverné, qui n’ait amassé ni or ni argent, qui n’ait pas levé d’impôts, qui n’ait possédé ni maisons ni domaines, ni troupeaux ni personnel domestique, ni revenus, ni rien de ce qui fait la magnificence et le luxe superflu; et pourtant, il pouvait tout avoir en abondance. » (Philon d’Alexandrie, De Vita Mosis, I, §152)

Il est évident que le chef de l’état, ou l’homme politique de manière générale, a droit à un revenu, et je ne rentrerai pas dans la question des impôts, qui ne servent pas, normalement, l’intérêt du gouvernement, mais on voit ici l’esprit dans lequel Moïse accepte ce rôle de chef du peuple hébreu. Il ne s’agit pas d’amasser des biens matériels en profitant de sa place de chef, mais de servir son peuple. Les trop nombreux scandales politico-financiers nous rappellent, par contraste, à quel point cela n’est pas toujours évident pour tous les hommes politiques. Le dernier passage sur lequel j’aimerais revenir pour clore ce billet rappelle parfaitement cette attitude idéale du chef d’état, qui contraste une fois encore avec l’image donnée par l’ancien chef d’état français, Nicolas Sarkozy:

« Aussi, dans son vêtement, dans sa manière de vivre, ne cherchait-il pas l’effet spectaculaire, pour se donner un éclat plus fastueux; en ce domaine, il s’exerçait à la simplicité et à la frugalité d’un homme ordinaire; en revanche, il cherchait une magnificence vraiment royale, là où il était bien qu’un chef se distinguât, c’est-à-dire dans les cas où il faut de la maîtrise de soi, de la fermeté, de la modération, de la vivacité d’esprit, de l’intelligence, des connaissances, des efforts pénibles, des souffrances endurées, du mépris pour les plaisirs, de la justice, un élan vers l’idéal le plus élevé… » (Philon d’Alexandrie, De Vita Mosis, I, §153-154)

On voit bien ici à quel point, pour Philon d’Alexandrie, la manière de vivre du chef est lié à sa légitimité en tant que chef et donc à son autorité. Et il semble que l »importance de la manière de vivre de l’homme politique, du chef, est aujourd’hui encore lié à la légitimité et la crédibilité de son action politique, du moins pour l’opinion publique. De la même manière que le philosophe de l’antiquité devait vivre en accord avec ses principes s’il voulait être pris au sérieux par ses éventuels disciples, de même, ne sera pas légitime ni pris au sérieux l’homme politique qui, dans sa manière de vivre, s’éloigne de cette idée selon laquelle l’autorité est fondée sur la valeur morale.

cahuzac

Jérôme Cahuzac, ou de l’importance de vivre en accord avec ses principes.

A la fin de ce billet, ma question est donc la suivante: on a vu que l’idéal du chef tel qu’il est décrit chez Philon ne correspond pas vraiment à l’image que les hommes politiques actuels nous renvoient. Mais ce que ces extraits montrent également, outre cette distance entre le modèle philonien du chef et les hommes politiques actuels, c’est la pertinence et surtout l’actualité de la critique philonienne des « mauvais » chefs, qui entrent étrangement en résonance avec la critique actuelle des hommes politiques de la Vème République impliqués dans certains scandales politico-financiers ou exhibant leur richesse de manière ouverte. Comment expliquer ce fait? Comment comprendre que la critique, en deux mille ans, n’ait pas changé? Comment comprendre cette actualité de la critique philonienne? Peut-on déduire de la similarité de cette critique la présence, à deux millénaires d’intervalle, d’un même idéal du chef auquel l’homme politique est appelé? Et dans ce cas, le modèle présenté par Philon d’Alexandrie à travers la biographie de Moïse est-il similaire au chef modèle tel que nous l’envisageons aujourd’hui?

Le débat est ouvert…


[1] Philon d’Alexandrie, De Vita Mosis, introduction, traduction et notes par R. Arnaldez, C. Mondésert, J. Pouilloux et P. Savinel, Editions du Cerf, 1967, livre I, §1, p. 27.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Critique et idéal du chef politique, de Philon d’Alexandrie à la Vème République". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 18 mai 2013. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: http://biospraktikos.hypotheses.org/481.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maël Goarzin dit :

    Je signale ici que cet article, légèrement modifié, a été publié le 8 novembre 2013 sur le site de l’application iPhilo, dont voici le lien: http://iphilo.fr/2013/11/08/critique-et-ideal-du-chef-politique-de-philon-dalexandrie-a-la-veme-republique/
    L’article a suscité d’intéressants commentaires, qui m’ont permis de préciser ma pensée, et je vous invite donc à aller les lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *