Séminaire – Philosophes et législateurs: les références aux législateurs dans le néoplatonisme de l’Antiquité tardive

Au printemps passé, j’ai eu l’occasion de participer au séminaire organisé par Catherine Psilakis, Figure(s) du législateur : la parole de l’expert dans la rhétorique antique, qui avait lieu de janvier 2018 à janvier 2019 au Centre Jean Pépin, à Paris.  Ce séminaire avait  pour objectif « d’étudier les traditions, jusque-là inexplorées, qui s’élaborent autour des législateurs grecs et romains célèbres et d’analyser les différents processus de légitimation du discours auxquels ils participent autant que la réflexion suscitée chez les auteurs qui les citent dans des contextes très différents ». Dans ce cadre, j’ai saisi l’opportunité de présenter la place et le rôle des législateurs grecs dans le néoplatonisme. Vous trouverez ci-dessous le résumé de cette intervention, qui fera l’objet d’un article au printemps 2020.

Lycurgue, législateur mythique de Sparte

Les références aux législateurs grecs dans le corpus néoplatonicien ne sont pas rares. Elles sont liées notamment à la dimension politique du mode de vie néoplatonicien. En effet, les études récentes sur la dimension politique du néoplatonisme ont montré l’importance et la récurrence de l’engagement politique des philosophes néoplatoniciens[1]. Mon travail de thèse, qui prend comme objet d’études les occupations quotidiennes (epitêdeumata) des philosophes néoplatoniciens telles qu’elles apparaissent dans les vies de philosophes écrites dans l’Antiquité tardive, permet également de confirmer cet intérêt du néoplatonisme pour les activités politiques, intérêt plus ou moins appuyé selon les philosophes. Et parmi ces activités politiques, on trouve celle de législateur. Alors, qu’en est-il de l’activité législative dans le néoplatonisme ? L’étude des références néoplatoniciennes à la figure du législateur en général (nomothetês) et aux figures de législateurs en particulier (que ce soit Minos, Solon, Lycurgue ou encore Pythagore, Zaleukos, Charondas, mais aussi Socrate et Platon) permet d’élaborer un début de réponse à cette question[2].

Dans le contexte philosophique, plus précisément platonicien, des textes étudiés ici (voir bibliographie ci-dessous), le législateur n’est pas seulement celui qui met en place, sauvegarde ou modifie les lois de la cité, mais également celui qui donne aux citoyens les lois morales (ou règles de conduite) nécessaires à la vie juste. D’un point de vue (néo)platonicien, les deux objectifs vont même de pair, puisque l’objectif du législateur doit être le salut de la cité et de ses citoyens, salut qui passe par l’élaboration de lois favorisant l’apprentissage et la pratique de la vertu. Ainsi, le philosophe, qu’il soit engagé concrètement ou non dans les affaires politiques de la cité, peut être considéré comme législateur, et comparé, en ce sens, à certains législateurs du passé, dès lors que le philosophe enseigne à ses disciples les règles de conduite utiles au soin de l’âme et à son salut. C’est pourquoi le parallélisme entre philosophe et législateur se retrouve dans les dialogues platoniciens et leurs commentaires néoplatoniciens. Pythagore, par exemple, mais aussi Platon, sont considérés par les néoplatoniciens comme de véritables législateurs, dont l’activité politique est étroitement liée à leur pratique et à leur savoir philosophiques[3].

Parmi les figures du législateur présentes dans le corpus de textes néoplatoniciens, on trouve par exemple la figure de Minos, en continuité avec ce qu’en dit Platon dans le dialogue qui lui est consacré. Plotin reprendra en effet cette figure de Minos dans un passage des Ennéades[4], ainsi que Jamblique dans sa Vie de Pythagore[5], mais aussi Proclus, dans ses commentaires sur les dialogues de Platon[6]. La figure de Minos est un exemple de la présence des législateurs dans le discours néoplatonicien, et mon étude s’étend à l’ensemble des figures de législateurs tels qu’ils apparaissent dans le néoplatonisme plotinien et post plotinien.

Minos, roi légendaire de Crète

De manière générale, les références aux législateurs du passé apparaissent dans la description des activités politiques (et la pratique des vertus politiques) du philosophe néoplatonicien, et parmi ces activités, on trouve effectivement celle de législateur. Pour les néoplatoniciens, le législateur est celui qui, par la contemplation de l’Intellect et des lois de l’Intellect, ou par son lien étroit avec les dieux, écrit les lois terrestres de sa cité comme images du divin contemplé. Prenant soin de l’âme des citoyens et oeuvrant conjointement à la sauvegarde de la cité, le législateur modèle possède les qualités du philosophe, et le législateur par excellence est le philosophe.

Trois éléments caractéristiques se détachent de la définition platonicienne de l’activité législative et de l’usage néoplatonicien des figures de législateurs, et structurent mon étude :

  • L’origine divine des lois et le lien étroit du législateur lui-même avec le divin
  • Le souci de l’âme et l’éducation de l’âme comme finalité du législateur
  • Le parallélisme entre le législateur et le philosophe

Ce sont ces trois éléments, communs à l’ensemble des figures de législateurs convoquées par les néoplatoniciens, qui sont le fil conducteur de cette étude, tant concernant l’usage platonicien des figures de législateurs que concernant les références néoplatoniciennes au législateur et à ses figures idéales.


Bibliographie :

Textes sources

– Jamblique, Protreptique, texte établi et trad. par E. des Places, Paris, Les Belles Lettres, 1989.

– Jamblique, Vie de Pythagore, trad. Luc Brisson et Alain Ph. Segonds, Paris, Les Belles Lettres, 2011.
(Iamblichi, De vita pythagorica liber, edidit Ludovicus Deubner (1937) ; editionem addendis et corrigendis adiunctis curavit Udalricus Klein, Stutgardiae, 1975)

– Olympiodore, « Une Vie de Platon du VIe siècle (Olympiodore) Traductions et notes », trad. N. d’Andrès et al., Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie 57, 2010. URL : https://digitalcommons.trinity.edu/phil_faculty/4

– Olympiodore, Commentary on Plato’s Gorgias, trad. R. Jackson, K. Lycos et H. Tarrant, Leiden, Brill, 1998.
(L.G. Westerink, Olympiodori in Platonis Gorgiam commentaria, Leipzig, Teubner, 1970)

– Platon, Œuvres complètes, sous la direction de L. Brisson, Paris, Flammarion, 2001.
(J. Burnet, Platonis opera, Oxford, Clarendon Press, 1967)

– Plotin, Traités, 9 vol., trad. sous la dir. de Luc Brisson et Jean-François Pradeau, Paris, GF Flammarion, 2002-2010.
(P. Henry et H.-R. Schwyzer, Plotini opera, t. I-III, Oxford, Clarendon Press, 1964-1982)

– Porphyre, De Abstinentia, texte établi et trad. J. Bouffartigue, Paris, Les Belles Lettres, 1977.

– Proclus, Commentaire sur la République, 3 vols., trad. et notes par A. J. Festugière, Paris, Vrin, 1970.
(W. Kroll, Procli Diadochi in Platonis rem publicam commentarii, 2 vols., Leipzig, Teubner, 1899-1901)

– Proclus, Commentaire sur le Parménide, texte établi et trad. C. Luna et A.-Ph. Segonds, Paris, Les Belles Lettres, 2007.

– Proclus, Théologie platonicienne, texte établi et traduit par H. D. Saffrey et L. G. Westerink, Paris, Les Belles Lettres, 1987.

– Proclus, On Plato Cratylus, trad. B. Duvick, Londres, Bloomsbury, 2014.
(G. Pasquali, Procli Diadochi in Platonis Cratylum commentaria, Leipzig, Teubner, 1908)

– Proclus, Commentaire sur le Timée, trad. A. J. Festugière, Paris, Vrin/CNRS, 1966-1968.
(E. Diehl, Procli Diadochi in Platonis Timaeum commentaria, 3 vols., Leipzig, Teubner, 1903-1906)

Littérature secondaire

– O’Meara D. J., « Vie politique et divinisation dans la philosophie néoplatonicienne », dans Goulet-Cazé, M., Goulven Madec, et Denis O’Brien (ed.), Sophiēs maiētores : ”chercheurs de sagesse”. Hommage à Jean Pépin, Paris, Institut d’Etudes Augustiniennes, 1992, p. 501-510.

– O’Meara, D. J., Platonopolis : Platonic Political Philosophy in Late Antiquity, Oxford, Clarendon, 2003 (en particulier chapitres 7 et 8).

– O’Meara, D. J., Cosmology and politics in Plato’s later works, Cambridge, Cambridge University Press, 2017 (en particulier chapitres 6 et 7).


[1] D. O’Meara, Platonopolis : Platonic Political Philosophy in Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; A. Schniewind, « The social concern of the Plotinian sage », in The philosopher and society in late Antiquity : essays in honor of Peter Brown, A. Smith (ed.), Swansea, Classical Press of Wales, 2005, p. 51-64 ; D. O’Meara, « Political theory », in Slaveva-Griffin S. et Remes P. (eds), The Routledge Handbook of Neoplatonism, Londres et New-York, 2014, p. 471-483.

[2] A noter qu’une grande partie du travail sur la place et le rôle du législateur chez Platon et dans le néoplatonisme a déjà été réalisée par Dominic O’Meara, et ce sont ses travaux que je prends comme point de départ de mon analyse, en particulier D. O’Meara, Platonopolis : Platonic Political Philosophy in Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2005 (en particulier chapitres 7 et 8) ; D. O’Meara, Cosmology and politics in Plato’s later works, Cambridge, Cambridge University Press, 2017 (en particulier chapitres 6 et 7).

[3] Platon, descendant de Solon, est considéré par les néoplatoniciens comme législateur, non seulement parce qu’il a donné dans ses dialogues les règles de conduite nécessaires à la vie juste, mais aussi en tant que rédacteur de la République et des Lois.

[4] Plotin, Ennéades VI 9 [9], 7, 16-28.

[5] Jamblique, Vie de Pythagore, 27.

[6] Proclus, Commentaire sur le Cratyle, 118 ; Commentaire sur la République, 1, 156 et 2, 141.


Crédits photo: “Lycurgue” by sn6200, Licence CC BY 2.0 ; Monumento a Dante Alighieri, by Jaqen, Licence CC BY-SA.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Séminaire – Philosophes et législateurs: les références aux législateurs dans le néoplatonisme de l’Antiquité tardive". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 12 juin 2019. Consulté le 17 septembre 2019. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/4831.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.