Le scepticisme de Sextus Empiricus

Dans ce nouveau billet, j’aimerais présenter un courant philosophique que je n’ai pas eu l’occasion de présenter sur ce carnet jusqu’à présent: le scepticisme. Après avoir exploré la philosophie d’Epicure et ses résonances contemporaines, chez Marcel Conche et Ivan Illich notamment, place à Sextus Empiricus, dont le scepticisme conduit également à une certaine manière de vivre, loin de tout dogmatisme.

Le scepticisme antique

Selon Victor Brochard, on peut distinguer trois périodes dans le scepticisme antique[1] :

  • le scepticisme pratique (Pyrrhon et Timon) : c’est le premier scepticisme, caractérisé par un dédain de la dialectique et le refus d’entrer en débat avec les différentes philosophies ou opinions existantes. Le but est principalement pratique, c’est-à-dire suspendre son jugement sur toute chose comme moyen de vivre heureux. Face aux contradictions que l’on observe entre les différents courants de pensée, mais également au niveau des apparences, de ce que les sens semblent nous apprendre, Pyrrhon suspend son jugement. Et en renonçant au discours philosophique, le sceptique atteint la paix intérieure, la tranquillité de l’âme.
  • le scepticisme dialectique (Enésidème, Agrippa): le but est de combattre les dogmatismes, en montrant dialectiquement l’impuissance de la raison. La méthode sceptique consiste à montrer la contradiction. Tandis que Pyrrhon était indifférent, le sceptique dialectique combat les dogmatismes, donc toutes les philosophies qui affirment quoi que ce soit avec certitude.
  • le scepticisme empirique (Sextus Empiricus) : ce dernier type de sceptique continue d’utiliser la dialectique pour montrer l’impuissance de la raison, mais prend conscience des limites de la dialectique elle-même. L’expérience et l’observation des phénomènes, des apparences, doit prendre la place de la science, qui est illusoire. Sextus Empiricus, que nous allons maintenant étudier plus précisément, fait partie de cette catégorie de sceptiques.

Sextus Empiricus (vers 160 – vers 210)

On ne sait pas grand-chose de sa vie, si ce n’est qu’il était Grec et médecin. Il appartenait à l’école empirique de médecine, qui est une des trois branches de la médecine antique (courant rationaliste ou dogmatique, courant méthodique et courant empirique). Principale source pour la connaissance du scepticisme antique, trois ouvrages nous sont parvenus :

  • Les Esquisses Pyrrhoniennes : il défend ici le scepticisme, de Pyrrhon à lui-même, puis réfute les dogmatiques en suivant la division traditionnelle de la philosophie en trois parties (logique, physique, éthique). Il présente dans cet ouvrage les doctrines de ses prédécesseurs et de ses adversaires le plus fidèlement possible. Il possède une précision d’historien qui fait de lui une des sources majeures pour la connaissance de la philosophie antique (et non seulement du scepticisme).
  • Contre les Dogmatiques : ce deuxième ouvrage possède la même finalité que la deuxième partie des Esquisses pyrrhoniennes, c’est-à-dire la réfutation des théories dogmatiques (dans les trois domaines de la logique, la physique et l’éthique).
  • Contre les Professeurs : ouvrage en six livres dans lequel il s’attaque un à un aux grammairiens, aux rhéteurs, aux géomètres, aux arithméticiens, aux astronomes et aux musiciens, c’est-à-dire aux six domaines d’études traditionnels de l’antiquité.

A noter que Sextus Empiricus reprend dans les deux premiers ouvrages tous les arguments de ses prédécesseurs (notamment Enésidème et Agrippa) contre les dogmatiques, ce qui a pu le faire passer pour un simple compilateur. Mais il ne se limite pas, dans ces trois ouvrages qui nous sont parvenus, à combattre les doctrines philosophiques (ce qu’il fait effectivement dans les Esquisses Pyrrhoniennes, livres II et III et dans Contre les Dogmatiques). Il s’attaque également dans son œuvre à tous ceux qui prétendent détenir un certain champ du savoir, même limité. Il s’attaque donc à toutes les techné, c’est-à-dire aux arts qui s’érigent comme science. L’originalité du Contre les Professeurs, réside dans le fait qu’il s’attaque à différents domaines de la vie intellectuelle grecque de son époque. Le but de ces ouvrages est d’attaquer toutes les certitudes, dans les systèmes philosophiques comme dans les « sciences » ou prétendues sciences de son temps.

Partie destructive : le scepticisme de Sextus

Victor Brochard divise le scepticisme empirique en deux parties : une partie destructive, qui consiste, à la suite du scepticisme dialectique, à attaquer tous les dogmatismes, et une partie constructive. Le but de la partie destructive est de montrer que l’homme ne peut pas connaître avec certitude l’essence d’une chose. Il faut donc combattre tous ceux qui prétendent le contraire. Tel est l’enjeu du scepticisme de Sextus Empiricus. La deuxième partie du scepticisme empirique est une partie constructive, qui consiste en un mode de vie et un art (techné, mais pas au sens platonicien, comme nous le verrons dans le prochain billet) basé sur l’observation des phénomènes et l’expérience. C’est l’empirisme de Sextus (d’où lui vient son surnom : Empiricus), sur lequel nous reviendrons dans le prochain billet.

Commençons par la partie destructive, qui occupe la plus grande partie de l’œuvre de Sextus (les trois ouvrages qui nous sont parvenus attaquent en effet les dogmatismes, mais Sextus aurait écrit des ouvrages de médecine également, qui ne nous sont pas parvenus).

Epochê et ataraxie

  • Pourquoi suspendre son jugement ? Le concept d’epochê est au centre du scepticisme de Sextus (héritier d’Enésidème) : il s’agit de se retenir d’affirmer quoi que ce soit sans réserve. Pourquoi ? Parce que l’assentiment est source de troubles. Au contraire, le refus de tout assentiment est récompensé par la tranquillité de l’âme, l’absence de trouble, ou l’ataraxie. Telle est la fin du scepticisme de Sextus, ce qui le rapproche du stoïcisme et de l’épicurisme, dont les précédents billets ont montré à de nombreuses reprises la dimension thérapeutique (soin de l’âme en particulier).

En quoi l’assentiment à une quelconque croyance ou opinion est-il cause de troubles ? Pour pouvoir répondre à cette question, prenons deux exemples : l’un concernant l’assentiment à des croyances courantes, et l’autre concernant l’assentiment à des croyances dogmatiques. Croire réellement qu’il pleut, que la pluie vous mouille, vous refroidit et vous rend malade, et que tomber malade est mauvais, ruine votre tranquillité en vous amenant à vous soucier de rester au sec. Donc de toutes ces croyances résultent un véritable souci, une anxiété. Au contraire, pour Sextus, si l’on n’a pas ces croyances et que l’on ouvre simplement son parapluie lorsqu’il pleut, par un acte réflexe, résultat de l’habitude, des coutumes, par routine, on est exempt de cette anxiété. Et si l’on applique cela à l’ensemble des actions humaines, s’ensuit une paix de l’âme, une absence de trouble. De même pour toute croyance dogmatique : elle crée un état permanent de tourment interne. En effet, comme le montre l’attaque de tous les dogmatismes, à chaque raison permettant de croire en une opinion on peut trouver une raison contraire qui empêche de croire en cette même opinion. La contradiction est toujours une menace pour celui qui croit fermement en une opinion. A l’heure actuelle, on pourrait prendre l’exemple de l’anxiété provoquée par les médias, et l’intérêt de suspendre son jugement face au flux d’informations qui nous menace chaque jour dans le journal, à la télévision, sur internet, etc.

Voilà pourquoi le sceptique suspend son jugement. Parce que de cette suspension du jugement découle la tranquillité de l’âme, une sérénité intérieure qui est la finalité éthique du scepticisme. Le scepticisme est en ce sens une véritable thérapeutique de l’âme, et propose un certain mode de vie en vue d’atteindre le bonheur, ici-bas. Le moyen utilisé pour y parvenir, c’est l’epochê, la suspension du jugement. Source de trouble pour un dogmatique, l’epochê est source de quiétude pour un sceptique. Confronté aux limites de ses compétences philosophiques, c’est-à-dire face à l’impossibilité de connaître l’essence des choses, le sceptique transforme un obstacle apparent (epochê) en un raccourci vers son but premier, qui est l’ataraxie.

  • Comment suspendre son jugement ? La suspension du jugement passe par la mise en évidence de la diversité et de l’opposition des différents systèmes philosophiques et des apparences. L’observation des contradictions inhérentes aux phénomènes et aux différents courants de pensée conduit le sceptique à suspendre son jugement. Le scepticisme de Sextus consiste donc à comparer et opposer entre elles les choses que les sens perçoivent, et celles que l’intelligence conçoit. Et les contradictions des sens et de la raison conduisent le sceptique à la suspension du jugement. Tout ce que les sciences prétendent connaître, le sceptique en doute, parce qu’il en voit les contradictions. Par la réfutation (antirresis) du dogmatisme, Sextus va mener ses lecteurs à la suspension du jugement. Voilà pourquoi Sextus s’attaque aux dogmatismes dans toute son œuvre. Sa méthode est simple : aux raisons des uns, il oppose des raisons contraires. Aux opinions des uns, il oppose les opinions des autres.

Si le sceptique ne possède aucun savoir, il possède bien un savoir-faire : il fait surgir la discordance grâce à l’antithèse, technique de pensée qu’il maîtrise parfaitement. Toutes les idées sont confrontées les unes aux autres et cette comparaison les invalide toutes. L’analyse des différentes positions dogmatiques permet d’opposer à un argument un argument opposé de force égale. C’est cette égalité de force des arguments opposés (isostheneia) que recherche le sceptique et qui va favoriser la suspension du jugement. Aucun argument ne prend le dessus sur les autres arguments et ne peut gagner son assentiment.

Sextus va donc s’attaquer aux philosophes dogmatiques, pour favoriser la suspension du jugement et la tranquillité de l’âme qui en découle. Cette attaque contre les philosophes, on peut notamment la lire dans Contre les Dogmatiques.

Contre les Dogmatiques

Cet ouvrage s’attaque à l’ensemble des doctrines philosophiques qui prétendent posséder un savoir. Sextus réfute tous les savoirs appartenant au domaine de la logique, de la physique et de l’éthique (c’est-à-dire les trois parties de la philosophie dans l’antiquité).

Sextus recense dans cet ouvrage tous les arguments des sceptiques contre leurs adversaires, les dogmatiques, notamment ceux d’Enésidème (dix tropes), mais il en ajoute d’autres également, plus récents (les cinq tropes d’Agrippa par exemple), ou qu’il invente lui-même. Il essaye d’être le plus exhaustif possible. Tous les arguments sont bons pour réfuter les dogmatiques : parfois très profonds, mais parfois aussi des sophismes ridicules. Sextus utilise donc la dialectique. Mais c’est un outil dont il se débarrasse à la fin de son travail de réfutation des dogmatismes. Deux comparaisons que l’on trouve dans le texte de Sextus expriment cette instrumentalité de la dialectique : celle du feu, qui détruit le matériau combustible en même temps qu’il se détruit lui-même, et celle de l’échelle, avec laquelle on grimpe et que l’on rejette ensuite derrière soi.

Contre les Logiciens (livres I-II) : Pour Sextus, outre le fait qu’aucun philosophe ne s’accorde sur l’essence des choses, aucun instrument ne permet de la connaître : ni la raison, ni les sens, ni les deux réunis. Sextus réfute dans cette première partie de l’ouvrage tout accès à la vérité, qu’il soit direct (par la raison ou par les sens), ou indirect (par la démonstration).

Contre les Physiciens (Livres III-IV) : Sextus réfute dans cette deuxième partie de l’ouvrage les idées principales soutenues par les dogmatiques : l’idée de dieu, l’idée de cause, le tout et la partie, le corps, la surface et le solide, le lieu, le mouvement, le temps, le nombre, la naissance et le mort. Il prend chacune de ces idées et montre qu’on ne peut rien affirmer à leur propos.

Contre les Moralistes (Livre V) : Sextus y conteste l’idée de bien et de mal. Il reprend dans cette partie de l’ouvrage l’idée que toute opinion que l’on se fait sur le bien ou le mal d’une chose nous rend malheureux, et qu’il faut donc suspendre son jugement. Certes, le sceptique soufre lui aussi de la faim, de la soif ou du froid, mais il ne s’inflige pas une foule d’autres maux en regardant cette souffrance comme un mal. Souvent nous sommes troublés non seulement par nos affects, mais plus encore par les opinions que nous rajoutons par-dessus nos affects. C’est l’exemple du malade, qui rajoute à sa maladie l’opinion que la maladie est un mal, et peut-être même la crainte de mourir. Si nous ne donnons plus notre assentiment à ces opinions, s’en suit la tranquillité, comme l’ombre suit le corps (métaphore utilisée pour exprimer le lien entre la suspension du jugement et l’ataraxie). De même, il ne saurait y avoir de science du bien-vivre, puisque tous les philosophes ne sont pas d’accord entre eux sur ce point. Il n’y a pas de science qui concerne l’art de bien vivre. L’art de bien vivre sera plutôt une routine, quelque chose que l’on fait par expérience, mais qui n’est pas basé sur une connaissance du bien et du mal.

Contre les Professeurs

Mais Sextus Empiricus ne se contente pas d’attaquer les philosophes. Il s’attaque également à toutes les sciences de son temps, et plus particulièrement à tous ceux qui prétendent détenir un champ de savoir, même limité. Pourquoi ? Parce que Sextus Empiricus refuse tout dogmatisme, y compris le savoir apparent sur lequel s’appuient les différentes sciences de son époque. Lorsqu’il passe en revue un certain nombre de sciences ou d’arts (tekhnai) de son temps, ce n’est pas pour viser certaines pratiques, mais la science apparente, illusoire, que ses contemporains veulent construire à partir de l’expérience et de l’observation de ces pratiques. La démarche de Sextus est similaire lorsqu’il s’attaque aux philosophies et lorsqu’il s’attaque aux sciences de son temps, qu’il nomme dans ce passage études (mathemata) :

« <Les Pyrrhoniens> éprouvaient vis-à-vis des études à peu près la même chose que vis-à-vis de la philosophie tout entière. En effet, de même qu’en se dirigeant vers la philosophie avec le désir d’atteindre la vérité et se heurtant au conflit entre des contradictoires de force égale et à l’irrégularité du réel, ils suspendirent leur assentiment, de même s’agissant des études, quand ils les eurent entrepris en cherchant là aussi à apprendre la vérité, ils découvrirent d’égales difficultés qu’ils ne se sont pas dissimulés. Voilà pourquoi, en poursuivant nous aussi la même méthode, nous tenterons sans acrimonie de faire un exposé sélectif des arguments de fond portés contre les études. » (Contre les Professeurs, I, 6-7)

La critique des arts peut être comprise comme une extension de l’attaque des philosophes. Mais la démarche adoptée vis-à-vis des mathemata ou tekhnai est différente en ce sens que Sextus ne les rejette pas entièrement. En effet, il y a un usage des arts ou tekhnai par les sceptiques. D’où l’intérêt peut-être d’un ouvrage portant sur ces arts. Lesquels accepter, lesquels attaquer ? Un bon usage des arts est-il possible ? Voilà la question que l’on peut se poser en lisant cet ouvrage.

La lecture des différents chapitres de l’ouvrage permet de savoir assez rapidement à quels arts il s’attaque, à savoir ceux qui ont une assise théorique. Des arts, oui, mais sans opinion. Par exemple, Sextus dit ne pas vouloir s’en prendre à la « grammatistique » (I, 49), c’est-à-dire à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, mais à la grammaire en tant que science portant sur la nature des lettres, des mots, etc. Une chose est l’art de lire et d’écrire tel que les enfants peuvent l’apprendre, autre chose est cette science qui prétend connaître la nature même des lettres, qui distingue les voyelles et les consonnes, les voyelles longues et les voyelles courtes, etc. La première sorte de grammaire est utile, et Sextus n’a rien à dire contre elle. La grammaire savante par contre est inutile et prétentieuse, puisqu’elle prétend formuler un savoir sur l’essence des choses :

« <Le sceptique> ne veut pas dénoncer l’inutilité de cette grammaire dont on voit qu’elle traite des lettres, de l’écriture et de la lecture, mais celle de l’autre grammaire, prétentieuse et superflue. L’usage des lettres aide, on l’a vu, à conduire sa vie ; mais ne pas se contenter de transmettre ces lettres en les observant, et chercher plus avant à montrer comment certaines sont par nature des voyelles alors que d’autres n’en sont pas, comme parmi les voyelles certaines sont brèves par natures et d’autres longues par nature […], et plus généralement toutes les autres choses qu’enseignent ces fous de grammairiens, voilà qui est inutile. Par conséquent, loin d’avoir le moindre reproche à adresser à la grammatistique, nous lui devons nos plus vifs remerciements, et c’est l’autre grammaire que nous allons réfuter. » (Contre les Professeurs, I, 54-56)

Ce que conteste Sextus, c’est la dérive dogmatique qui accompagne très souvent l’utilité pratique d’un art. On a affaire dans cet ouvrage non pas à une critique de la pratique des arts, mais du discours que ces arts tiennent sur eux-mêmes. C’est toujours le discours dogmatique que refuse le sceptique. En quoi les arts sont-ils dogmatiques ? En tant qu’ils prétendent expliquer leurs effets par la causalité (ce qui revient à se prononcer sur la nature des choses), en tant qu’ils prétendent proférer des jugements universels, et parce qu’ils veulent se transmettre par un enseignement rationnel, ce qui n’est pas possible pour Sextus. En effet, le chapitre 1 attaque la transmission du savoir par l’enseignement : l’enseignement n’a pas d’objet, ne s’adresse à personne et ne peut être dispensé par personne.

Que sont les arts acceptables dans ce cas ? Les arts acceptables sont les arts utiles et basés sur l’observation des phénomènes :

« C’est l’astrologie, ou “mathématique”, qui est l’objet de notre présente enquête, et non la mathématique complète en tant qu’elle se compose de l’arithmétique et de la géométrie (car nous avons réfuté les tenants de ces disciplines), ni la capacité de prédire chez Eudoxe, Hipparque et leurs semblables – certains assurément l’appellent aussi astronomie –, car elle est une observation qui s’appuie sur des phénomènes, comme le sont l’agriculture ou la navigation, et qui permet de présager sécheresses et inondations, pestes et séismes et autres modifications du même genre du monde qui nous entoure. » (Contre les Professeurs, V, 1-2)

Pour Sextus, l’utilité dans la vie quotidienne d’une part, et le fondement empiriste d’autre part sont les deux critères d’un art acceptable. Nous reviendrons sur l’empirisme de Sextus dans le prochain billet, afin de mieux comprendre la manière dont le scepticisme peut influencer la manière de vivre du philosophe.


[1] Victor Brochard, Les sceptiques grecs, Paris, Vrin, 1986.


Crédits: Sextus Empiricus, Domaine public; “File:Monsoon rain in Shanghai – 20090730 2171.jpg”, par Jakubhal, Licence CC BY-SA 4.0 ; Fading Flame, par Amancay Blank, Licence CC BY-NC-ND.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Le scepticisme de Sextus Empiricus". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 23 octobre 2019. Consulté le 21 novembre 2019. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/4916.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. NEVAO dit :

    Bonjour,
    je suis admiratif pour votre travail et votre volonté de diffusion au plus grand nombre.
    Et, je en vous remercie
    cordialement
    Fabien

  1. 20 novembre 2019

    […] le premier billet consacré à la pensée du philosophe sceptique Sextus, nous avons abordé la partie destructive de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.