Vision(s) du Futur – Séries TV et anticipation

Face aux incertitudes du futur, quel rôle jouent les séries TV ? Dans le cadre des Manifestations Culturelles de la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne, dont la saison 2019 était consacrée au futur, je me suis intéressé aux séries d’anticipation, qui explorent chacune à leur manière les différents futurs possibles. Si les séries d’anticipation sont souvent des dystopies (utopies virant au cauchemar), la fiction peut également permettre d’imaginer un futur souhaitable. Car certaines séries laissent transparaître un contre-modèle qui nous met en garde contre les dérives de la société actuelle, tout en offrant des outils pour penser le changement de société.

Pourquoi les séries TV?

Les séries TV : pour se détendre ou pour réfléchir ? Ou les deux ? Longtemps réservées au domaine des loisirs, les séries TV sont désormais prises au sérieux, comme le cinéma ou la littérature peuvent l’être. Depuis le début des années 2000, et plus encore au début des années 2010, les séries sont devenus extrêmement populaires, allant jusqu’à prendre la place du film du soir à la télévision. D’un point de vue académique, les séries TV sont devenues un objet de réflexion à part entière, faisant leur entrée dans les cursus d’étude de cinéma à l’Université de Lausanne, par exemple, et intéressant, dès le début des années 2000, quelques philosophes comme Thibaut de Saint-Maurice ou, plus récemment, Laurent de Sutter, qui reprend, à la suite de Gilles Deleuze, le concept de pop’philosophie pour justifier l’intérêt porté à cet objet du quotidien. La pop’philosophie invite en effet la philosophie et les pop’philosophes à se confronter au dehors, et à se laisser transformer par lui. La pop’philosophie refuse de considérer les objets du quotidien comme simple illustrations de concepts ni même comme simple matière à penser. Au contraire, il s’agit de prendre au sérieux le quotidien et ses objets, et élaborer une réflexion philosophique avec ou à partir de ces objets. Et la série TV est particulièrement propice à la réflexion philosophique : par la temporalité longue (nombreuses saisons) et la sérialité (différents épisodes) qui les caractérisent, les séries TV laissent la place à un espace de réflexion, que ce soit pour les personnages, dont on découvre petit à petit le quotidien et la manière de vivre, comme de la part des téléspectateurs, qui, devant leur télévision ou leur ordinateur, questionnent le dernier épisode de leur série préférée et se questionnent eux-mêmes par la même occasion.

En quoi la fiction permet-elle ou est-elle une activité philosophique ? Si je définis la fiction comme une représentation subjective de la réalité, que celle-ci soit passée, présente, ou future, il me semble que la fiction permet d’exprimer une certaine représentation du monde, et donc une certaine vision du futur. La fiction permet d’envisager différents scénarios pour le futur, plus ou moins réalistes, et nous questionne ainsi sur notre propre vision du futur. A l’heure où la pandémie nous plonge, à certains égards, dans une situation proche de la dystopie, il est temps de prendre la fiction au sérieux, et de réfléchir ensemble au futur que nous souhaitons vivre et construire.

1. Mon objet d’études :

Forts de leur succès, les séries d’anticipation répondent à l’intérêt toujours plus prononcé de la société civile pour le futur. Les innovations technologiques sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus rapides, et touchent jusqu’au moindre détail de notre vie quotidienne. Les changements impliqués par l’arrivée du smartphone dans notre comportement et dans nos habitudes sont un exemple frappant de cet impact sur le quotidien. Ce qui paraissait très lointain il y a quelques années (comme une voiture sans conducteur) est désormais réalisable si ce n’est déjà réalisé (c’est le cas de la Google car). Ces innovations questionnent, intriguent, et font que beaucoup sont un peu perdus vis-à-vis du monde dans lequel nous allons bientôt vivre (ou dans lequel nous vivons déjà). Mettre des images sur un futur possible, plus ou moins rassurant, il est vrai, selon la série TV, c’est une manière de répondre à ces questionnements, à ces inquiétudes, ou à ces désirs de voir le monde évoluer vers plus de technologie. Que l’on soit technophile ou technophobe, il est toujours intéressant de visualiser ce qui pourrait advenir dans un futur plus ou moins proche.

2. La question qui m’intéresse :

En 2016, dans le cadre du Groupe vaudois de philosophie, je m’étais intéressé à cette question : Comment représenter le parcours de vie et le choix de vie d’une personne ? Mon point de vue était que les séries TV sont un très bon moyen de représenter le parcours de vie et, finalement, de (faire) comprendre le choix de vie d’une personne, par la structure narrative des séries TV, leur temporalité propre, le réalisme psychologique, et la focalisation que la série permet sur certains éléments biographiques des personnages. En particulier, la série permet de mettre en scène de manière fine et nuancée le processus complexe du changement chez un personnage. Parmi les séries convoquées pour répondre à cette question : Dexter et Breaking Bad.

Aujourd’hui, la question qui m’intéresse est toujours celle du changement, non plus à l’échelle individuelle, mais à l’échelle sociétale : en quoi la série TV permet-elle de penser le changement de société ? En quoi la dystopie, en particulier, permet-elle d’imaginer un futur souhaitable, ou du moins de réfléchir à sa mise en place ?

Les dystopies sont des contre-modèles, qui permettent notamment aux scénaristes de mettre en garde contre certaines dérives présentes ou à venir, concernant la place des nouvelles technologies dans notre mode de vie (Mr Robot, Real Humans, Black Mirror), ou bien concernant la stratification très forte de la société capitaliste en fonction de la valeur travail (3%, Trepalium). Mais au-delà de cette critique de la société actuelle et de ses potentielles dérives dans le futur, au-delà de cette mise en garde contre le danger potentiel de certaines innovations, en quoi les contre-modèles sont-ils également utiles à la construction d’une vision du futur par le téléspectateur ?

Le point de départ de ma réflexion peut être résumé par cet extrait du film Après-Demain, de Cyril Dion, à travers les propos de Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank et prix Nobel de la Paix 2006 (de 25’42 à 26’55):

3. Mon hypothèse : La série TV permet de penser le changement de société. Plus précisément, le futur décrit dans les séries d’anticipation participe à la vision du futur des téléspectateurs.

La série TV permet de visualiser un contre-modèle, par opposition auquel le téléspectateur se forge sa propre vision d’un futur souhaitable. La série TV est un lieu d’expérimentation, elle permet de montrer différents mondes futurs possibles, en fonction des choix qui seront fait à l’avenir. De ce point de vue, les dystopies sont avant tout un moyen de mettre en évidence l’importance de ces choix à venir à partir de la visualisation de leurs conséquences possibles. En montrant les conséquences de telle ou telle innovation technologique (Real Humans, Black Mirror, Person of Interest, WestWorld), ou de telle ou telle décision politique (trepalium, 3%), les scénaristes mettent non seulement en garde contre certains dangers, mais suggèrent également certaines pistes à suivre pour construire un avenir plus réjouissant. C’est souvent une première occasion, pour les téléspectateurs, de réfléchir aux conséquences éthiques de certaines innovations technologiques, ou de certains choix politiques. La série, en ce sens, est un bel outil de réflexion, à la fois critique et constructive.

Par ailleurs, la série TV, par son réalisme psychologique et émotionnel, permet d’approfondir la manière de vivre associée à un futur dystopique. L’effet de réel permet au téléspectateur de s’identifier aux personnages et de se projeter très facilement, de manière très concrète, dans la vie quotidienne d’un futur possible. Par opposition, les rouages de la société dystopique sont souvent moins visibles que la manière dont les personnages vivent dans cette société. De plus, le temps long de la série (plusieurs épisodes, plusieurs saisons) permet de montrer les détails de cette société dystopique, et de rendre les personnages plus proches de l’ordinaire de nos vies. Ce qui est intéressant, pour moi, c’est la réaction du téléspectateur face à cette expérience, c’est le moment où la série TV devient une expérience des futurs possibles et, du coup, un outil de réflexion sur notre propre manière de vivre, et sur notre propre futur. La série TV va permettre de se questionner sur la validité d’un futur possible, de se prononcer sur la pertinence d’un modèle de société, et d’imaginer soi-même, dans le meilleur des cas, la société que nous voulons (ou que nous ne voulons pas) pour le futur.

Enfin, j’ajouterais simplement qu’il est plus facile de dépeindre un monde qui ne fonctionne pas que le meilleur des mondes possibles, qui peut rapidement se transformer lui-même en dystopie. Proposer un monde parfait, ce serait faire le pari, dangereux, de montrer vers où la société pourrait/devrait aller, tandis que la dystopie permet de montrer les directions à éviter. Au final, cela revient peut-être au même, puisque l’on peut, par contraste, visualiser le monde vers lequel nous voudrions aller, mais cela laisse néanmoins beaucoup plus ouvert le champ des possibles, et laisse au téléspectateur la liberté d’imaginer lui-même un monde meilleur, si possible.

Dans la suite de ce texte, j’aimerais prendre quatre exemples, parmi les séries d’anticipation que j’ai pris plaisir à regarder, montrant l’intérêt de la fiction dans la réflexion sur le monde futur: The Handmaid’s Tale, Trepalium, Black Mirror et Real Humans. Ces quatre séries permettent de se questionner sur la place de la femme, sur la politique environnementale, sur la place du travail et sur l’impact des nouvelles technologies sur notre mode de vie.

The Handmaid’s Tale (La Servante écarlate), ou la série comme miroir de ce qui nous préoccupe plutôt que projection de ce que pourrait être la société du futur

A la suite d’une épidémie d’infertilité, une dictature dirigée par des fondamentalistes chrétiens a pris le pouvoir aux Etats-Unis et mène, sous le nom de la République de Gilead, une répression inhumaine. Plus précisément, cette chute est supposée être en lien avec une augmentation des polluants et des produits toxiques dans l’environnement et l’alimentation[1].  On a donc une situation proche de la nôtre, avec les risques que le dérèglement de l’environnement engendre, et une voie possible, la dictature religieuse. Les femmes sont enfermées dans un rôle bien précis : les Epouses (direction du foyer), les Martha (les tâches ménagères) et les Servantes (en charge de la reproduction). Parallèlement, les hommes ont également des rôles spécifiques, traditionnellement masculins : les Commandants (l’exercice de l’autorité) et les Gardiens (l’exercice de la sécurité), notamment. Il n’y a plus d’espace pour l’individu, qui se définit uniquement par son rôle, sa mission[2]. Les individus qui sont incapables de se conformer et de s’identifier à ce rôle sont envoyés dans les colonies et voués à la mort. Pertes d’identité et de liberté caractérisent les individus vivant dans cette société totalitaire[3].

Saison 1, épisode 6 : « A woman’s place » (La place d’une femme)

Cet épisode permet de réfléchir à la place de la femme dans la société, ainsi qu’aux mesures privatives à mettre en place (ou non) dans une société respectueuse de l’environnement.

Cet épisode est intéressant car il révèle pourquoi et comment le coup d’état qui a permis à la République de Gilead de voir le jour a pris forme, et en quoi une cause écologique (sauver la planète, protéger l’environnement) peut justifier un changement de société. Or, ce changement est imposé, avec tout ce que cela implique de souffrance et de renoncement plus ou moins volontaire. On voit aussi très bien en quoi le changement de société implique toute une série de changements dans la vie quotidienne (tenues exigées, rituels, novlangue, etc.). Enfin, cet épisode montre bien l’aspect dystopique de cette société du futur et nous met en garde contre le danger d’un changement de société imposé de la sorte, ici au détriment de tous, mais surtout des femmes.

Extrait 1 : de 12’45 à 15’35 : Une délégation du Mexique est présente à Gilead pour visiter le pays et mieux comprendre son fonctionnement, en particulier le rôle des servantes. Dans ce premier extrait, l’ambassadrice du Mexique confronte la vision du monde du commandant et sa femme.

Extrait 2 : de 44’22 à 49’08 : Dans ce deuxième extrait, nouveau dilemme moral pour l’ambassadrice du Mexique, qui explique pourquoi elle doit accepter de faire un échange commercial avec la République de Gilead malgré les conditions inhumaines dans lesquelles vivent les servantes et la majeure partie de la population américaine. La question éthique qui se pose est celle-ci : la fin justifie-t-elle les moyens ?

Ces deux extraits permettent d’évoquer le dilemme moral de l’ambassadrice, et la question des libertés à supprimer ou non dans le cadre d’un changement de société. En effet, ce modèle de société patriarcal et autoritaire est une réponse possible au changement climatique, et à la crise environnementale qui est la nôtre. Outre sa mise en garde contre certaines dérives totalitaires actuelles[4], la question que pose cette série est celle de la réponse à donner à la crise environnementale. Que penser de la tentation, toujours plus forte, d’utiliser tous les moyens possibles pour atteindre certaines fins légitimes ? Les solutions envisagées pour répondre à la crise climatique devraient-elles justifier le contrôle de la vie quotidienne de tous les citoyens, par exemple, comme c’est le cas dans la République de Gilead ? Pour la République de Gilead, la fin justifie très clairement les moyens. Doit-il nécessairement en être ainsi ? Et quelles sont les alternatives ? La série nous invite ainsi à réfléchir à d’autres modèles de société, à une autre organisation sociale qui répondrait aux besoins actuels. Comment répondre à la crise environnementale actuelle et à venir sans sombrer dans le rigorisme moral et le totalitarisme patriarcal ?

Extrait 3 : de 36’46 à 38’55 : cet extrait met en évidence les moyens privilégiés par la République de Gilead pour imposer sur le long terme un nouveau modèle de société. Cela passe notamment par un changement de mode de vie (habits et livres jetés à la poubelle), l’acquisition de nouvelles habitudes  (un vêtement spécifique, un nouveau langage) et par de nombreux interdits (interdiction de lire pour les femmes, par exemple). Les nouvelles habitudes deviennent peu à peu naturelles et l’interdiction de lire limite la possibilité de rébellion.

L’identification des individus à leur rôle passe par un vêtement spécifique, un certain nombre de nouveaux rituels, mais aussi un nouveau langage, une nouvelle manière de désigner les choses (la novlangue de 1984, le célèbre roman de Georges Orwell), un nouveau catéchisme, des centres de formation (ou de déformation), et un nouveau nom (Offred, dans le cas de l’héroïne), associé à la fonction (Fred étant le commandant auquel Offred est asservi). Le régime totalitaire montre ainsi un contrôle total de la vie ordinaire des gens[5], ce que confirme la lecture de Thibaud Zuppinger :

« C’est notamment au travers des remarques de Tante Lydia que les liens entre l’ordinaire et le totalitarisme comme organisation vraiment totale se manifestent le plus clairement. (…) Notre ordinaire met en relief l’extra­ordinaire de la dystopie, et tout l’enjeu de la bio-politique totalitaire est précisément de s’imposer comme un nouvel ordinaire, c’est-à‑dire un référentiel de pratiques, de valeurs, de cultures qui est tellement familier qu’on ne le voit plus, se soustrayant de cette manière à toute forme de critique ou de résistance[6]. »

Au finial, La Servante écarlate est une série plutôt sombre et critique, mais qui donne tout de même à réfléchir. Quelle vision positive du futur peut-on trouver dans cette série ? Qu’est-ce que ce contre-modèle nous apporte dans la réflexion sur le futur et les changements nécessaires pour la survie de la planète ? Peut-être, pour ne prendre qu’un exemple, le fait que la solution passe par la coopération. Seul, il est impossible de sortir de cette dictature, mais en s’entraidant, comme le font les Marthas, par exemple, cela devient possible. C’est ce que comprend l’héroïne en intégrant les réseaux de résistance, dès le début de la saison 3, après avoir vu leur efficacité dans le dernier épisode de la saison 2 (ce qui a permis de sauver sa fille notamment).

Trepalium, miroir de nos pires angoisses ou mise en évidence de valeurs sociales à préserver dans le futur ?

Les scénarios catastrophistes, dans lesquels l’être humain perd son humanité, comme c’est le cas dans Trepalium, où la valeur travail prend le dessus sur toute autre valeur, et en particulier la solidarité ou la bienveillance, ces scénarios sont le miroir de nos pires angoisses : un monde dans lequel on ne se retrouve pas et dans lequel on ne veut surtout pas se retrouver. Dans le cas de Trepalium, c’est particulièrement flagrant, et la série est pensée de cette manière : exacerber un aspect problématique de la société actuelle et la pousser à son extrême.

Saison 1, épisode 1

« Du travail pour tous », voilà le rêve d’une société dans laquelle le travail est la valeur suprême, une société divisée entre les travailleurs (20% de la population) et les non-travailleurs. Les travailleurs sont une minorité de privilégiés séparée du reste de la population par un mur et obnubilés par la perspective de perdre leur travail, ce qui signifierait un transfert immédiat dans la zone, de l’autre côté du mur. Le 1er épisode pose les bases de cette vision d’un futur dans lequel le travail est devenu le seul critère d’appréciation d’une personne.

Rappel du contexte : 10 000 emplois solidaires viennent d’être créées par la ministre du travail afin d’apaiser les tensions qui montent dans la zone, derrière le mur, et pour donner une bonne image de la ville à l’extérieur. Les premiers extraits choisis montrent le processus de sélection en cours pour désigner, parmi les habitants de la zone, les zonards, ceux qui pourront travailler de l’autre côté du mur dans le cadre de cette mesure.

Extrait 1 : de 11’50 à 17’40

de 11’50 à 13’58 : explication de la genèse de cette situation. Raréfaction du travail, et discrimination de ceux qui sont au chômage : les individus qui n’ont pas de travail n’ont aucune valeur. Interrogation du professeur : faut-il travailler pour avoir le droit d’être quelqu’un ? Le travail est-il une valeur fondamentale de l’existence humaine ?

De 13’58 à 14’15 : 1er aperçu de ce qu’est le travail dans cette société future, avec pression du résultat mis sur les employés, contrôle de la productivité.

De 14’15 à 15’09 : 2e aperçu de ce qu’est le travail : on voit ici la réaction du personnage principal de la série à la mort de son responsable de service : « je veux postuler » ! On assiste à une perte des valeurs fondamentales de l’humanité, comme l’empathie.

De 15’09 à 16’20 : 3e aperçu des conditions de vie dans cette société du travail : la prise en charge des personnes inaptes au travail est très difficile, elles sont renvoyées dans la zone.

De 16’20 à 17’45 : On voit dans ce passage jusqu’où sont prêts à aller ceux qui veulent du travail et le mépris vis-à-vis de ceux qui ont perdu leur emploi : ce sont des faibles. On voit également à quel point toutes les valeurs morales peuvent tomber, très rapidement, lorsqu’une place de travail est en jeu. Parce que cette société a donné une valeur tellement grande au travail, que tout peut être sacrifié pour accéder à ce travail.

Extrait 2 : de 46’23 à 46’58 : le travail se mérite. Mépris vis-à-vis des employés solidaires, qui n’ont pas mérités le travail qu’on leur offre. Ils sont perçus comme de la concurrence par les travailleurs. Ce passage montre bien la concurrence et la compétition qui règnent dans ce monde ayant le travail comme seule valeur.

Le travail, et son aspect compétitif, est une valeur importante dans le monde occidental capitaliste, en particulier dans une société obnubilée par la croissance. On a, aujourd’hui, une idée largement répandue de l’homme réussi comme étant celui qui gagne bien sa vie, qui a un bon travail et qui a su gravir les échelons pour être en haut de la l’échelle sociale et de son entreprise. Trepalium va plus loin en faisant de cet idéal personnel de réussite social par le travail un idéal de société qui divise la population entre travailleurs et non travailleurs et enlève toute utilité et toute dignité à celles et ceux qui ne travaillent pas. La seule valeur qui demeure est le travail, et le travail influence non seulement les relations professionnelles, mais toutes les relations sociales et interpersonnelles. Dans le monde du travail, c’est-à-dire à l’intérieur de l’enceinte qui sépare les travailleurs des non-travailleurs, toutes les relations sont des relations professionnelles, y compris à la maison. Le travail est au centre des relations familiales, que ce soit entre époux, ou entre parents et enfants.

Ce que nous apprend ce contre-modèle de société, ce que la dystopie met en évidence, par contraste, c’est un certain nombre de valeurs que la société décrite dans Trepalium empêche de se développer : la bienveillance, l’entraide ou la solidarité, que ce soit à l’échelle interpersonnelle ou à l’échelle sociale, que ce soit entre deux travailleurs, constamment en compétition pour préserver leur place de travail, ou entre les travailleurs d’une part, et les non travailleurs d’autre part. Miroir de nos pires angoisses, la dystopie est aussi le moyen de réfléchir aux valeurs auxquelles nous tenons et que nous voudrions préserver dans le futur. La dystopie est en effet un excellent moyen de s’interroger sur ce qui fait notre humanité : quelles sont les valeurs qui fondent notre humanité, au-delà du travail ? En quoi les relations amicales, amoureuses, filiales, sont-elles importantes et font-elles de nous des humains, par exemple ? En quoi le jeu et le loisir, la liberté, sont-ils une composante essentielle de la vie humaine et de notre épanouissement individuel ?

Pour mettre en évidence l’importance de ces relations et de ces activités de loisirs dans la construction et l’épanouissement de l’individu ainsi que dans nos choix, la confrontation du monde des travailleurs avec le monde des non-travailleurs est très intéressante. Lorsque les non-travailleurs débarquent dans le monde des travailleurs, c’est un choc, parce que les travailleurs découvrent une certaine part d’humanité qu’ils avaient perdue. De ce point de vue, la série est un excellent outil de réflexion sur nos propres valeurs, et dans le cas de Trepalium, je n’ai pas trouvé que ce scénario manifestait un pessimisme absolu quant à l’avenir de l’humanité. Je crois plutôt qu’il s’agit de mettre en garde contre certains aspects de la société contemporaine en poussant certaines dérives actuelles beaucoup plus loin et de manière généralisée, non plus à l’échelle d’un individu ou d’une entreprise, mais de la société toute entière.

Black Mirror et Real Humans : outils de réflexion sur l’impact des nouvelles technologies dans nos vies et visualisation des mondes possibles

En ce qui concerne les avancées technologiques, la série est un lieu privilégié pour imaginer leur propagation dans toute la société et leur impact sur la vie quotidienne. Black Mirror et Real Humans, de ce point de vue, sont deux séries très intéressantes. Loin de condamner a priori toute avancée technologique, les différents épisodes permettent d’explorer les différents aspects de la vie quotidienne modifiés par telle ou telle innovation technologique, et de réfléchir à son impact sur l’individu et la société dans son ensemble.

Black Mirror

La série Black Mirror, qui en est maintenant à 5 saisons, a comme principe de discuter l’impact des nouvelles technologies sur la société et sur la psychologie humaine en particulier. Chaque épisode raconte une histoire différente, présente un monde différent, plus ou moins proche du nôtre, un monde ou une société dans laquelle un progrès technologique majeur a modifié le mode de vie et la société dans son ensemble. Black Mirror explore non seulement les nouvelles technologies et leur impact sur la société, mais aussi les différents usages qui sont faits de ces technologies. Il n’y a pas nécessairement une critique de l’objet technologique en lui-même, mais une mise en garde concernant les conséquences de certains usages de ces objets[7]. Quels sont les effets sur les humains de ces nouvelles technologies, concernant leur rapport au monde, à soi, aux autres ? La série est un lieu privilégié pour imaginer la propagation des nouvelles technologies dans toute la société et leur impact sur la vie quotidienne des individus, sur l’ordinaire de nos vies. A travers les différents personnages qu’elle met en scène, la série cristallise les sentiments parfois contradictoires qui sont les nôtres face aux nouvelles technologies. La série exprime certaines peurs actuelles vis-à-vis des nouvelles technologies, tandis que d’autres personnages sont beaucoup plus accueillants vis-à-vis de ces avancées technologiques et les acceptent sans difficulté. De même, les conséquences de l’usage de ces nouvelles technologies varient d’un individu à l’autre, et ne sont pas toutes néfastes.

Saison 1, épisode 3: The Entire History of You (Retour sur image)

Dans cet épisode l’avancée technologique qui sert de point de départ à la fiction, c’est le grain, cette mémoire externe implantée, sous la forme d’une puce, derrière l’oreille de la majorité des individus de cette société et qui permet de revoir à l’infini les différents moments et détails de son existence. C’est l’un des rêves du transhumanisme qui devient ici réalité (une mémoire augmentée).

1er extrait : du début à 4’53 : Jeune avocat à la recherche d’un emploi, Liam Foxwell a, comme tout le monde désormais, une puce implantée derrière l’oreille, qui lui permet de stocker des souvenirs. Ce premier extrait le montre lors d’un entretien d’embauche, puis son re-re-re-visionnage dans le taxi qui le ramène à l’aéroport. Le grain offre la possibilité d’une mémoire fiable et durable, aux conséquences psychologiques parfois difficiles à supporter. On voit aussi dans ce passage les possibilités de contrôle ou de surveillance de l’individu (contrôle à l’aéroport, surveillance de leur enfant gardé par la babysitter). Les deux dernières scènes montrent l’usage extensif de cet outil technologique (pour se rappeler le prénom d’une personne par exemple, mais aussi pour revenir sur des détails, comme l’état d’un tapis dans un hôtel). On voit bien, dès le départ, les avantages pratiques au quotidien, mais aussi les dangers de cette mémoire externe, comme la suite de l’épisode le montre.

2e extrait : de 11’38 à 14’05 : cet extrait présente la réaction et les discussions qui suivent une révélation à propos de Hallam, une jeune femme qui n’a pas cette puce que tout le monde a. On la lui a retiré de force, et après quelques jours sans, elle a décidé de ne pas en réimplanter une nouvelle, soutenant l’idée selon laquelle on vit mieux sans cette nouvelle technologie. La perplexité des convives montre bien en quoi la technologie est devene partie intégrante du mode de vie dans cette société (de la même manière que la perplexité face aux personnes qui n’ont pas de smartphone montre l’importance de cet objet dans nos modes de vie contemporains). La série explore les conséquences d’une technologie de ce type, et questionne également la possibilité de vivre sans cette puce. Comment vivre sans une technologie qui a envahi toute la société ?

3e extrait : de 26’20 à 28’51 : Un soir, en se rendant à un dîner, Liam, le personnage principal, voit sa femme, Fi, en compagnie de Jonas. Pendant la soirée, il commence à douter de la fidélité de Fi. Il mène l’enquête en utilisant les données de sa puce… Le grain lui permet de revoir à l’infini les scènes de la soirée passée et ainsi confirmer son impression, mettant la pression sur sa femme pour qu’elle lui dise la vérité sur sa relation avec Jonas. La technologie, les preuves visuelles qu’elle apporte, forcent la femme de Liam à admettre la durée pendant laquelle elle est sortie avec Liam. Le grain permet d’étaler des pièces à conviction à l’infini, ce qui peut avoir des conséquences très fortes sur notre relation à l’autre, comme le montre très bien cet épisode. Doit-on se souvenir de tout ? La mémoire humaine, avec ses failles, a-t-elle intérêt à être augmentée, et si c’est le cas, jusqu’à quel point, et dans quel but ?

Real Humans

En présentant l’intégration progressive des robots humanoïdes (les hubots) dans la société, Real Humans permet de s’interroger sur notre rapport à la technologie et son influence dans le quotidien, sur l’ordinaire de nos vies. En particulier, la série, à travers les différents protagonistes qu’elle met en scène, cristallise les sentiments parfois contradictoires qui sont les nôtres face aux nouvelles technologies.

Certains protagonistes sont totalement contre l’apparition de ces hubots dans la société, parce qu’ils prennent leur place de travail, ou bien les remplacent en tant que compagnon de vie dans certains cas. De ce point de vue, la série exprime certaines peurs actuelles vis-à-vis de la robotisation (en particulier concernant la diminution du nombre d’emplois qu’elle engendre et ce, malgré la facilitation de certaines tâches difficiles que la même robotisation permet).

D’autres protagonistes sont beaucoup plus accueillants vis-à-vis de ces robots et les acceptent sans difficulté. Ce qui est intéressant, à leur propos, c’est de voir comment ils arrivent à nouer des relations avec un hubot, en particulier des relations considérées comme humaines (amitié, amour), et comment ils arrivent à gérer, ou non, les problèmes engendrés par cette nouvelle relation humain-hubot. Le cas de l’adolescent qui tombe amoureux du hubot familial est particulièrement intéressant de ce point de vue, car ce personnage exprime un fantasme assez répandu, et la série innove (me semble-t-il) jusqu’au point de créer une nouvelle maladie psychique lié à l’attachement obsessionnel des humains aux hubots.

D’autres protagonistes encore sont sceptiques ou sans avis, et vont peu à peu se faire une opinion et établir une relation de collaboration ou de conflit avec les hubots. On peut là encore se retrouver dans ces personnages qui sont indécis vis-à-vis de ce nouveau phénomène. Cette série montre ainsi un panel très riche de personnages ayant des avis très divergents au départ et qui vont chacun évoluer dans leur relation au hubot. Chaque téléspectateur peut ainsi s’identifier à tel ou tel personnage, selon ses préférences, ou bien voir exprimés les différents aspects de son questionnement face à cette avancée technologique. Ce qui m’a plu dans cette série, c’est qu’elle n’était pas partisane de l’une ou l’autre position (me semble-t-il encore une fois), mais qu’elle essayait de décrire de la manière la plus nuancée possible les différentes réactions possibles face à l’arrivée des robots humanoïdes dans notre société, nous invitant à réfléchir sur la place que nous voulons laisser aux robots dans le futur.

Pour conclure

Ces quatre exemples montrent que les séries d’anticipation, au-delà du divertissement qu’elles constitutent, sont un véritable outil de réflexion sur la société actuelle et future. Elles forment en effet un excellent outil de visualisation des futurs possibles, nous permettant de nous projeter de manière virtuelle mais très concrète dans l’avenir. Par ailleurs, ces séries sont à la fois le miroir de nos angoisses actuelles et le reflet des valeurs auxquelles nous tenons. Elles permettent en tout cas de nous poser la question des valeurs que nous souhaitons transmettre et autour desquelles une société future pourrait être construite. Et en cela, elles sont un objet de réflexion philosophique et politique intéressant.


[1] Saison 2, épisode 2, 34’ : sur l’environnement, dont l’homme n’a pas pris suffisamment soin.

[2] Saison 2, épisode 13, 2’ : ce à quoi les individus sont réduits : un rôle très restreint : femme, mère, servante, martha, etc… et au final, prisonnier, prisonniers de leur fonction dans la société. Il y a une identification de l’individu à sa fonction dans la société, fonction qui lui est imposée et dont il ne peut se défaire. Dans ce passage on voit aussi l’importance du vêtement, qui renseigne sur la fonction de l’individu. Pas d’individualité possible.

Saison 2, épisode 13, 37’20 : nous avons tous un rôle à jouer.

[3] Saison 2, épisode 8, 13’30 : comment par les nouvelles habitudes, les nouveaux rituels, la société force les individus à renoncer à une part d’eux-mêmes. C’est une méthode pour se défaire des habitudes passées.

[4] En particulier, la mise en évidence du moment où le régime démocratique a pu basculer dans un régime totalitaire, peu à peu, et non du jour au lendemain, nous montre que le basculement est difficile à discerner. Il y a là un appel à la prudence face aux tendances politiques qui prennent le dessus actuellement dans différentes régions du monde.

[5] Saison 2, épisode 13, 3’ : le rôle que la société mise en place à Gilead donne à l’individu induit un certain comportement, et l’attitude que l’on attend des individus, selon leur rôle, devient peu à peu naturelle.

[6] Thibaud Zuppinger, « De la fonction de la dystopie dans l’imaginaire contemporain. Réflexions autour de La servante écarlate », Revue française d’éthique appliquée, 2018/2 (N° 6), p. 135-143. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-d-ethique-appliquee-2018-2-page-135.htm

[7] Sébastien Lefait, « ”It’s not a technological problem we have, it’s a human one”: Black Mirror ou la dystopie intégrée”, dans L’imaginaire en series I, Otrante, n° 42, Automne 2017, p. 127-128.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Vision(s) du Futur – Séries TV et anticipation". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 23 juillet 2020. Consulté le 21 septembre 2020. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/5462.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search