Face à face : que change la pandémie actuelle dans notre relation à l’autre ?

Cet article a déjà été publié sur le site iPhilo. J’ai repris la mise en page et intégré des liens et des images qui ne figurent pas dans la publication d’origine.


La crise sanitaire actuelle nous a poussé à vivre autrement, et un retour à la normale semble encore loin. Confinement, distance physique ou sociale, port du masque : quel est l’impact de la pandémie sur notre rapport à l’autre ? J’envisage dans les lignes qui suivent les conséquences de la crise sanitaire actuelle sur notre rapport à l’autre, à travers une série de questions parfois naïves, mais ancrées dans un quotidien bouleversé par de nouvelles habitudes, de nouveaux gestes, et de nouvelles contraintes.

  • Si le contact et la proximité avec les autres nous laissait généralement indifférents jusqu’à présent, cette proximité physique peut désormais créer une certaine angoisse voire une peur, une haine de l’autre. Pourquoi ?

Premièrement, les circonstances ont changé. Entre janvier 2020 et juillet 2020, le contexte est totalement différent.  La pandémie a mis en évidence un risque qui existait déjà, mais dont nous n’avions pas conscience. Certes, il y a d’autres maladies contagieuses auxquelles nous prêtons attention de manière ponctuelle (grippe, varicelle, rougeole, etc.), mais ces maladies ne changent pas aussi profondément notre rapport à l’autre.

La crise sanitaire que nous vivons a suscité une vague de peur, voire de panique. Et cette réaction émotionnelle extrêmement forte, parfois violente, a engendré, par la même occasion, un changement de regard sur l’autre. Dans un contexte anxiogène, l’autre est très rapidement réduit à une qualité, celle d’éventuel porteur de la maladie. On voit l’autre comme un danger potentiel, ce qui est très réducteur, et empêche toute rencontre. La rencontre avec l’autre devient tout simplement impossible !

Ce changement de regard sur l’autre vient d’une mise en évidence et d’un grossissement du risque, bien réel, de contamination par contact ou par proximité avec l’autre : on appuie, dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans le discours politique, sur le danger que représente la proximité avec l’autre. Psychologiquement, c’est très difficile de ne pas réagir à cela et de ne pas ressentir ces émotions qui modifient fondamentalement notre rapport à l’autre (peur, angoisse, etc.).

  • Pendant le confinement, le télétravail et les visioconférences sont devenus la norme, mais ne sont pas pour autant devenus la normalité. Pourquoi parler à distance, ne plus serrer la main ou ne plus se faire la bise ne semble pas naturel ?

La manière de se parler, la manière de se saluer font partie des gestes ou des comportements proches de la routine, souvent non réfléchis. Cette routine dépend d’ailleurs des régions du monde, et même d’un pays. Plus encore qu’une routine, ces gestes sont parfois un marqueur identitaire. Le fait de remettre en cause ces gestes naturels, ancrés en nous depuis tout petit, et transmis souvent de génération en génération, peut provoquer le sentiment d’être étranger chez soi.

Par ailleurs, les mesures de distanciation sociale et de protection liées à la pandémie ont provoqué la disparition d’un marqueur social fort : se faire la bise ou non, se serrer la main ou non, se prendre dans les bras ou non, sont des gestes qui marquent une relation sociale (famille, amis, collègues, inconnus, etc.). Ce marqueur social disparait, ce qui peut engendrer une certaine confusion.

Finalement, la disparition de ces repères provoque un changement d’habitudes toujours difficile : on sort de notre manière de faire habituelle, de notre routine, ce qui peut être déconcertant, et en tout cas gênant.

  • Certaines personnes ont besoin plus que d’autres du contact physique, alors que pour d’autres, cette proximité physique n’est pas nécessaire à la relation à l’autre. Est-ce que cela veut dire que nous ne sommes pas tous touchés de la même manière par la distanciation sociale ?

A mon avis, nous sommes tous touchés, dans une certaine mesure, par la situation exceptionnelle que nous vivons, et notre rapport à l’autre est nécessairement modifié, même si cela n’est pas aussi flagrant chez tout le monde.

L’être humain est en effet un être sociable. Pour l’empereur et philosophe stoïcien Marc Aurèle, l’homme est un être vivant sociable et raisonnable (Pensées, II, 1) ; de même pour Aristote, l’être humain est non seulement un être pensant, mais aussi un animal politique, c’est-à-dire vivant naturellement avec l’autre (La politique, I, 2). Pour ces philosophes, la relation à l’autre est ancrée dans la nature de l’homme. L’exemple du bébé, incapable de vivre et se développer seul, confirme ce besoin naturel chez l’être humain d’être entouré, de vivre avec l’autre. C’est ce point commun qui explique pourquoi, selon moi, nous sommes tous plus ou moins touchés par cette mise à distance forcée de l’autre.

Néanmoins, il existe, d’un individu à l’autre, des différences. Le besoin de l’autre peut être différent selon les âges de la vie (enfant/adulte/personne âgée), selon la personnalité (plus ou moins extravertie, c’est-à-dire tournée vers l’autre), et selon les circonstances (maladie, deuil, dépression, ou au contraire, mariage, naissance, etc.).

Pour terminer sur cette question, je dirais que la relation à l’autre peut prendre des formes différentes, et que le contact physique ou la distance physique ne suppriment pas totalement la relation à l’autre.

  • Dès le début du confinement, de nouveaux moyens de communication se sont imposés, que ce soit la visioconférence (via Zoom, Skype, etc.), de nouveaux rituels se sont imposés (les fameux skyperos ou coronanniversaires) pour pallier à l’absence de contact physique. Pourquoi ce besoin de trouver des moyens de rester en contact avec nos proches ou avec les autres pendant ce confinement ?

Des formes de contact alternatives sont effectivement apparues de manière spontanée pour pallier à cette absence de contact physique. Ces phénomènes confirment, effectivement, le besoin, naturel, d’être avec l’autre. C’est ce besoin qui nous a poussé à trouver des formes de contact différentes : téléphone, Skype, mail, réseaux sociaux, etc. Les moyens de communication, nombreux aujourd’hui, ont tous été sollicités, d’une manière ou d’une autre, et c’est heureux. Maintenant, les limites de ces moyens de communication ont également été mis en évidence, et le besoin de se retrouver physiquement s’est rapidement fait sentir, la présence physique de l’autre étant de nature différente et étant difficilement remplaçable, du moins sur le long terme.

  • Les mesures encore en vigueur à l’heure actuelle, plus de 4 mois après le début du confinement et les premières mesures de distanciation sociale, risquent de durer encore un certain temps. La proximité et le contact physique ont-ils disparaître ? Pourra-t-on à nouveau être proche les uns des autres ? Peut-on oublier la crise que nous traversons et revenir à nos habitudes d’avant ?

Les études de psychologie montrent qu’il faut environ deux mois en moyenne pour ancrer une habitude, même si cela peut prendre plus ou moins longtemps selon le type d’habitudes en question. Or, le confinement a duré plus de deux mois, le télétravail et les distances à respecter dans les lieux publics se poursuivent encore à l’heure actuelle. Il est possible, de ce fait, que certaines habitudes restent ancrées, une fois la pandémie passée.

Ce qui est certain, c’est que la proximité physique ne va pas pouvoir se rétablir tout de suite : la crainte, la peur, entretenue depuis plusieurs mois maintenant, va perdurer, du moins un certain temps, et chez une partie de la population.

Epictète, dans les Entretiens, conseille aux personnes souhaitant changer de mode de vie d’opposer à leurs anciennes habitudes des habitudes contraires (Entretiens, III, 12). Le changement d’habitudes passe par l’acquisition de nouvelles habitudes, qui viennent remplacer les premières. Or, les règles à respecter nous imposent de nouvelles habitudes : port du masque, distanciation sociale, méfiance à l’égard de l’autre, etc.

  • La bise, les poignées de mains ou les câlins peuvent-ils disparaître ou se transformer en autre chose ? Est ce qu’on va perdre ce rapport corporel à l’autre qu’on avait avant cette pandémie ? Est ce qu’on peut perdre cette chaleur humaine, ce sens du toucher, et changer profondément nos habitudes ?

Le contact physique sera peut-être plus restreint, se limitant aux amis proches et aux membres de la famille. Mais je ne pense pas que le contact physique puisse disparaître si facilement : le besoin de contact physique reste un besoin naturel. De nouveau, l’exemple du bébé est paradigmatique : il a besoin de ce contact physique pour grandir et se développer. Sans ce contact physique, il dépérit, et ne peut tout simplement pas se développer pleinement. Là encore, la psychologie du développement de l’enfant est très claire sur ce point.

  • Est ce qu’on peut assister après le confinement à un repliement sur soi-même, à des comportements individualistes pour éviter d’être proche les uns des autres (prendre sa voiture, ne plus aller au restaurant ou au concert) ?

Très certainement, la peur de l’autre, la crainte d’être contaminé ou de contaminer soi-même les autres personnes vont perdurer. Non seulement pour le coronavirus, mais pour d’autres maladies.

Il faut laisser du temps à tout le monde pour dépasser et prendre du recul sur cet épisode marquant de l’histoire récente : le temps va permettre à chacun de se défaire, progressivement, de cette peur, ou de cette crainte, ou bien de vivre avec.

De ce point de vue, la philosophie antique, encore une fois, peut être d’un grand secours : on ne peut pas vivre constamment avec la crainte de tomber malade ou la crainte de mourir. Il y a certaines vérités que cette crise va permettre peut-être, d’affronter : on ne peut pas éviter la souffrance, on ne peut pas éviter toutes les maladies, et on ne peut pas éviter de mourir. La philosophie stoïcienne nous apprend à affronter ces vérités et à affronter les craintes associées à ces vérités : se focaliser sur ce qui dépend de nous et accepter ce qui ne dépend pas de nous sereinement, avec courage, voilà, à mon avis, l’un des points positifs de cette crise. L’abondance d’articles puisant dans la sagesse stoïcienne pour faire face à cette crise montre également la pertinence de ce retour à la philosophie antique.

  • Comment les philosophes du passé ont-ils réagi face aux précédentes pandémies ? Que peut-on apprendre de leur attitude ?

Un exemple intéressant, développé par Donald Roberston dans un article publié récemment, est celui de Marc Aurèle face à la peste, au 2ème siècle après JC : Marc Aurèle, alors empereur de Rome, doit faire face à une épidémie qui dure 15 ans, et qui fait environ 5 millions de morts. Les parallèles avec les mesures de distanciation sociale actuelles sont intéressants : par exemple, Marc Aurèle établit l’impossibilité, pour les personnes les plus fragiles, les enfants notamment, de rentrer en contact avec les morts de leur famille, même proches.

Statue équestre de l’empereur Marc Aurèle, Musées capitolins de Rome

Les actions de Marc Aurèle face à l’épidémie de peste qui fait rage dans l’Empire à son époque montrent l’exemple d’une attitude rationnelle : entouré de Galien, médecin à la cour impériale, il l’encourage à étudier cette maladie de près. Les mesures recommandées s’expliquent par cet intérêt pour l’observation des symptômes de la maladie : ces mesures concernent avant tout les enterrements, dont les conditions doivent respecter certaines mesures d’hygiène. Marc Aurèle, par cette attitude rationnelle, s’oppose ainsi à la réaction traditionnelle des populations de l’époque face aux épidémies : l’opinion populaire, suivant le début de l’Iliade d’Homère, la peste serait en effet causée par la colère d’Apollon, et de nombreux sacrifices en l’honneur d’Apollon seraient donc nécessaires pour protéger les populations de la peste.

Mais ce qui marque Marc Aurèle, par-dessus-tout, dans cette pandémie, c’est le contact continu, quotidien, avec la mort. Et pour l’empereur, ce contact est une leçon philosophique : la pandémie nous rappelle notre condition mortelle, et que l’on doit faire face à cette réalité, qu’elle nous plaise ou non. La réponse, stoïcienne, de Marc Aurèle, à cette omniprésence de la maladie et de la mort est de rappeler la distinction fondamentale entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous : ce qui dépend de nous, c’est de bien vivre le temps qu’il nous reste à vivre.

Jules Elie Delaunay, Peste à Rome

Mar Aurèle, dans ses Pensées, pratique à de nombreuses reprises l’exercice de méditation de la mort, répétition qui prend tout son sens lorsque l’on remet l’écriture des Pensées dans son contexte historique. De même, l’exercice de la préméditation des maux, y compris de sa propre mort, permet de se préparer à ce dénouement inéluctable.

Ces exercices, répétés quotidiennement, permettent de diminuer la peur : visualiser sa propre mort pour diminuer la peur de la mort, qui, le plus souvent, nous empêche de bien vivre ; visualiser la mort de ses proches pour ne pas être effrayé à l’idée de les perdre. De même, pour Epictète, espérer que ses proches ne meurent pas, c’est comme espérer une figue en hiver (Entretiens, III, 24). Ne pas espérer ce qui n’est pas en notre pouvoir, ce qui ne dépend pas de nous, telle est la leçon essentielle du stoïcisme face à l’épidémie. La mort de nos proches fait partie des choses qui ne dépendent pas de nous et qu’il faut apprendre à accepter, malgré la douleur, naturelle, qu’elle provoque.

La deuxième leçon de Marc Aurèle concerne l’attitude de la personne malade. Une fois malade, quelle attitude adopter ? Faut-il se plaindre, gémir ? Craindre la mort ? Ou bien plutôt rester serein, faire tout ce qu’il faut pour guérir (Marc Aurèle, accompagné de Galien, prend ainsi un remède fortifiant, la thériaque, et reste autant que possible à la campagne, évitant, sur les conseils de Galien, les rues de Rome), en sachant que la mort est une possibilité. Il ne s’agit pas de ne rien faire, et d’attendre la mort sans prendre les précautions nécessaires pour éviter la maladie, mais de se rappeler que la maladie est une possibilité, et que la mort est une certitude. Ce qui dépend de nous, par contre, c’est de se préparer à l’affronter et notre manière d’affronter la maladie ainsi que la mort lorsqu’elles surviennent.

Luca Giordano, La mort de Sénèque


Crédits: Photo by Branimir Balogović on Unsplash; Photo by Florian Schmetz on Unsplash; Photo by Kate Trifo on Unsplash; Baby’s hand, par fruity monkey, Licence CC BY.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Face à face : que change la pandémie actuelle dans notre relation à l’autre ?". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 26 août 2020. Consulté le 25 octobre 2020. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/5486.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search