Introduction aux Entretiens d’Epictète

Dans ce nouvel article consacré à la philosophie stoïcienne, j’aimerais vous présenter l’oeuvre d’Epictète la moins connue: les Entretiens. Il s’agit d’une introduction à la lecture suivie de cet ouvrage qui débute au mois de juin sur le groupe Facebook de Stoa Gallica: pour un stoïcisme contemporain. Dans cette introduction, disponible également en vidéo, je reviens sur la biographie d’Epictète, et présente en détail la forme littéraire et le contexte éditorial des Entretiens, à partir, notamment, de la lettre dédicatoire d’Arrien à Lucius, qui précède le premier livre des Entretiens d’Epictète.

Présentation d’Epictète et des Entretiens

Présentation d’Epictète

Epictète (~50-~125-130) appartient à l’époque du stoïcisme impérial. D’un point de vue chronologique, il arrive après Sénèque (~-1-65) et précède Marc Aurèle (121-180).

Notre connaissance de la vie d’Epictète vient des Entretiens, et des détails biographiques qui s’y trouvent, et de quelques témoignages ultérieurs (Lucien, Aulu-Gelle, Simplicius). Nous avons beaucoup d’incertitudes (bien plus que pour les vies de Sénèque et Marc Aurèle, par exemple), mais voici ce que nous savons.

Né à Hiérapolis (Phrygie), Epictète fut l’esclave d’Epaphrodite, un maître tyrannique proche de Néron qui l’emmena à Rome et n’hésitait pas à le maltraiter. Une anecdote raconte que torturé par son maître, il commença par le prévenir que sa jambe allait casser. La torture continuant, il se contenta de dire à son maître que la jambe était cassée. A Rome, alors qu’il est toujours esclave, il suit les cours du philosophe stoïcien Musonius Rufus. A la mort de son maître, il est affranchi et commence à enseigner lui-même la philosophie, à Rome. En 94, il doit fuir Rome suite à un édit de l’empereur Domitien bannissant les philosophes de la péninsule italienne. Exilé à Nicopolis (Epire), il y fonde une école stoïcienne, très fréquentée et renommée, où il enseigne jusqu’à sa mort. Parmi ces nombreux élèves et auditeurs, on trouve Arrien de Nicomédie, l’auteur du Manuel et des Entretiens d’Epictète. L’enseignement d’Epictète prend la forme de discussions, à partir de la lecture d’un texte stoïcien (que ce soit un texte de Chrysippe ou de Zénon) et des questions des auditeurs. Il mène une vie simple et frugale. Il vit seul une grande partie de sa vie, mais devenu vieux, il accueille chez lui un enfant dont les parents ne pouvaient plus s’occuper et sa nourrice. On a une assez bonne idée de son aspect extérieur : « un vieillard boiteux aux cheveux blancs, qui porte la barbe et le manteau du philosophe, mais se présente toujours propre et soigné, pour ne pas déranger les gens avec qui il se trouve »[1].

Le Manuel et les Entretiens d’Epictète

Epictète n’ayant rien écrit, ces deux textes écrits par Arrien de Nicomédie sont donc la source principale de notre connaissance de son enseignement.

Le Manuel d’Epictète

Arrien, le disciple d’Epictète (50-130 env.), reprend dans ce texte l’enseignement de son maître sous une forme abrégée. Le Manuel propose une série de conseils pratiques pour mener une vie droite, c’est-à-dire conforme à la raison ou au logos. C’est un condensé de l’enseignement d’Epictète, qui met en particulier l’accent sur l’éthique, qui est au centre des considérations des auteurs stoïciens de l’époque impériale.

Les Entretiens

Les Entretiens sont une retranscription par Arrien des propos tenus par Epictète à ses élèves au cours de son enseignement à Nicopolis. Plus précisément, il s’agit de la deuxième partie de l’enseignement d’Epictète. L’enseignement d’Epictète se divisait en effet en deux parties :

  • Une première partie théorique et technique, qui prend la forme d’un commentaire de texte, par le maître ou par un élève (explication d’un texte de Zénon ou Chrysippe). Certains chapitres des Entretiens retranscrivent une partie de cet exposé théorique du maître[2], qui précède la diatribe, c’est-à-dire la deuxième partie de l’enseignement d’Epictète.
  • La diatribe (diatribai) : un moment de discussions libres entre le maître et ses élèves, pour approfondir les problèmes soulevés dans la première partie du cours, et pour discuter de l’actualité de ces problèmes, de la mise en œuvre des principes présentés de manière théorique dans la première partie. Il s’agit, dans cette deuxième partie du cours, de mettre en pratique les leçons de la première partie. Il s’agit d’actualiser les doctrines anciennes (de Zénon et de Chrysippe) afin de les mettre en pratique dans nos propres vies. La diatribe a une fonction protreptique très forte : le but de cette conversation entre Epictète et ses élèves est d’exhorter, d’entraîner l’élève à suivre le mode de vie stoïcien, c’est-à-dire à vivre en stoïcien.

Ce sont précisément ces diatribes ou ces entretiens entre Epictète et ses élèves qu’Arrien de Nicomédie a retranscrits. Des 8 livres écrits par Arrien, il nous en reste 4.

Contrairement au Manuel, qui a bénéficié d’une large diffusion, les Entretiens d’Epictète son moins connus. Ils donnent pourtant une vision plus complète du stoïcisme d’Epictète. On y trouve en effet de nombreux développements, une foule d’exemples et d’explications des principes exposés de manière abrégée dans le Manuel. Les Entretiens mettent non seulement l’accent sur la mise en œuvre des principes stoïciens, mais ils permettent d’aborder des problématiques et des aspects de la vie quotidienne qui ne sont pas développés ailleurs (si ce n’est, peut-être, dans les Entretiens de Musonius Rufus, le maître d’Epictète, texte qui appartient également au genre de la diatribe). Dans les Entretiens, Epictète dialogue ainsi avec ses élèves de tous les sujets. Une lecture en diagonale des titres de chapitres des quatre livres qui nous sont parvenus en est la preuve : Des choses qui dépendent de nous et de celles qui n’en dépendent pas (Livre I, chapitre 1), Quelle attitude faut-il avoir vis-à-vis des tyrans (I, 19), Sur l’absence de trouble (II, 2), Comment il faut combattre ses représentations (II, 18), Sur l’absence de crainte (IV, 7). Ces quelques titres n’ont rien de surprenant et rappelleront aux lecteurs familiers de la philosophie stoïcienne les thèmes majeurs du stoïcisme. Mais les Entretiens ont également l’intérêt d’aborder des sujets moins communs, et pourtant particulièrement intéressant pour celui qui souhaite vivre en philosophe, au quotidien : A l’homme qu’on surprit un jour en délit d’adultère (II, 4), A l’homme qui avait pris parti au théâtre de façon inconvenante (III, 4), A ceux qui lisent et discutent pour parader (III, 23), Contre les gens disputeurs et brutaux (IV, 5), De la propreté (IV, 11), etc. La liste est encore longue.

En ce qui concerne le contenu, le style d’écriture et le ton des Entretiens, le caractère protreptique de la diatribe explique tout d’abord les nombreuses répétitions. Les différents chapitres peuvent être considérés comme des variations sur des thèmes finalement peu nombreux, mais développés dans des contextes différents, pour faire face à des situations variées de la vie quotidienne. Parmi ces thèmes, on retrouve, par exemple, la liberté intérieure, la distinction entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous, l’indifférence à l’égard des choses extérieures, l’assentiment au destin, le lien entre vertu et bonheur, la parenté de l’homme avec Dieu, etc.

Le caractère protreptique des Entretiens, dont le but est d’exhorter les élèves à vivre en stoïcien, explique également le recours aux exemples, que ce soit l’exemple de Socrate, de Diogène, de Zénon, ou encore aux exemples mythologiques d’Ulysse et Hercule.

Enfin, le caractère protreptique des Entretiens explique l’élan et la variété du ton que l’on trouve dans ce texte, comme le note R. Müller : « souvent chaleureux, fortement empreint d’un sentiment d’urgence et de la conviction qui animait Epictète de l’importance de sa tâche, il peut être sarcastique parfois, voir brutal (rappelant en cela le style de la diatribe cynique), et même lyrique en quelques occasions »[3].

Le but de l’ouvrage : lecture de la lettre dédicatoire

Dans une lettre dédicatoire adressée à Lucius et précédant le premier livre des Entretiens, Arrien revient sur le contexte éditorial de ce texte. Il revient notamment sur le genre ou la forme littéraire des Entretiens, son lien avec l’enseignement d’Epictète, dont il retranscrit les propos le plus fidèlement possible :

Arrien à Lucius, salut.

Je n’ai pas donné à ces Propos d’Epictète (oi Epiktêtou logoi) la forme littéraire qu’on donnerait aux ouvrages de ce genre, et je ne les ai pas non plus livrés au public en mon nom puisque je n’affirme même pas que j’ai fait œuvre littéraire. Mais tout ce que j’ai entendu de la bouche d’Epictète, j’ai essayé de le transcrire dans ses propres termes, autant que possible, afin de me conserver pour l’avenir des souvenirs (upomnêmata) de sa pensée et de son franc-parler. Ces propos sont donc, comme il est naturel, du genre de ceux qu’on peut tenir spontanément à autrui, et ne ressemblent pas aux compositions littéraires destinées à de futurs lecteurs. Cela étant, je ne sais comment, contre mon gré et à mon insu, ils sont tombés entre les mains du public[4].

Non seulement Arrien annonce ici qu’il a retranscrit le plus fidèlement possible la pensée d’Epictète, mais aussi sa manière d’enseigner. On retrouve dans ce texte les caractéristiques des propos d’Epictète : son franc-parler, sa spontanéité. En bref, les Entretiens reflètent les discussions qui pouvaient avoir lieu à Nicopolis, dans l’école d’Epictète, en particulier ans la deuxième partie de ses cours.

Dans la suite de la lettre, Arrien annonce également le but de l’ouvrage : entraîner les lecteurs vers ce qu’il y a de meilleur, c’est-à-dire, en d’autres termes, vers un choix de vie philosophique. Tel était, en effet, le but de l’enseignement d’Epictète, et tel est le but de cet ouvrage : exhorter ses lecteurs, persuader ses lecteurs de vivre en philosophe.

Pour ce qui me concerne, cela n’a pas grande importance que je me montre incapable de faire œuvre littéraire, et pour Epictète cela n’en a aucune que l’on mérpise ses propos puisque aussi bien, quand il parlait, son seul désir, de toute évidence, était d’entraîner l’esprit de ses auditeurs vers ce qu’il y a de meilleur. Si donc les Propos qui suivent produisent précisément cet effet, on peut dire, je pense, qu’ils ont les qualités que doivent avoir les propos des philosophes. Dans le cas contraire, que ceux qui les ont entre les mains sachent du moins que, lorsqu’il parlait en personne, l’auditeur ne pouvait s’empêcher d’éprouver exactement ce qu’Epictète oulait lui faire éprouver. Et si les présents propos ne produisent pas par eux-mêmes cet effet, peut-être en suis-je responsable, peut-être aussi est-il nécessaire qu’il en soit ainsi.

Porte-toi bien[5].

Dans la deuxième partie de cette lettre, Arrien insiste sur l’effet des propos d’Epictète sur l’auditeur (un effet psychagogique, propre à toucher l’âme de celui qui écoute), mais aussi, potentiellement, sur le lecteur des Entretiens. Tel est l’effet recherché par Epictète et par Arrien après lui : persuader le lecteur de tourner son esprit vers ce qu’il y a de meilleur, convertir le lecteur au mode de vie philosophique.

Et en effet, la lecture des Entretiens nous interpelle, aujourd’hui encore, elle bouscule nos certitudes et nos habitudes. Tel est, précisément, l’effet recherché par Epictète, à la suite de son maître, Musonius Rufus, dont le style d’enseignement était proche de celui d’Epictète. Dans les Entretiens, Epictète nous livre ce témoignage concernant l’enseignement de Musonius Rufus, qui fait largement écho à la lettre dédicatoire que je viens de lire :

« Est-ce qu’un philosophe invite les gens à venir l’écouter ? […] ‘‘Je t’invite à venir entendre que tu vas mal, que tu te soucies de tout plutôt que de ce dont tu devrais te soucier, que tu ne sais pas ce que sont le bien et le mal, que tu es malheureux et malchanceux.’’ Belle invitation ! Et pourtant, si les paroles du philosophe ne produisent pas cette prise de conscience, elles sont mortes, et leur auteur avec elles. Rufus avait l’habitude de dire : ‘‘Si vous avez le loisir de faire mon éloge, c’est que je ne dis rien qui vaille.’’ C’est pourquoi il parlait de telle façon que chacun de nous qui étions assis près de lui croyait que quelqu’un lui avait révélé nos défauts, tellement il touchait juste en parlant de ce qui nous arrivait, tellement bien il mettait devant les yeux de chacun ses propres maux[6]. »

C’est dans cette perspective que je vous invite à lire les Entretiens d’Epictète.

Lecture suivie des Entretiens d’Epictète

Dès la première semaine du mois de juin, je vous propose, avec Jérôme Robin, membre de Stoa Gallica, une lecture suivie des Entretiens d’Epictète, au rythme d’un chapitre par semaine. Chaque semaine, à vous de lire individuellement un chapitre du premier livre des Entretiens, et de venir en discuter librement sur le groupe Facebook Stoa Gallica. Pour un stoïcisme contemporain. À la fin de chaque semaine une publication sera créée pour chaque chapitre afin d’y regrouper toutes les discussions, questionnements ou commentaires suscités par la lecture de chaque chapitre. Le premier livre des Entretiens comprenant 30 chapitres, cette lecture suivie durera jusqu’à fin 2021.

D’un point de vue pratique, nous vous recommandons la traduction française de Robert Muller, parue aux éditions Vrin en 2015. C’est en tout cas celle que Jérôme et moi utiliserons pour répondre à vos questions et commenter ensemble cet ouvrage essentiel et trop peu connu du stoïcisme impérial.

Pour aller plus loin

Voici quelques ressources supplémentaires pour approfondir votre connaissance d’Epictète et des Entretiens. Ce sont ces ressources que j’ai utilisées principalement pour réaliser cette vidéo.

  • Théodore Colardeau, Etude sur Epictète, Paris, Encre Marine, 2004, p. 9-35 [1ère édition en 1903].
  • Pierre Hadot, « L’enseignement d’Epictète », dans Introduction aux Pensées de Marc Aurèle, Paris, Fayard, 1997, p. 107-118.
  • Pierre Hadot, « Introduction », dans Manuel d’Epictète, Paris, Livre de poche, 2000, p. 11-36.
  • Ilsetraut Hadot et Pierre Hadot, Apprendre à philosopher dans l’Antiquité, Paris, Le livre de poche, 2004, p. 13-21.
  • Robert Muller, « Introduction », dans Epictète, Entretiens. Fragments et sentences, Paris, Vrin, 2015, p. 9-19.

[1] P. P. Fuentes Gonzalez, « Epictète », dans R. Goulet, Dictionnaire des philosophes antiques, tome III, Paris, CNRS Editions, 2000, p. 117.

[2] Epictète, Entretiens, II 1, 1-7 ; II 19, 1-4.

[3] R. Müller, « Introduction », dans Epictète, Entretiens. Fragments et sentences, Paris, Vrin, 2015, p. 17.

[4] Epictète, Entretiens, lettre dédicatoire, 1-4, trad. R. Muller, Paris, Vrin, 2015.

[5] Epictète, Entretiens, lettre dédicatoire, 5-8, trad. R. Muller, Paris, Vrin, 2015.

[6] Epictète, Entretiens, III, 23, 27-29, trad. R. Muller, Paris, Vrin, 2015.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Introduction aux Entretiens d’Epictète". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 18 mai 2021. Consulté le 24 juin 2021. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/5528.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 juin 2021

    […] cours sur le groupe Facebook de l’association Stoa Gallica. Ce commentaire fait suite à mon introduction aux Entretiens d’Epictète publiée au mois de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search