Assumer son rôle (Epictète, Entretiens I, 2)

Dans ce billet, je vous propose de commenter le chapitre 2 du premier livre des Entretiens d’Epictète, chapitre intitulé « Comment on peut, en toute circonstance, sauvegarder le rôle qu’on assume » (Πῶς ἄν τις σῴζοι τὸ κατὰ πρόσωπον ἐν παντί). Ce commentaire, également disponible en vidéo, a été réalisé dans le cadre de la lecture suivie de cet ouvrage en cours sur le groupe Facebook de l’association Stoa Gallica. Ce commentaire fait suite à mon introduction aux Entretiens d’Epictète publiée au mois de mai.

Livre I, chapitre 2 : Comment on peut, en toute circonstance, sauvegarder le rôle qu’on assume (Πῶς ἄν τις σῴζοι τὸ κατὰ πρόσωπον ἐν παντί).

Dans cet entretien consacré à la discipline de l’action, Epictète évoque les différents rôles que nous devons assumer dans notre existence, et la manière dont ces rôles doivent guider notre conduite, en toute circonstance (ἐν παντί).

Parmi ces rôles, il en est un qui découle de la nature de l’être humain et qui est partagé par l’humanité tout entière. Ce rôle, en tant qu’être doué de raison (Τῷ λογικῷ ζῴῳ), c’est celui d’être raisonnable, c’est-à-dire de vivre de manière conforme au logos. Epictète oppose ici ce qui est raisonnable ou conforme au logos (τὸ εὔλογον) avec ce qui n’est pas raisonnable ou dépourvu de logos (τὸ ἄλογον). Et ce qui distingue ces deux choses, pour Epictète, c’est le fait d’être supportable ou non. Ce qui est conforme au logos est supportable. Ce qui est dépourvu de logos ne l’est pas.

Il existe, en effet, une propension naturelle de l’être humain, en tant qu’il est un être doué de raison, à rechercher ce qui est conforme à la raison et à fuir ou rejeter ce qui est contraire à la raison. Nous avons, pour Epictète, les prénotions (πρόληψιν) de ce qui est raisonnable et de ce qui ne l’est pas, ce qui explique cette attirance naturelle pour l’un et cette aversion naturelle envers l’autre. Mais comment appliquer ces prénotions, comment appliquer aux circonstances particulières de la vie quotidienne cette distinction entre ce qui est conforme au logos et ce qui ne l’est pas ? C’est la difficulté soulevée par Epictète dans cet entretien. Et pour répondre à cette question, pour résoudre cette difficulté, Epictète nous dit qu’il faut prendre en compte le rôle que chacun assume (τὸ πρόσωπον ἑαυτοῦ ἕκαστος).

Qu’est-ce qu’un rôle ? Le terme prosôpon, utilisé ici par Epictète pour désigner le rôle que chacun assume fait référence au masque porté par les acteurs de théâtre antique et, par extension, au rôle ou au personnage de théâtre, mais aussi, plus largement, à la personne, avec son caractère et son individualité (la personnalité). Cette image théâtrale n’est pas seulement présente chez Epictète, mais se retrouve également chez le stoïcien Panétius de Rhodes, dont Cicéron reprend les propos dans son traité Des devoirs (I 107 et 115). Cicéron, dans ce texte, nous dit que chacun d’entre nous, dans la vie quotidienne, est comparable à un acteur ayant 4 rôles : l’un de ces rôles nous est commun, c’est celui d’être raisonnable, qui découle du fait que nous participons tous à la raison. Le deuxième rôle est propre à chacun d’entre nous, c’est celui d’un individu singulier, ayant des qualités et des défauts singuliers (tant au niveau des qualités corporelles que des qualités intellectuelles ou, pour reprendre les termes de Cicéron, les qualités de l’âme). A cet égard, nous avons tous un rôle différent, lié à notre complexion individuelle. Le troisième rôle, c’est celui que nous impose le destin, celui que certains hasards ou les circonstances nous imposent (la condition d’esclave d’Epictète, par exemple, ou bien la richesse héritée par Sénèque ; aujourd’hui, nous pourrions parler de notre condition sociale, du moins à la naissance). Le quatrième rôle, enfin, est celui que nous choisissons d’être, c’est le rôle que nous voulons jouer. Or, nous dit Cicéron, « cela dépend de notre volonté » (Cicéron, Des Devoirs, I, 115). Certains seront philosophes, d’autres rhéteurs, d’autres avocats, d’autres encore poètes, et chacun peut développer, dans ses activités propres, la ou les vertus dans lesquelles il a choisi d’exceller.

On voit bien, à travers cette théorie stoïcienne des 4 rôles ou des 4 personnages que nous jouons dans notre existence, qu’il y a certains rôles qui nous échappent, ou plutôt, qui ne sont pas issus d’un choix individuel (c’est le cas du 1er et du 3e rôle, liés à notre condition d’être raisonnable et aux circonstances extérieures), mais il y a aussi la place, pour les stoïciens, pour un rôle ou un personnage singulier, en lien avec nos qualités propres et en lien avec notre volonté propre d’exercer telle ou telle activité.

Mais revenons au texte d’Epictète et à la manière dont il répond à la question posée. L’un des rôles que nous devons assumer, en tant qu’être doué de raison, c’est précisément celui d’être raisonnable. C’est le premier rôle mentionné par Cicéron dans son traité Des Devoirs. Mais il y a d’autres rôles, nous dit Epictète, que nous pouvons assumer au cours de notre existence. Epictète met en garde, à travers deux exemples (celui du vase de nuit et celui d’Agrippinus) contre la tentation d’accorder aux choses extérieures une importance trop grande, de sorte qu’elles guident le rôle que nous choisissons d’assumer, en contradiction, souvent, avec le rôle que je dois assumer en tant qu’être doué de raison.

L’exemple d’Helvidius Priscus développé par Epictète aux § 19 à 24 est pour moi le plus parlant. Helvidius Priscus est un sénateur, opposant politique de Vespasien, et disciple des stoïciens. Face aux menaces de l’empereur, qui lui demande de ne pas se rendre au Sénat, Helvidius décide d’y aller tout de même et de jouer son rôle de sénateur, quoi qu’il advienne, car tel est précisément, son rôle. Il est de son devoir, en tant que sénateur, de se présenter au Sénat. Lorsqu’on lui demande ensuite de garder le silence au Sénat, de nouveau, Helvédius répond qu’il parlera si on lui demande son avis, car il est de son devoir, en tant que sénateur, de dire ce qui lui parait juste, même si cela ne plaît pas à l’empereur, et même si cela doit le mener à la mort. Helvédius, dans la réponse qu’il donne, distingue, comme on l’a vu dans le chapitre 1, ce qui dépend de moi et ce qui ne dépend pas de moi. Ce qui ne dépend pas de lui, dans cette circonstance particulière, c’est le fait d’être mis à mort ou d’être condamné à l’exil pour avoir rempli son devoir de sénateur. Mais ce qui dépend de lui, c’est de mourir sans trembler ou de s’en aller sans s’affliger (I 1, 21).

Epictète conclut cet exemple en rappelant l’intérêt de ce geste d’Helvédius : tout d’abord, pour Helvédius, le fait d’assumer son rôle lui apporte la satisfaction, le sentiment du devoir accompli ; ensuite, l’exemplarité de sa conduite est utile pour les autres (I 1, 23), puisque son attitude rappelle à toutes les personnes qui en sont témoin ce qui dépend de nous : assumer notre rôle, qui, dans ce cas particulier, est celui de sénateur, mais aussi et surtout d’être raisonnable, poursuivant la justice dans toutes les circonstances, en fonction du rôle qui lui est propre.

Un autre exemple est celui d’Epictète lui-même, qui, en tant que philosophe, refuse qu’on lui coupe la barbe, signe distinctif des philosophes, et serait prêt à mourir pour défendre cette position. Cet exemple est surprenant, car pour moi, la barbe ne fait pas partie de ce qui distingue les philosophes des non-philosophes, mais sa disposition intérieure uniquement. J’y vois une contradiction avec la distinction entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous, le corps et notre apparence extérieure faisant partie, précisément, de ce qui ne dépend pas de nous.

Dans la suite de l’entretien, au paragraphe 30, Epictète revient à la question initiale : comment savoir ce qui est conforme à notre rôle, dans telle ou telle circonstance ? Epictète rappelle alors l’importance de la connaissance de soi, la conscience des aptitudes qui sont les nôtres. C’est cette conscience (συναίσθησις) de nos propres forces et faiblesses qui doit guider nos actions, c’est-à-dire notre capacité à choisir puis à assumer tel ou tel rôle. Pour prendre un exemple concret, tout le monde ne possède pas les qualités nécessaires pour s’engager en politique, mais si j’ai les qualités nécessaires et que je fais le choix de m’engager en tant qu’homme politique, je dois assumer ce rôle que j’ai choisi, à l’exemple d’Helvédius Priscus.

Au paragraphe 32, Epictète ajoute un nouvel élément, qui était déjà présent dans le premier chapitre du livre I des Entretiens : c’est le fait qu’il faut se préparer à exercer les différents rôles que l’on choisit d’assumer. On ne devient pas généreux tout d’un coup (ἄφνω), nous dit Epictète. Il faut se préparer (παρασκευήν), et c’est le même terme utilisé par Epictète au chapitre 1 pour désigner la préparation nécessaire, à travers l’exercice répété de la distinction entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous.

Pour renforcer cette idée de préparation nécessaire à l’exercice de notre faculté de la raison et à la mise en œuvre de notre rôle, Epictète utilise ici l’image des troupes de soldats qui continuent de s’exercer pendant l’hiver, quand les campagnes militaires sont suspendues, pour se préparer aux campagnes militaires à venir, le printemps suivant.

De même, l’éducation doit nous permettre de développer les aptitudes dont nous avons besoin pour assumer les différents rôles que nous choisirons ou que nous devrons assumer tout au long de notre vie.

Mais il est un rôle, pour Epictète, que nous ne pouvons pas refuser d’assumer, c’est celui d’être doué de raison. C’est ce rôle qu’Epictète rappelle, à la fin de l’entretien, en revenant sur la faculté de choix (τὴν σεαυτοῦ προαίρεσιν), qui était au cœur du chapitre 1. Peu importe nos aptitudes, qui ne sont peut-être pas celles de Socrate ou d’Epictète, nous ne devons pas renoncer à prendre soin (τῆς ἐπιμελείας) de notre faculté de choix. Parmi tous les rôles que nous pouvons choisir d’assumer, en fonction de nos aptitudes, il en est un que nous devons assumer jusqu’au bout, malgré nos faiblesses : celui d’être doué de raison.

Je vous souhaite une bonne lecture du prochain chapitre des Entretiens, qui porte sur notre parenté avec le divin, et surtout, portez-vous bien !

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Assumer son rôle (Epictète, Entretiens I, 2)". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 17 juin 2021. Consulté le 23 octobre 2021. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/5551.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 août 2021

    […] [3] Sur l’importance de ces rôles et les devoirs qui sont liés à ces différents rôles que nous devons assumer, voir mon commentaire du chapitre 2 : Maël Goarzin, « Assumer son rôle (Epictète, Entretiens I, 2) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 17 juin 2021. Consulté le 27 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5551. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search