Philosophie vs carrière politique (Epictète, Entretiens, I, 10)

Je suis très heureux de vous retrouver et de poursuivre avec vous ce commentaire du livre I des Entretiens d’Epictète. Aujourd’hui, on va s’intéresser au chapitre 10, et à ceux qui veulent faire carrière à Rome. Si ces personnes sont données en exemple par Epictète, ce n’est pas pour les honneurs et le statut social qu’elles visent, mais pour le zèle dont elles font preuve pour parvenir à leur objectif. C’est ce même zèle, cette même ardeur que les élèves d’Epictète devraient montrer pour l’apprentissage de la philosophie.

Ce commentaire, également disponible en vidéo, a été réalisé dans le cadre de la lecture suivie de cet ouvrage en cours sur le groupe Facebook de l’association Stoa Gallica. Ce commentaire fait suite à mon introduction aux Entretiens d’Epictète publiée au mois de mai.

Livre I, chapitre 10 : A ceux qui mettent tout leur zèle à faire carrière à Rome (Πρὸς τοὺς περὶ τὰς ἐν Ῥώμῃ προαγωγὰς ἐσπουδακότας)

Dans ce chapitre assez court, Epictète s’adresse ainsi aux élèves qui suivent son enseignement à Nicopolis[1], et les encourage à diriger leurs efforts dans la bonne direction :

« Si pour accomplir la tâche qui est la nôtre nous avions déployé autant d’efforts que les sénateurs à Rome pour les affaires qui leur tiennent à cœur, peut-être obtiendrions-nous quelque résultat nous aussi » (I, 10, 1).

Tout au long de ce chapitre, qui répète à plusieurs reprises cette idée assez simple, Epictète donne en exemple le zèle ou l’ardeur de ceux qui désirent faire une carrière politique à Rome. Ces hommes sont prêts, dit-il, à tous les sacrifices, à tous les efforts, pour obtenir une charge honorifique (I, 10, 2-6). Et pour Epictète, ses élèves devraient prendre exemple sur ces hommes et faire preuve du même zèle, non pas pour entreprendre une carrière politique à Rome, non pas pour obtenir les honneurs et les richesses que ces hommes poursuivent, mais pour « accomplir la tâche qui est la nôtre » (τὸ ἔργον τὸ ἑαυτῶν).

 

Cette tâche, c’est le métier d’homme, c’est la vie conforme à la raison dont Epictète nous parle depuis le début des Entretiens, et dont les premiers chapitres nous ont donné un premier aperçu : prendre soin de ce qui dépend de nous par un bon usage de nos représentations (I, 1)[2], assumer notre rôle d’être doué de raison en agissant de manière raisonnable (I, 2)[3], rester digne de notre parenté divine en agissant de manière conforme au logos (I, 3 et 9)[4], progresser dans la discipline des désirs (I, 5)[5], ou encore contempler et comprendre le monde dans lequel nous vivons pour accepter et louer la providence (I, 6)[6]. Et Epictète regrette beaucoup que ses jeunes élèves manquent d’ardeur et de zèle pour les études et la pratique de la philosophie, car ils seraient alors un bel exemple pour tous, y compris pour lui-même (I, 10, 12-13) ! Epictète n’hésite pas, en effet, à avouer sa difficulté, lorsqu’il se réveille, le matin, à préparer son cours et à ne pas se rendormir (I, 10, 8). La motivation de ses élèves, par opposition, l’aiderait à se mettre au travail avec ardeur, chaque jour.

Si Epictète prend en exemple le zèle des hommes politiques, il s’empresse de rappeler à ses élèves la moindre importance des affaires politiques par rapport à la philosophie. Les paragraphes 9 à 11 visent précisément à comparer ces deux activités, non plus en fonction du zèle que chacun y met (on y vu qu’à partir de ce critère, les homems politiques avaient un net avantage sur les philosophes), mais en considérant l’importance de l’activité elle-même : « en quoi les activités des gens de là-bas sont-elles semblables aux nôtres ? », demande en effet Epictète (I, 10, 9) ? Et quelle activité exige le plus de zèle ?

Même s’il ne répond pas directement à ces questions, préférant poser un ensemble de questions rhétoriques, sa réponse est assez claire : il y a bien une différence, pour Epictète, entre les « petites » affaires politiques  et les « petits profits » qui prennent place à Rome d’une part (que ce soit pour l’exportation d’une « petite quantité de blé » ou bien pour la possession d’un « petit champ ») et la philosophie d’autre part, dont l’objectif est d’examiner l’organisation du monde (ἡ τοῦ κόσμου διοίκησις) et la place que l’on y occupe en tant qu’animal doué de raison (τὸ λογικὸν ζῷον)[7], d’examiner sa nature et le rôle que nous devons assumer en fonction de celle-ci (I, 10, 10). En d’autres termes, en quoi consistent pour moi le bien et le mal (τὸ ἀγαθὸν καὶ τὸ κακόν), étant donné ma nature ? C’est ce type d’examen et ce type de questions que la philosophie d’Epictète prend en charge.

« Est-il pareillement honteux de négliger l’une et l’autre ? » (I, 10, 11)

Une fois encore, nous avons affaire à une question rhétorique. Epictète ne répond pas, mais force est de constater, à la lecture des Entretiens d’une part, et par l’usage répété des diminutifs d’autre part, que les petits profits (περί τινων προκοπῶν τοιούτων) réalisés par les hommes d’affaires et les hommes politiques ont peu de valeur à côté du véritable progrès, le progrès philosophique, qui faisait l’objet, précisément, du chapitre 5 (περὶ προκοπῆς). Et la comparaison n’est pas fortuite, puisqu’il s’agit, au chapitre 5 comme ici, du même terme (προκοπή), utilisé pour désigner deux types de progrès ou de profits totalement différents.

Je terminerai cette vidéo un peu plus courte que d’habitude, en précisant qu’Epictète n’a pas pour but, ici, de détourner définitivement ses élèves de l’action politique. D’autres passages des Entretiens montrent au contraire à quel point Epictète prend soin, dans ses cours, de préparer ses élèves à mettre en pratique les principes de la philosophie stoïcienne en dehors de l’école, y compris et peut-être surtout lorsque ses élèves souhaitent s’engager dans la vie politique romaine[8]. La vie à l’école n’est pas une fin en soi, pour Epictète, il en est bien conscient, mais c’est une préparation, un entraînement pour ce qui suit, y compris pour la vie mondaine qui attend ses élèves en partance pour Rome.

« Eh quoi ? Suis-je en train de dire que l’être vivant n’est pas fait pour l’action ? Loin de moi cette idée ! » (I, 10, 7), affirme Epictète. Mais puisque ses élèves ne montrent pas l’ardeur et le zèle espéré, c’est vers l’étude et la pratique de la philosophie que leur professeur dirige ses élèves, pour le moment…

C’est tout pour aujourd’hui, je vous souhaite une bonne lecture des Entretiens, une très bonne journée et surtout, portez-vous bien !


[1] Sur le contexte scolaire des Entretiens d’Epictète, je vous renvoie à l’introduction publiée au mois de mai : Maël Goarzin, « Introduction aux Entretiens d’Epictète ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 18 mai 2021. Consulté le 10 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5528.

[2] Maël Goarzin, « Ce qui dépend de nous (Epictète, Entretiens, I, 1) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 10 juin 2021. Consulté le 11 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5546.

[3] Maël Goarzin, « Assumer son rôle (Epictète, Entretiens I, 2) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 17 juin 2021. Consulté le 11 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5551.

[4] Maël Goarzin, « De la parenté divine (Epictète, Entretiens I 3) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 23 juin 2021. Consulté le 11 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5557. Voir aussi « Des conséquences de notre parenté avec le dieu (Epictète, Entretiens I, 9) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 6 août 2021. Consulté le 11 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5606.

[5] Maël Goarzin, « Des conséquences de notre parenté avec le dieu (Epictète, Entretiens I, 9) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 6 août 2021. Consulté le 11 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5606.

[6] Maël Goarzin, « De la providence (Epictète, Entretiens I, 6) ». Publié sur Comment vivre au quotidien ? le 30 juillet 2021. Consulté le 11 août 2021. Lien : https://biospraktikos.hypotheses.org/5597.

[7] Sur cet enjeu de la physique stoïcienne, voir aussi Epictète, Entretiens, I, 6.

[8] Sur cet enjeu important de l’enseignement d’Epictète, je vous conseille la lecture de l’ouvrage de Théodore Colardeau, Etude sur Epictète, La Versanne, Encre marine, 2004, chapitre 5, p. 165-195.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Philosophie vs carrière politique (Epictète, Entretiens, I, 10)". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 13 août 2021. Consulté le 4 décembre 2021. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/5619.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search