Mon discours de soutenance

Vous trouverez ci-dessous la présentation de ma thèse de doctorat prononcée à l’occasion de la soutenance de thèse le 11 décembre 2021 à Paris. Spoiler: la soutenance s’est très bien passée et je suis désormais Docteur en philosophie!

J’en profite pour remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenu tout au long de ces années de travail!


Occupations quotidiennes et pratiques du corps dans les biographies néoplatoniciennes

Monsieur le Président du jury, je vous remercie de me donner la parole. Madame, Messieurs les membres du jury, chers collègues, chers amis, chère famille, je tiens à vous remercier pour votre présence. Je suis très heureux d’être ici aujourd’hui pour vous présenter et soutenir ma thèse de doctorat.

A l’origine : pourquoi cette thèse ?

Mon projet de thèse a pris forme suite à la rédaction de mon mémoire de maîtrise, qui portait sur la première partie de l’Ennéade V 3 [49] de Plotin Sur la connaissance de soi. La première partie de ce traité analyse la remontée de l’âme individuelle en direction de l’Intellect. Mon travail de mémoire s’est plus particulièrement intéressé au rôle de la dianoia ou faculté discursive dans cette remontée de l’âme. J’ai ainsi pu mettre en évidence le rôle primordial de la dianoia dans la remontée de l’âme vers l’Intellect et les conseils pratiques donnés par Plotin à cet égard tout au long de son traité. Malgré la déficience du mode de pensée discursif par rapport au mode de pensée noétique (noûs), Plotin utilise et encourage l’utilisation de la dianoia, dans la perspective d’un cheminement éthique conduisant l’âme d’une connaissance de soi ordinaire à la connaissance de soi véritable de l’Intellect. Ce sont précisément ces conseils pratiques, dont fait partie l’usage de la raison discursive par l’homme se situant dans le monde sensible, qui forment le point de départ de mon projet de thèse. Ce qui m’intéressait, en particulier, c’est la prise en compte, par Plotin, de l’incarnation de l’homme, et de sa place dans le monde sensible. En effet, l’utilisation de la faculté discursive est caractéristique de l’âme incarnée, par opposition à l’âme devenue Intellect. Ces conseils de Plotin concernant l’usage de la faculté discursive, je souhaitais montrer qu’ils concernaient également d’autres aspects du mode de vie philosophique, et que la lecture des Ennéades permettait de répondre concrètement à la question suivante : comment vivre ici-bas, dans un corps, quand tout me porte à fuir mon existence corporelle et à me tourner vers le monde intelligible ?

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, étant donnée la fuite du monde généralement prônée par Plotin, le point de départ de mon questionnement se trouve chez cet auteur. La question principale qui est à l’origine de ce projet de thèse est donc la valeur accordée par Plotin à la vie quotidienne, dans le monde sensible. Quelle est la valeur ou quelle est l’importance d’une telle vie dans le monde quand l’objectif principal de la philosophie de Plotin est la contemplation des Formes et l’assimilation au divin ? Il y a là une vraie question que je me suis posée dans un premier temps à propos de Plotin mais qui se pose, finalement, à l’ensemble du courant néoplatonicien. Quelle est la place de la vie quotidienne dans une philosophie qui prône le détachement du monde sensible et privilégie l’ascension de l’âme vers un ordre de réalité supérieur ? Comment se concrétise, dans la vie de tous les jours, la double orientation du sage : tourné à la fois vers le monde intelligible et la contemplation des réalités véritables, et vers les réalités du monde sensible ?

Pour répondre à cette question, je me suis intéressé aux Vies de philosophes et en premier lieu à la Vie de Plotin écrite par Porphyre en introduction à l’édition des Ennéades. En quoi consiste le quotidien du philosophe néoplatonicien, et en quoi ce quotidien est-il le reflet de l’attention à l’autre et au monde sensible de Plotin ? Ou, pour le dire autrement, en quoi la figure exemplaire du philosophe néoplatonicien témoigne-t-elle de cette attention à l’autre et à la vie dans le monde sensible ? Laissant de côté (pour l’instant) la question du rapport à l’autre, je me suis concentré, dans ce travail, sur la question du rapport à soi et en particulier à son propre corps. En quoi le mode de vie idéal proposé par les philosophes néoplatoniciens de l’Antiquité tardive prend-t-il en compte la descente de l’âme dans un corps, son incarnation ?

Telle est, en quelques mots, la question qui justifie ces dix ans de recherches au sujet du néoplatonisme. Il s’agit, en fin de compte, de réconcilier le néoplatonisme avec cette conception de la philosophie comme manière de vivre défendue notamment par Pierre Hadot. C’est cette idée de la philosophie comme mode de vie et non seulement comme discours théorique qui a guidé mon travail tout au long de ces années. Plus précisément, Il y a une phrase de Pierre Hadot qui a orienté ce projet dès le départ vers la vie quotidienne des philosophes néoplatoniciens et la dimension pratique de cette philosophie : « La manière de vivre philosophique, c’est tout simplement le comportement du philosophe dans la vie quotidienne »[1]. C’est cette « étude des comportements et de la vie philosophiques[2] » que j’ai voulu entreprendre. Ce qui m’intéresse, dans ce travail, c’est moins le discours théorique que la mise en pratique de ce discours dans la vie quotidienne, c’est-à-dire la vie quotidienne des philosophes néoplatoniciens en tant que philosophes néoplatoniciens. Là encore, il y a un certain paradoxe à étudier le néoplatonisme comme mode de vie quand le néoplatonisme peut être considéré, dans l’histoire de la philosophie grecque, comme l’apogée de la construction théorique ou dogmatique. Et pourtant, la dimension pratique du mode de vie néoplatonicien est bien présente, en particulier dans la description du sage ou du philosophe idéal qui se dégage de la lecture des textes biographiques néoplatoniciens.

Il m’a semblé intéressant, en effet, de ne pas me limiter à l’étude de la Vie de Plotin mais d’élargir ce questionnement au néoplatonisme post-plotinien, à travers l’étude des discours biographiques néoplatoniciens ultérieurs, de Jamblique à Damascius, en passant par Eunape de Sardes et Marinus : Sur le mode de vie pythagoricien de Jamblique, les Vies de philosophes et de sophistes d’Eunape de Sardes, Proclus ou sur le bonheur de Marinus et l’Histoire philosophique de Damascius.

En résumé, l’objectif principal de ma thèse est de montrer la dimension pratique du mode de vie néoplatonicien idéal et confirmer ainsi que le mode de vie néoplatonicien n’est pas seulement tourné vers l’intelligible, la fuite du corps et du monde sensible, mais qu’il y a bien une prise en compte de la place du philosophe ici-bas. Il s’agit, en d’autres termes, d’étudier la mise en pratique du discours philosophique néoplatonicien dans la vie quotidienne des philosophes à partir des témoignages biographiques de l’Antiquité tardive.

Sur quoi porte ma thèse ?

Pour réaliser cet objectif et répondre aux questions soulevées, j’ai divisé mon travail en trois parties distinctes, qui à partir d’une perspective légèrement différente, contribuent toutes à montrer la dimension pratique du mode de vie néoplatonicien et l’attention accordée par les philosophes néoplatoniciens aux réalités du monde sensible et à la vie quotidienne, objectif principal de ce travail.

Ces trois parties, dont le titre de ma thèse est le reflet, j’aimerais maintenant les présenter en précisant mes choix et la méthode adoptée dans chacune de ces parties, ainsi que les principaux résultats de mon travail.

« Occupations quotidiennes »

L’expression « occupations quotidiennes », qui figure en première place dans le titre de ma thèse, renvoie plus particulièrement au premier chapitre de mon travail, c’est-à-dire à l’étude du terme grec epitêdeumata et l’évolution de ses usages dans l’histoire de la pensée antique, du Ve siècle av. JC au VIe siècle après JC.

L’usage philosophique du terme epitêdeumata, traduit par « occupations quotidiennes », se caractérise notamment par la répétition, par son caractère moral (en lien avec l’acquisition de la vertu notamment), et par l’effort exigé pour sa mise en œuvre. Fruits d’un choix délibéré et conscient, les occupations quotidiennes désignées par le terme epitêdeumata font partie intégrante du mode de vie philosophique et jouent un rôle important dans la transformation de l’individu qui les pratique (en lien, notamment, avec la divinisation de l’âme). Ces occupations permettent notamment de distinguer le philosophe de l’homme ordinaire, et témoignent de la singularité du mode de vie philosophique. Les occupations des philosophes sont directement liées au choix de vie philosophique qui est le leur et l’étude de ces occupations permet ainsi de mieux comprendre ce mode de vie.

Ce terme est donc, à mon avis, une porte d’entrée intéressante pour l’étude de la philosophie comme manière de vivre, non seulement dans le néoplatonisme, mais, de manière très générale, dans l’Antiquité grecque. C’est en tout cas ce que j’ai voulu montrer dans ce premier chapitre, qui, dans la structure globale de mon travail, justifie l’intérêt porté aux textes biographiques néoplatoniciens, textes dans lesquels les occupations quotidiennes sont particulièrement visibles (chapitre 2), et justifie également l’intérêt porté aux pratiques du corps, ces occupations liées au soin ou au détachement du corps (chapitre 3). Donc ce premier chapitre vient justifier, par l’étude d’un terme très précis, les deux chapitres suivants. Mais il a, me semble-t-il, un intérêt plus général, qui est de montrer la dimension pratique de la philosophie antique, dès lors que le discours philosophique se traduit par un certain nombre d’occupations quotidiennes tout à fait concrètes telles que la marche, le sport, l’alimentation, la musique, etc.

Enfin, l’étude des usages néoplatoniciens du terme epitêdeumata montre la contemplation et la pratique des belles occupations comme moyens privilégiés d’atteindre le but de la philosophie : à savoir l’assimilation à dieu. A la fois moyen de s’élever vers le divin et reflet de la disposition de l’âme, le philosophe platonicien est donc particulièrement attentif aux occupations quotidiennes. Plus que de simples faits et gestes, plus que de simples anecdotes, les occupations des philosophes néoplatoniciens sont le reflet d’un mode de vie proprement philosophique et méritent donc que l’on s’y attarde.

« Biographies néoplatoniciennes »

Le deuxième chapitre de ma thèse est consacré à l’étude des textes de mon corpus, c’est-à-dire à l’étude des textes biographiques néoplatoniciens dont j’ai déjà fait la liste. La dimension pratique du mode de vie philosophique idéal y apparaît clairement, et les occupations (epitêdeumata) qui font partie de ce mode de vie y sont décrites avec précision. Ces textes permettent en effet de reconstituer de manière concrète le mode de vie idéal des philosophes néoplatoniciens, les occupations qui rythment leur vie quotidienne, et sont, de ce fait, l’une des sources d’information importantes concernant les occupations des philosophes néoplatoniciens (même s’il en existe d’autres). On y trouve non seulement une description du sage ou du mode de vie idéal, mais on y trouve aussi un appel à l’imitation, une exhortation à vivre selon le modèle décrit. Et en raison du caractère paradigmatique et protreptique des textes biographiques, les occupations quotidiennes des philosophes y sont particulièrement visibles. Parce qu’ils présentent aux lecteurs un mode de vie idéal à imiter dans sa propre vie, les textes biographiques néoplatoniciens sont un exemple concret et vivant de mise en pratique de cet idéal de vie philosophique. Et parce qu’ils exhortent les lecteurs à adopter le mode de vie idéal qu’ils véhiculent, ces textes jouent un rôle important dans la diffusion du mode de vie néoplatonicien et, de manière générale, dans l’apprentissage du mode de vie philosophique.

Tels sont, au-delà des différences de genre littéraire, de contexte éditorial et d’objectif, tels sont les points communs entre les textes biographiques étudiés. Telles sont également les raisons pour lesquelles il me paraissait intéressant de prendre au sérieux ce corpus de textes dans l’étude des occupations quotidiennes des philosophes néoplatoniciens. La variété des portraits et les divergences que l’on peut lire dans le mode de vie idéal rendent également ce corpus particulièrement intéressant, parce qu’il reflète ainsi la diversité du mode de vie philosophique idéal au sein du néoplatonisme, et offre au commentateur moderne l’opportunité de saisir les différentes manières de vivre en philosophe dans le néoplatonisme.

Ce deuxième chapitre a donc l’intérêt de présenter une vue d’ensemble des textes biographiques néoplatoniciens, et justifie leur prise en compte dans l’étude du néoplatonisme comme manière de vivre, c’est-à-dire dans l’étude de la philosophie néoplatonicienne comme pratique de la vie quotidienne.

« Pratiques du corps »

L’expression « pratiques du corps », enfin, désigne les occupations liées au corps des philosophes néoplatoniciens. Tel est l’objet du chapitre 3, dans lequel j’étudie un type d’occupations particulier, lié à l’éthique néoplatonicienne et plus particulièrement à la gestion du corps et de son rapport à l’âme. Deux autres types d’occupations au moins auraient pu faire l’objet d’un chapitre supplémentaire pour compléter l’étude du mode de vie néoplatonicien dans sa dimension pratique : les occupations « économiques », liées à a gestion du foyer ou de la famille, d’une part, et les occupations « politiques », liées à la place du philosophe dans la cité, d’autre part. Ces aspects faisaient bien partie de mon projet de thèse initial, mais pour des raisons tout à fait pragmatiques, j’ai focalisé ce troisième chapitre sur les pratiques du corps, n’ayant ni le temps ni l’espace disponible pour traiter les autres dimensions du mode de vie néoplatonicien, et en particulier tout ce qui concerne le rapport à l’autre. Il me semble, toutefois, que l’étude des occupations « économiques » et « politiques » des philosophes néoplatoniciens aboutirait à des résultats similaires, à savoir la confirmation de la dimension pratique du néoplatonisme comme mode de vie, et l’attention accordée par les philosophes néoplatoniciens aux réalités de la vie quotidienne.

En effet, que ces occupations soient liées au détachement du corps et à la purification de l’âme, ou bien au soin du corps, elles font partie du mode de vie philosophique et témoignent de l’attention accordée par les philosophes néoplatoniciens aux conditions d’existence de l’âme incarnée, que ce soit pour s’en détacher, ou pour y bien vivre.

Ce chapitre montre ainsi l’inscription du philosophe idéal dans le monde sensible et dans le corps, que le philosophe doit prendre en compte étant donné sa condition d’âme incarnée, mais il confirme aussi la double orientation de ce philosophe idéal vers le monde sensible et le monde intelligible, avec une préférence pour le monde intelligible. Il ne s’agit pas, en effet, de nier la priorité du soin et du devenir de l’âme par rapport au soin du corps, mais de montrer leur complémentarité, et de montrer l’attention accordée malgré tout par les philosophes néoplatoniciens aux nécessités de la vie quotidienne de l’âme incarnée. Cette ambivalence du rapport au corps et cette double orientation du philosophe idéal se reflète ainsi dans la diversité des pratiques du corps, et dans le lien étroit et récurrent entre soin du corps et soin de l’âme. Que ce soit la musique, les activités physiques et sportives, la marche ou la médecine (et en particulier la diététique), l’ensemble des occupations présentées par les textes de mon corpus témoignent de cette double dimension du souci de soi néoplatonicien. L’attention accordée au devenir de l’âme et le soin du corps ne s’opposent pas mais se complètent, le soin du corps participant, bien au contraire, au progrès de l’âme vers le divin. Plus encore, le corps apparaît parfois comme un instrument de l’âme en vue d’atteindre le but de la philosophie. C’est en ce sens que les occupations liées au corps peuvent être considérées, à mon avis, comme de véritables exercices spirituels, c’est-à-dire comme des outils de transformation de l’âme et de conversion vers le divin. Que ce soit les occupations liées au détachement du corps et à la purification de l’âme ou les occupations liées au soin du corps, toutes permettent à l’âme de se tourner vers l’intelligible ou du moins, de ne pas entraver son retournement.

Ce troisième et dernier chapitre offre donc un premier aperçu du mode de vie néoplatonicien idéal dans sa dimension pratique, à travers l’étude des occupations liées au corps, c’est-à-dire, je le répète, un type d’occupations très spécifique, étudié à partir d’un corpus de textes lui aussi restreint. Loin de moi l’idée de proposer une vision d’ensemble du mode de vie néoplatonicien, mais j’espère avoir contribué, à travers ce chapitre, à l’étude de l’éthique néoplatonicienne, et à la dimension pratique de cette éthique.

Ma thèse propose ainsi un parcours allant du général au particulier, de la place des occupations (epitêdeumata) dans le mode de vie philosophique (chapitre 1) à la place des pratiques du corps dans le mode de vie néoplatonicien (chapitre 3), en passant par la dimension pratique du mode de vie philosophique visible dans les textes biographiques néoplatoniciens (chapitre 2). En resserrant progressivement mon objet d’études, j’espère avoir apporté ma contribution à l’étude de la philosophie antique comme manière de vivre (chapitre 1), à l’étude du néoplatonisme comme mode de vie (chapitre 2) et à l’étude du mode de vie néoplatonicien idéal (chapitre 3).

Pour aller plus loin : continuer la recherche

Je terminerai en proposant quelques pistes de recherche ouvertes par mon travail. Bien conscient des limites de celui-ci, étroitement liées aux choix que j’ai dû faire tout au long de mon parcours doctoral, il me semble que plusieurs éléments mériteraient d’être approfondis ou poursuivis par des recherches ultérieures.

La philosophie comme manière de vivre

Tout d’abord, l’étude du terme epitêdeumata et la mise en évidence de leur importance dans la description du mode de vie philosophique pourrait participer au développement de l’histoire de la philosophie comme manière de vivre, en particulier dans l’Antiquité grecque. Particulièrement présent chez les auteurs platoniciens, le terme désigne une réalité (les occupations quotidiennes propres au mode de vie philosophique) digne d’être étudiée pour elle-même et en lien avec le discours philosophique des auteurs étudiés. Et ceci dans le but d’observer, pour chaque auteur et dans chaque tradition philosophique concernée, la manière dont les philosophes intègrent dans leur comportement quotidien, les principes philosophiques qu’ils défendent par ailleurs de manière théorique. Cette transition de la théorie à la pratique, il me semble que l’étude des epitêdeumata permet de la mettre en évidence et de la questionner. L’accord du philosophe avec son propre discours, cette cohérence que les stoïciens, notamment, appellent de leurs vœux, il me semble qu’elle passe par la pratique quotidienne de certaines occupations, et il est donc intéressant de prendre ces occupations au sérieux, que ce soit dans l’étude des textes de tradition platonicienne ou dans l’étude des textes philosophiques appartenant à d’autres traditions.

Le discours biographique

Deuxièmement, dans la même perspective, j’espère avoir confirmé, à travers l’étude d’un corpus de textes biographiques, l’intérêt philosophique de ce type de discours, en particulier dans le cadre d’une histoire de la philosophie comme manière de vivre ou dans le cadre d’une histoire des exercices spirituels. Les textes biographiques ne sont pas seulement une liste d’anecdotes ou de faits historiques nous permettant de mieux connaître la vie d’un auteur et le contexte historique dans lequel il évolue, mais ce sont également des textes philosophiques qui permettent à leurs auteurs de transmettre un mode de vie idéal et d’encourager leurs lecteurs à vivre en philosophe, suivant le modèle transmis. Et en cela, il me semble que l’étude du discours biographique nous permet de mettre le doigt sur la manière dont les auteurs conçoivent le mode de vie philosophique et la meilleure façon de mettre en pratique le discours philosophique dans la vie quotidienne. Je pense personnellement qu’il y a encore beaucoup de choses à apprendre de ces textes biographiques de l’Antiquité tardive, et ce qu’ils révèlent du rapport au corps des philosophes néoplatoniciens confirme, à mon avis, cet intérêt qu’il y a à prendre au sérieux ces textes pour ce qu’ils sont vraiment, c’est-à-dire des textes philosophiques.

Le néoplatonisme comme manière de vivre

Enfin, mon étude du rapport au corps des philosophes néoplatoniciens, et la présentation des occupations liées au corps m’encourage à poursuivre l’enquête dans cette direction, en élargissant mon étude à l’ensemble des occupations quotidiennes des philosophes néoplatoniciens. Tout ce qui concerne le rapport à l’autre, notamment, que ce soit au sein du cercle familial ou dans un cercle plus large, est à étudier de près : ce sont, notamment, les activités d’enseignement, qui sont au cœur de la vie quotidienne des philosophes néoplatoniciens, ou bien encore leurs activités sociales et politiques, plus ou moins présentes selon les philosophes et selon les périodes de l’histoire. Tout ce qui concerne la divinisation de l’âme peut également être étudié de manière très concrète, à travers l’étude des activités contemplatives ou théurgiques des philosophes néoplatoniciens. La description du mode de vie idéal défendu par les philosophes néoplatoniciens est loin d’être exhaustive, j’en suis bien conscient, mais il me semble que ce travail pose une base solide pour poursuivre cette recherche sur les occupations des philosophes néoplatoniciens, que ce soit à partir des textes biographiques ou à partir de l’ensemble du corpus néoplatonicien.

Monsieur le président, Madame, Messieurs les membres du jury, ma présentation est terminée. Je vous remercie pour votre attention. Je me tiens désormais à votre disposition pour écouter et répondre à vos commentaires ainsi qu’aux questions que vous voudrez bien me poser.


[1] P. Hadot, La philosophie comme manière de vivre, p. 159

[2] P. Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ?, p. 16.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Mon discours de soutenance". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 16 décembre 2021. Consulté le 1 octobre 2022. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/5723.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search