La lecture comme exercice spirituel: lecture scientifique et lecture méditative

Le 25 novembre 2023 avait lieu, à l’université Paris-Dauphine, la Journée stoïcienne, une journée d’étude et de pratique intitulée Vie professionnelle et personnelle: évaluer les difficultés avec discernement. J’ai eu l’honneur, à cette occasion, d’ouvrir l’événement, en rappelant l’objectif de cette journée organisée chaque année par l’association Stoa Gallica, et en rappelant les trois lieux ou les trois domaines de l’exercice philosophique stoïcien: les disciplines du désir, de l’action et du jugement.

Après la conférence inaugurale de Michael Pichat, intitulée Factualiser et non juger le négatif, six ateliers ont été proposés par Michael Pichat, Jérôme Robin et moi-même. Ces ateliers ont permis d’approfondir la discipline du jugement d’un point de vue théorique et pratique. Personnellement, j’ai eu l’occasion d’animer deux ateliers pratiques sur la lecture comme exercice spirituel.

La lecture comme exercice spirituel

L’objectif de ces deux ateliers: apprendre à lire pour apprendre à vivre, ou comment faire de la lecture un exercice spirituel, au sens où l’entend Pierre Hadot, c’est-à-dire un exercice permettant de transformer l’individu qui le pratique.

Pour cela, j’ai présenté et demandé aux personnes présentes de mettre en oeuvre deux types de lecture décrits et mis en pratique par Pierre Hadot dans ses travaux et largement inspirés de pratiques de lecture et d’écriture présentes dans l’Antiquité: la lecture scientifique et la lecture méditative.

Les documents utiles à la réalisation de ces deux exercices sont disponibles sur cette page.

La lecture scientifique

Le premier type de lecture, la lecture scientifique, est un type de lecture qui va permettre d’adopter un point de vue objectif sur le texte que nous lisons. Il vise à se défaire de tous les préjugés, de tous les jugements hâtifs que l’on pourrait faire quand on lit un texte. En d’autres termes, se défaire de nos jugements sur le texte pour le lire avec la plus grande objectivité possible :

Car pour faire un travail scientifique, il faut s’astreindre à l’objectivité, et l’objectivité ne peut être que le résultat d’un travail de soi sur soi. (…) Il faut se libérer des préjugés et des considérations d’intérêt personnel. Cet exercice spirituel consiste à changer de point de vue, à abandonner le point de vue égoïste et utilitaire du moi de la vie courante, pour se hausser à un point de vue universel. (…) C’est là le début de l’objectivité scientifique. Une métaphore peut illustrer cet exercice, celle du regard d’en haut, qui laisse entrevoir le passage du point de vue partial et partiel à un point de vue universel, le détachement et l’élévation qui permettent l’objectivité. (…) La recherche du sens voulu par l’auteur exige cet effort et donc ce choix éthique dont je viens de parler.

Pierre Hadot, « L’enseignement des antiques, l’enseignement des modernes. Entretien entre Pierre Hadot et Arnold I. Davidson, Ecole normale supérieure, 1er juin 2007 », dans Arnold I. Davidson et Frédéric Worms (dir.), Pierre Hadot, l’enseignement des antiques, l’enseignement des modernes, Paris, Editions Rue d’Ulm/Presses de l’Ecole Normale Supérieure, 2010, p. 29.

Concrètement, cela peut prendre la forme d’un travail d’édition, de traduction, d’explication ou bien de reformulation d’un texte. Je pense plus particulièrement à l’étude philologique des textes anciens, mais cela peut être également le travail de commentaire philosophique de ces textes.

La lecture méditative

Le deuxième type de lecture, la lecture méditative, est un type de lecture qui va permettre de questionner la pertinence des textes lus pour notre propre existence. Elle vise à méditer, ruminer et, finalement, faire sien le texte que l’on lit:

Chaque époque doit reprendre cette tâche, apprendre à lire et à relire ces « vieilles vérités ». Nous passons notre temps à « lire », c’est-à-dire à faire des exégèses, et même des exégèses d’exégèses (…), nous passons notre vie à « lire », mais nous ne savons plus lire, c’est-à-dire nous arrêter, nous libérer de nos soucis, revenir à nous-mêmes, laisser de côté nos recherches de subtilité et d’originalité, méditer calmement, ruminer, laisser les textes nous parler. C’est un exercice spirituel, un des plus difficiles.

Pierre Hadot, « Exercices spirituels », dans Exercices spirituels et philosophie antique, Paris, Editions Albin Michel, 2002, p. 73-74.

Concrètement, cela peut prendre la forme d’un travail de tri et de reformulation des principes qui me semblent pertinents pour mon existence, dans les circonstances qui sont les miennes; cela peut prendre la forme de l’écriture de formules brèves qui condensent ces principes et que je vais pouvoir mémoriser.

Lire les Anciens aujourd’hui: l’exemple de Pierre Hadot

La lecture méditative et la lecture scientifique sont donc deux manières, pour Pierre Hadot, de lire les Anciens. Dans les deux cas, la lecture d’un texte philosophique ne nous met pas seulement en relation avec un contenu ou un savoir, mais d’abord avec nous-mêmes. Telle est la leçon de Pierre Hadot : en réactualisant l’exercice antique de la lecture, Pierre Hadot propose à ses étudiants et à ses lecteurs d’apprendre à lire pour apprendre à vivre, comme c’était le cas dans les écoles de philosophie antique.

Dans cette vidéo, Philippe Hoffmann partage avec nous ses souvenirs des cours et des séminaires de Pierre Hadot, sa façon de lire les textes philosophiques et sa rigueur philologique. La technique de lecture proposée par Pierre Hadot permet de lire les textes anciens comme de véritables propositions de vie !

Pour conclure, je dirais que la lecture me semble un élément fondateur de la pratique actuelle de la philosophie comme manière de vivre. Si la philosophie comme manière de vivre vise une transformation complète et profonde de soi, à travers la pratique des exercices spirituels, il me semble que la lecture peut être l’un de ces exercices. C’est ce point que j’ai essayé de défendre à travers ces deux ateliers pratiques : non seulement lire les Anciens, mais les lire d’une certaine manière, pour faire de cette lecture un outil de transformation de soi, à l’université et en dehors.



Citer ce billet
Maël Goarzin (2024, 20 mars). La lecture comme exercice spirituel: lecture scientifique et lecture méditative. Comment vivre au quotidien? Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1x5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search