Comment mourir? (Epictète) – Août 2013

Ship Captain« Ne sais-tu pas que maladie et mort doivent nous saisir au milieu de quelque occupation? Elles saisissent le laboureur dans son labour, le matelot dans sa navigation. Et toi, dans quelle occupation veux-tu être saisi? Car c’est dans quelqu’une qu’elle doit te saisir. Si tu peux l’être en train de pratiquer une occupation meilleure que la présente, pratique-la. » (Epictète, Entretiens, livre III, chapitre 5, lignes 5-6).

 J’ai choisi cette citation car elle m’a particulièrement frappé dans ma lecture des Entretiens d’Epictète, que je réalise actuellement comme lecture préparatoire à mon analyse des biographies de l’Antiquité Tardive. En effet, que ce soit les philosophes néoplatoniciens ou les auteurs chrétiens, le stoïcisme a souvent influencé leur doctrine éthique. C’est le cas pour Plotin, par exemple, fondateur du néoplatonisme. Une bonne connaissance de l’éthique stoïcienne me permettra donc de mieux reconnaître, dans ma lecture des textes ultérieurs, l’influence stoïcienne.

Ce qui m’a particulièrement frappé dans cette citation, c’est l’appel d’Epictète à la pratique, et l’importance accordée par le philosophe à l’occupation dans laquelle nous nous trouvons au moment de mourir. Tout d’abord, ce passage rappelle que la philosophie, pour les stoïciens, n’est pas seulement un discours théorique, mais une véritable manière de vivre. Ce que la philosophie apporte, ce ne sont pas seulement des réponses d’ordre théorique permettant de mieux comprendre l’homme et le monde qui l’entoure. Cette explication théorique des choses doit conduire à un certain mode ou genre de vie, une certaine pratique, concrétisée dans un certain nombre d’occupations. Le choix de ces occupations est donc lié au choix de vie que l’on fait. Et si l’on décide de vivre en philosophe, ce choix doit être dirigé vers l’occupation la meilleure. Quelle occupation? Cela dépend, évidemment, de l’école philosophique à laquelle vous appartenez. Pour un stoïcien, la meilleure occupation dépendra notamment des devoirs liés à votre condition sociale. Le laboureur doit labourer, et le matelot naviguer. Les relations sociales et familiales exigent de nous un certain nombre d’occupations que nous devons satisfaire, en tant que fils ou père, en tant que frère, en tant qu’ami, en tant qu’employé ou patron, etc. Mais au-delà de ces devoirs sociaux et familiaux, c’est dans l’occupation la meilleure, l’occupation philosophique, que le stoïcien Epictète souhaite être saisi par la mort ou la maladie:

Pour moi, plaise au ciel que je ne sois pas saisi parmi d’autres soucis que celui de ma personne morale: qu’elle soit exempte de passions, dégagée de toute entrave, de toute contrainte, libre. C’est dans ces exercices que je désire être trouvé. (Epictète, Entretiens, livre III, chapitre 4, lignes 7-8).

Je termine sur cette nouvelle citation, qui vous permet d’entrevoir ce à quoi correspond l’occupation philosophique  pour Epictète, tout en pointant une première fois l’importance des « exercices », dont je vous reparlerai très vite!

Crédits: An old (sea) dog for a hard road, State Library of Victoria Collections, Licence CC BY-NC.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Comment mourir? (Epictète) – Août 2013". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 10 août 2013. Consulté le 19 novembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/773.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *