Plotin mystique? (Pierre Hadot) – Avril 2013

Plotin, détail de l'Ecole d'Athènes.

Plotin, détail de la fresque « L’Ecole d’Athènes » de Raphaël.

« Je crois, que pour [Plotin], si la vie philosophique prépare de fait à une éventuelle expérience mystique, cette vie philosophique a sa valeur en soi. Somme toute, les expériences mystiques de Plotin ont été extrêmement rares. Le reste du temps, c’est-à-dire presque tout le temps, il s’efforçait, comme dit Porphyre, d’ « être présent à lui-même et aux autres », ce qui est finalement une excellente définition de ce que devrait être toute vie philosophique ». (Pierre Hadot, La philosophie comme manière de vivre, p. 134).

Pierre Hadot, avant de travailler sur les auteurs stoïciens, et plus particulièrement sur le Manuel d’Epictète et les Pensées de Marc-Aurèle, s’est beaucoup intéressé à Plotin, et notamment à l’expérience mystique qu’il décrit dans les Ennéades et dont Porphyre nous dit, dans la Vie de Plotin, que son maître eut la chance de vivre à quatre reprises lorsqu’il fût à ses côtés. La formation chrétienne de Pierre Hadot, qui l’a familiarisé avec les mystiques chrétiens, et son expérience personnelle, notamment son expérience du sentiment océanique, l’a tout de suite conduit vers Plotin. Pourtant, comme il le suggère ici, Pierre Hadot refuse de réduire la philosophie de Plotin à son expérience mystique. La vie philosophique qui mène à cette union ineffable avec l’Un, a sa valeur en soi, comme le montre la vie de Plotin. Loin d’être antisocial et reclus tout au long de la journée, Plotin est décrit par Porphyre, dans sa biographie, comme bienveillant, doux, et toujours présent pour les autres. Il s’occupe des enfants orphelins qu’il a recueilli et dont il a la charge: non seulement de leur éducation, mais aussi de leurs finances. Certes, sa pensée est toujours tournée vers l’Intellect, mais la vie quotidienne est une réalité que le philosophe ne doit pas oublier, et que Plotin n’a pas oubliée, comme le rappelle Pierre Hadot ici, et comme la lecture de la Vie de Plotin nous l’enseigne.

Platon, montrant du doigt le ciel et le monde des Idées.

Platon, détail de « L’Ecole d’Athènes », montrant du doigt le ciel et le monde des Idées.

Aristote, montrant la terre et le monde sensible.

Aristote, détail de « L’Ecole d’Athènes », montrant la terre et le monde sensible.

A noter, sur le détail de l’Ecole d’Athènes ci-dessus le doigt de Plotin qui pointe vers le sol, comme Aristote, et à l’inverse de Platon, dont le doigt montre le monde intelligible des Idées, là-haut. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Plotin a été représenté par Raphaël à l’image d’Aristote, désignant la terre et le monde sensible, et non à l’image de Platon. Méconnaissance de la philosophie plotinienne ou, au contraire, lecture plus fine, à la manière de Pierre Hadot? La question reste ouverte!

Citer ce billet: Maël Goarzin, "Plotin mystique? (Pierre Hadot) – Avril 2013". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 13 août 2013. Consulté le 18 novembre 2017. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/808.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *