Hagiographie et prophétie de l’Antiquité au XIIIe siècle – Colloque 11-12 octobre

Saint Jean l'évangéliste dictant l'évangile à Prochore, sous l'inspiration du Saint Esprit.

Saint Jean dictant l’évangile à Prochore, son disciple, sous l’inspiration du Saint Esprit.

Aura lieu à la Sorbonne, à Paris, les 11 et 12 octobre 2013, le colloque international Hagiographie et prophétie de l’Antiquité au XIIIe siècle, organisé par  Klaus Herbers (Université d′Erlangen) et Patrick Henriet (Paris, École Pratique des hautes Études). Ce colloque étudie les liens étroits entre sainteté et prophétie, particulièrement visible dans les textes hagiographiques. Voici le descriptif du colloque, ainsi que le programme:

« Le personnage du saint et celui du prophète se croisent et se confondent fréquemment depuis qu′il existe des textes hagiographiques. Saint Antoine, saint Martin de Tours, saint Benoît, sont parfois prophètes, même si, comme l′écrit Athanase à propos d′Antoine, « il ne faut pas prier pour prévoir l′avenir, ni désirer cela comme récompense de l′ascèse » (Vita Antonii, II, 34). La prévision des événements à venir n′est cependant qu′un aspect du prophétisme, généralement conçu, dans la lignée d′Augustin et de Grégoire le Grand, comme « la capacité de mettre en lumière ce qui est caché ».
La séparation très nette du passé, du présent et du futur est à bien des égards moderne et ne correspond que partiellement à la façon dont le temps était appréhendé au Moyen Âge. Dans un schéma de pensée typologique profondément marqué par la méditation de la Bible, tout événement n′ est que l′accomplissement de ce qui a déjà été annoncé. De même que les faits rapportés dans le Nouveau Testament sont une confirmation de ce qu′annonçait l′Ancien Testament, de même, les faits contemporains ne sont que l′actualisation passagère d′un discours supra-historique exposé par le texte sacré. Selon les miracles opérés, saint Benoît peut donc être un nouveau Moïse, un nouvel Élisée, un nouveau Pierre, un nouvel Élie ou un nouveau David, alors que sept siècles plus tard, Saint François d′Assise est un « nouvel évangéliste ». Le don de prophétie est aussi un moyen pour les ascètes de faire face aux puissants, ce qui met la connaissance de l′avenir au service d′une bonne gestion du présent, dans des sociétés où le politique et le religieux relèvent très largement de la même sphère.
A partir du XIIe siècle, parallèlement à la multiplication des expériences prophétiques aux marges de l’Église, les saints prophètes (et plus encore les saintes prophétesses) qui tiennent un discours explicite et parfois systématique sur le futur se font de plus en plus nombreux. Or au même moment, l’étude du sens littéral de la Bible se renforce et l’attention portée à l’Histoire humaine par le biais des chroniques fait l’objet d’un fort investissement. Comment faut-il interpréter ces évolutions en apparence contradictoires ? Peut-on envisager le discours sur le futur comme un aspect parmi d’autres d’une vaste évolution qui pourrait être caractérisée comme une sorte de réappropriation humaine du temps, comme une historicisation du monde qui, toujours pensée de concert avec l’accomplissement du plan divin, resterait essentiellement différente de celle des sociétés modernes ? La multiplication des textes hagiographiques consacrés à des saints réformateurs endossant volontiers l’habit du prophète (ainsi Grégoire VII caractérisé par Paul Bernried comme un nouvel Élie) invite à étudier de pair l’intérêt pour l’Église hic et nunc et l’arrière-plan eschatologique qui l’accompagne, voire le soutient.
Ces quelques rappels, ces quelques questions, n’ont d’autre but que d’aider à penser, tout en l’historicisant, le rapport complexe et mouvant qui a toujours uni prophétie et sainteté. Il conviendra de diversifier les approches et les points de vue en parcourant un long Moyen Âge, en en reliant lorsque ce sera possible les usages du temps avec les discours sur l’espace, sur l’Église et sur la société chrétienne, en posant la question du rapport entre prophétie et pouvoirs (terrestre et céleste), en traquant enfin, les évolutions et les ruptures. »
[Pour imparfaites qu’elles soient, les lignes qui précèdent doivent beaucoup à deux importantes mises au point : M. Van Uytfanghe, « Modèles bibliques dans l’hagiographie », dans P. Riché et G. Lobrichon, Le Moyen Âge et la Bible, Paris, 1984, p. 449-487, et A. Vauchez, « Le prophétisme chrétien de l′Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge », dans A. Vauchez dir., Prophètes et prophétismes, Paris 2012, p. 61-126.

Vendredi 11 octobre
9h 00     Discours de bienvenue
Klaus Herbers et Patrick Henriet
9h 15     Introduction
Patrick Henriet
9h 45     Espaces d’expérience narratifs des dernières choses : l’imagination eschatologique dans la martyrologie de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge
Gordon Blennemann (Université d’Erlangen)
10h 30     Pause
11h     Images, prédictions et présages à Byzance et dans l’Occident médiéval
J.M. Sansterre (Université Libre de Bruxelles)
11h 45     Prophétie dans la Vie de saint Columba par Adamnan
Edina Bozoky (Université de Poitiers)
12h 30     Repas
14h 15     L’espace ou le temps ? Les visions cosmiques des saints
Patrick Henriet (Ecole Pratique des Hautes Etudes)
15h 00     Daniel/Jérémie : les modèles prophétiques des saints carolingiens
Sumi Shimahara (Université de Paris IV-Sorbonne)
14h 45     Vision, rapport à l’au-delà et action politique à l’époque carolingienne
Philippe Depreux (Université de Hambourg)
16h 30     Pause
17h 00     Hagiographie, historiographie et prophétie au IXe siècle franc : connaître le passé ou connaître l’avenir ? Une histoire de la Providence
Marie-Céline Isaïa (Université de Lyon 3)
17h 45     Entre historiographie et hagiographie: Les messages prophétiques de l’Evêque Henri dans la chronique d’Arnold de Lübeck
Hans-Christian Lehner (Université d’Erlangen-Nürnberg)
18h 30     Fin

Samedi 12 octobre
9h 00     L’histoire sans fin. L’ordre des temps dans l’oeuvre des visionnaires rhénans (XIIe-XIIIe siècle)
Uta Kleine (Université à distance d’Hagen)
9h 45     Vision et prophétie dans les vies et miracles hagiographiques comme signe de sainteté?
Klaus Herbers (Université d’Erlangen-Nürnberg)
10h 30     Pause
10h 45     Aspects de la mémoire d’une prophétesse : Hildegarde
Laurence Moulinier (Université de Lyon II)
11h 30     Comparaisons avec le monde chinois, avec la participation de Stéphane Feuillas (Université de Paris 7)
Table ronde
12h 00     Conclusions
Klaus Herbers
12h 30     Repas

Lieu de la manifestation
Sorbonne, 54, rue Saint-Jacques
75005 Paris
Galerie Claude Bernard, escalier U, 4e étage, salle H 637

Enregistrement jusqu’au 31 octobre 2013 par hagiographieetprophetie[at]gmail.com

Sources: Compitum et Université de Erlangen.

Crédits: Atelier saint André, Tous droits réservés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *