De la biographie au portrait

Pourquoi étudier les biographies ? Quel intérêt philosophique peut-on trouver dans la lecture des vies de saints et de philosophes ? Et plus précisément, en quoi ces textes peuvent-ils véhiculer certaines règles éthiques pour bien vivre au quotidien, dans la vie de tous les jours ?

Ce choix méthodologique, outre certaines raisons circonstancielles[1], peut s’expliquer historiquement, par la place centrale accordée durant l’Antiquité Tardive aux sages, aux saints, et aux empereurs. Le culte qui se forme à cette époque autour de nombreuses personnalités philosophiques, intellectuelles, politiques et religieuses, montre en effet l’importance de telles figures pour les hommes et les femmes de cette époque[2]. Comme le rappelle l’historien Peter Brown[3], pour les hommes et les femmes de l’Antiquité tardive, le rôle des individus exceptionnels grandit par rapport aux institutions établies, dont l’influence s’efface. Ainsi, l’Eglise chrétienne se focalise sur ses héros et martyrs : sur les Apôtres et les martyrs d’abord, puis sur les évêques et finalement les saints ascètes du désert, à partir de saint Antoine (IVème siècle). La multiplication des ouvrages biographiques écrits dans l’Antiquité Tardive n’est donc pas anodine. Elle est liée à une certaine attente des hommes et des femmes de l’Empire Romain, qui voient en ces personnalités exceptionnelles un modèle ou un idéal à suivre[4].

Fresque du XIème siècle représentant sainte Macrine (324-379), la soeur de Grégoire de Nysse.

La forte popularité du genre biographique dans l’Antiquité Tardive m’a donc fait privilégier les récits de vie écrits à l’intérieur des courants de pensée et religions étudiés. Et ce que dépeignent ces biographies, selon mon hypothèse, c’est non seulement le récit d’une vie exceptionnelle, au statut exceptionnel, et donc difficilement imitable (c’est le cas des martyrs et des ascètes, dont la vie ne semble pas imitable par tous), mais également un certain mode de vie, une certaine manière de vivre donnée en exemple et proposée au lecteur pour vivre au quotidien, sa vie de tous les jours. En effet, ces modèles éthiques dont on raconte la vie sont une source inépuisable de conseils pratiques pour celui qui désire suivre l’exemple proposé par ces vies d’hommes exceptionnels. La lecture des nombreuses biographies écrites durant l’Antiquité tardive donne une vision plus concrète, plus vivante, de ce que peut être, dans le monde (et non hors du monde), un style de vie idéal. Davantage tournée vers la réalité quotidienne du monde qui nous entoure, la description de ces figures exemplaires révèle tout particulièrement le style de vie encouragé par tel ou tel courant de pensée. La lecture des premières biographies de mon corpus confirme cette hypothèse, et j’espère pouvoir partager avec vous mes premiers résultats dans quelques semaines, après ma lecture comparée de la Vie de Plotin écrite par Porphyre et la Vie de sainte Macrine, écrite par Grégoire de Nysse.

Feuillet d’ivoire sculpté représentant l’Empereur Justinien ou Athanase Ier et datant du VIème siècle.

Mais avant de vous livrer mes premiers résultats, j’aimerais évoquer une autre hypothèse qu’il pourrait être intéressant d’approfondir à un moment donné au cours de ma thèse. Il pourrait être intéressant en effet de comparer les représentations picturales de la vie quotidienne et les portraits de l’art tardo-antique avec les descriptions de la vie quotidienne que l’on trouve dans les textes biographiques que j’étudie et les portraits littéraires des philosophes et personnages religieux décrits dans ces mêmes textes. En effet, si les biographies sont très nombreuses dans l’Antiquité Tardive, les portraits et représentations iconographiques des philosophes et des saints dont on écrit la vie ne sont pas rares non plus. Il est donc probable que les représentations littéraires des philosophes et des saints fassent écho, d’une manière ou d’une autre, aux représentations artistiques (iconographiques, picturales ou encore sculpturales) de ces personnages païens et religieux. C’est en tout cas une hypothèse que je laisse ouverte et que j’espère étudier plus précisément dans mon travail. Quelle image du philosophe, du saint ou de l’intellectuel la peinture, l’iconographie ou la sculpture de l’Antiquité Tardive donnent-elles ? Et en quoi les portraits artistiques de cette période véhiculent-ils également, à l’image des biographies littéraires, un certain mode de vie, une manière de vivre droite ?

Pour répondre à ces questions, un ouvrage comme celui-ci pourrait être très utile : Age of Spirituality: Late Antique and Early Christian Art, Third to Seventh Century. Pour un compte-rendu de cet ouvrage, disponible en ligne ici, rendez-vous sur cette page ! De même, ce site internet, Visualizing Statues in the Late Antique Roman Forum, qui recense les statues des empereurs romains des IVème et Vème siècles après JC, ainsi que les épigrammes qui accompagnent ces statues, permettrait de reconstituer un certain idéal de vie droite des empereurs romains de cette période. Pour une présentation de ce site internet et son utilisation au cours de ma thèse, voir ce billet!

Enfin, que peuvent nous apprendre les désormais célèbres portraits du Fayoum sur la vie quotidienne des hommes et des femmes des premiers siècles? Plus de 1000 portraits découverts en 1888 en Egypte nous proposent un autre regard sur les hommes et les femmes ayant vécu dans la région du Fayoum. Ces portraits ont été réalisés du Ier au IVème siècle, et nous replongent de manière étonnante dans les premiers siècles de notre ère. Je vous laisse profiter de ce beau voyage dans le temps…

Crédits Photographiques: L’abbé Ména et le Christ, par Antiquité Tardive, Licence CC-BY-NC-SA.


[1] L’intérêt éthique des biographies m’est apparu dans mon travail de mémoire lorsque j’ai lu et analysé la Vie de Plotin écrite par Porphyre.

[2] Peter Brown met en évidence l’importance grandissante des personnages publics exceptionnels dans Genèse de l’Antiquité Tardive, Editions Gallimard, 1983, p. 39-40.

[3] Idem.

[4] Peter Brown, Genèse de l’Antiquité Tardive, p. 41-42. Peter Brown souligne dans ces pages que l’on attend de ces hommes exceptionnels qu’ils soignent leur mode de vie, car c’est celui-ci qui fonde leur crédibilité.

Citer ce billet: Maël Goarzin, "De la biographie au portrait". Publié sur Comment vivre au quotidien? le 27 janvier 2013. Consulté le 2 décembre 2021. Lien: https://biospraktikos.hypotheses.org/90.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 mai 2015

    […] liées à mon objet de thèse donner un aperçu de ce sur quoi je travaille actuellement : les biographies, la relation entre vie contemplative et vie pratique, la philosophie comme manière de vivre, etc. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search