Étiqueté : Vertu

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (4) : Olympiodore

Je vous propose, pour terminer cette série de billet sur les vertus, de rencontrer aujourd’hui un philosophe néoplatonicien peu connu : Olympiodore d’Alexandrie. Nous verrons ensemble comment ses commentaires de l’Alcibiade, du Gorgias et du Phédon de Platon ont permis la transmission de cette théorie de l’échelle des vertus, dans le contexte particulier du christianisme naissant. Enfin, nous nous intéresserons également à la façon dont cette théorie de l’échelle des vertus a continué à évoluer, même après la fin du néoplatonisme.

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (3) : Proclus et Damascius

Après Plotin, puis Porphyre et Jamblique, je vous propose de nous intéresser aujourd’hui à l’apport de Proclus et Damascius à l’échelle néoplatonicienne des vertus. Proclus est un philosophe important de l’Antiquité tardive. Son éloge funèbre, Proclus ou sur le bonheur, écrite par son disciple Marinus, nous livre un éclairage important sur les différents degrés de vertu. De même, le commentaire du Phédon rédigé par Damascius contient de nombreuses informations sur les désormais sept échelons de l’échelle des vertus.

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (2) : Porphyre et Jamblique

Je vous propose, dans ce deuxième billet sur l’échelle néoplatonicienne des vertus, de nous pencher sur deux philosophes qui ont tous deux contribué à la constitution de l’échelle des vertus et à sa transmission : Porphyre et Jamblique. Le premier a apporté à l’échelle des vertus un degré supplémentaire, élevant ainsi à quatre le nombre d’échelons, alors que le second y a ajouté deux degrés dits « inférieurs ». Nous allons également nous intéresser aux différents apports de Jamblique au courant des commentateurs néoplatoniciens, apports qui dépassent la simple théorie des vertus.

0

L’échelle néoplatonicienne des vertus (1) : Plotin

Je vous propose ici une réflexion visant à saisir ce concept d’échelle des vertus, en adoptant un regard historique sur son évolution et en nous intéressant tour à tour, au fil des articles, à différents philosophes néoplatoniciens qui ont contribué soit à la constitution de l’échelle des vertus, soit à sa transmission.

0

Plaidoyer contre l’élitisme : une sagesse accessible à tous ? (Sénèque) – Avril 2015

« La sagesse n’est jamais venue à personne avant la déraison. Nous avons tous ce handicap. Apprendre les vertus, c’est désapprendre les vices. Nous devons nous porter d’autant plus courageusement à notre réforme que, le bien une fois transmis, nous l’avons en possession perpétuelle: la vertu ne se désapprend pas. »

0

Un excès de bonheur est-il nuisible? (Sénèque) – Novembre 2014

“Ah, ne vous effarouchez pas, je vous en conjure, de ces souffrances dont les dieux immortels se servent pour aiguillonner les âmes: le malheur est l’occasion de la vertu. Ceux que l’on peut appeler à bon droit malheureux, ce sont ceux qui s’engourdissent dans une excessive félicité et que le calme plat paralyse, pour ainsi dire, sur une mer immobile. Le moindre accident les surprendra: les rigueurs du sort sont plus rudes à qui n’en a jamais subi.”

3

La vertu des païens – colloque 17-18 juin

Les 17 et 18 juin prochains aura lieu à Paris un colloque international transdisciplinaire, organisé par le groupe Identités et Religions: Etudes des Nouveaux Enjeux (IRENE), sous la direction de Sylvie Taussig (CNRS UPR...